Archives de Catégorie: Culture

Une journée à Londres: Covent Garden, the Oxo Tower et Tate Modern

Hello!

Comment allez-vous? La semaine dernière, nous avons pris une journée off pour aller dans le centre de Londres et retrouver des amis lors d’une soirée cocktail!

Nous avons commencé notre journée par une promenade à Covent Garden, où il n’y avait pas beaucoup de monde, ce qui est toujours étrange à voir. En effet, il faut se mettre en quarantaine lorsqu’on arrive en Angleterre, et selon d’où on vient c’est jusqu’à 10 jours de quarantaine en plus de tests Covid obligatoires, ce qui fait qu’il n’y a pratiquement pas de touristes cette année. Nous avons pris un petit déjeuner sur le pouce, tout en nous promenant. Mon mari a opté pour un pain au chocolat et café de chez Paul, et pour ma part je ne mange que très rarement le matin… Mais j’ai été très tentée par une publicité pour un café glacé de chez Hotel Chocolat! Le café glacé est servi avec de la chantilly au chocolat – quel délice!


Ensuite, nous avons fait un peu de shopping. Je suis passée par la boutique Lulu Guinness pour voir s’ils n’avaient pas le sac dont je vous parlais dernièrement, mais c’était déjà sold out (pas de souci, je l’ai commandé en-ligne en rentrant). Je suis passée à la boutique Chanel pour racheter un rouge-à-lèvres hydratant (je porte le rouge Monte Carlo depuis des années au quotidien mais on m’a annoncé qu’on a arrêté cette gamme. Ce n’est pas grave, j’ai passé un petit moment à papoter avec une vendeuse et nous avons rapidement trouvé un autre rouge-à-lèves hydratant qui me convenait), et enfin je suis passée chez Choosing Keeping, une boutique papeterie à l’ancienne. Tout me fait envie dans cette boutique! J’y passais pour trouver des idées d’accessoires pour mon nouveau bureau. Fintan a acheté un beau stylo qui est un design des années 1930, et pour ma part j’ai craqué pour le carnet que vous pouvez voir ci-dessous.

Puis, c’était l’heure de déjeuner. J’ai réservé une table au Oxo Tower, qui a une très belle vue sur la Tamise et la City. Quel bonheur de retourner dans un restaurent Londonien et de profiter d’une carte alléchante! J’ai commencé par un cocktail « Beauty and the Beast » à base de fraises fraîches, ananas et gin. Ensuite, j’ai penché pour un plat veggie, une belle salade au burrata, poivrons grillés et à la truffe, qui était un vrai régal. Mon mari prend souvent la même chose au restaurant, en l’occurrence un steak-frites!

En dessert, mon mari a pris la mousse au chocolat à la menthe et pour ma part j’ai essayé le dessert à l’abricot. C’était un peu comme un millefeuille à l’abricot, vraiment très original et bon!

Après le déjeuner, nous avions des billets pour aller au Tate Modern. J’ai particulièrement aimé l’oeuvre en bas à droite qui représente l’information en tant que tour de Babel: c’était composé d’une centaine de radios, tous allumés, et ça représente la surcharge d’informations, souvent contradictoires, auquel nous sommes exposés. En Angleterre beaucoup de personnes ont laissé tomber le port de masque, et je dirai que 50% de personnes au moins ne portaient pas de masque au Tate, il en va de même pour les transport en commun.

Ensuite, nous avons marché le long de la Tamise, et il était pratiquement l’heure d’aller retrouver nos amis pour notre soirée Cocktail!

Nous avons profité d’une chouette dégustation de quatre cocktails avec nos amis, c’était la première fois qu’on voyait ce groupe d’amis depuis le début de la pandémie. Nous étions installés sur la terrace de notre Club qui donne sur la Tamise, c’était de belles retrouvailles et une très bonne façon de terminer une journée off!

J’ai été ravie de cette journée à Londres, qui m’a réconforté dans ma décision d’avoir acheté une maison à côté de la capitale. Londres est une ville si dynamique, avec plein de choses intéressantes à faire!

En vous souhaitant de passer un très bon dimanche!

Lecture du mois de juin ~ Tangerine

Hello!

J’espère que vous avez passé une très bonne semaine et je vous souhaite d’ores et déjà un excellent week-end! Comme je vous le disais la semaine dernière, depuis mon déménagement je commence à lire beaucoup plus que lorsque j’habitais à Londres, et je pense que c’est dû au fait que le week-end j’aime découvrir les petites villes du Hertfordshire, et on y trouve souvent des librairies. Quel plaisir de pouvoir refaire les magasins de nouveau et de pouvoir choisir un livre selon ses envies du moment! Je fais aussi un réel effort en ce moment de passer un peu moins de temps sur les réseaux sociaux en semaine, ce qui me laisse d’avantage de temps pour lire le soir.

C’est ainsi que j’ai découvert le livre « Tangerine » dans le Waterstones de la jolie ville de Berkhamstead. J’ai tout de suite été attirée par sa couverture dramatique, qui montre une belle dame mystérieuse, qui protège ses yeux du soleil.

En effet, l’histoire se passe au Maroc, pendant les années 1950. Alice, une jeune femme fortunée a récemment emménagé à Tanger avec son nouveau mari, mais a beaucoup de mal à s’intégrer. Se sentant seule et perdue, Alice passe ses journées enfermée dans son appartement sombre tandis que son mari travaille en journée, et passe ses soirées à faire la fête avec ses collègues. Un jour, une ancienne amie de la fac rend visite à Alice par surprise, et Alice est perturbée. Qu’est-ce que Lucy est venue faire à Tanger? Comment est-ce que Lucy a appris son adresse? Après tout, ça fait depuis plusieurs années qu’elles ne se sont pas parlées, surtout après le terrible accident qui a eu lieu à la fac…

Tangerine est une histoire qui intrigue dès les premières pages, et à travers de beaux passages descriptifs on ressent une ambiance cinématographique. Le récit est écrit d’un point de vue d’ Alice et de Lucy de façon alternative, ce qui permet de découvrir les caractères et intentions véritables qui se cachent derrière les deux personnages principaux. Tangerine est un thriller psychologique inhabituel et intelligent, qui aborde des thèmes comme l’angoisse, la folie, l’amitié fusionnelle ainsi les lignes floues entre perception et réalité.

J’ai beaucoup aimé cette histoire et je vous la recommande. C’est une lecture sympathique pour l’été, à dévorer dans un endroit confortable à l’ombre et avec un thé à la menthe à portée de main, comme dans le roman! 

Avez-vous déjà choisi une lecture estivale? Très bonne journée!

Balade autour du Domaine de Kerguéhennec

Hello!

J’espère que vous passez une bonne semaine. Aujourd’hui je me replonge dans mes photos de la Bretagne! Avant de rentrer à Londres, nous avons profité d’un joli week-end ensoleillé afin de faire une longue promenade autour du Domaine de Kerguéhennec, qui se trouve à Bignan, près de Locminé. Le Domaine est un centre culturel, d’art de d’architecture. En temps normal il y a des expositions au magnifique Château, qui date du 18ème siècle. En ce moment le Château ainsi que sa boutique sont fermés, mais le domaine reste ouvert, pour notre plus grand plaisir. L’accès est libre et il y a de quoi s’occuper, car au sein de ses 175 hectares se trouve des sculptures d’art modern. On peut soit suivre des parcours précis afin de profiter de toutes les sculptures, soit déambuler tranquillement et être agréablement surprise lorsqu’on tombe sur une oeuvre. Je vous laisse deviner quelle option on a choisi!

Il y a 34 sculptures à trouver en tout, et de ceux que nous avons vu ma préférence va pour les petits oursons, si mignons! Les sculptures des oursons sont une création de Nicolas Fedorenko et la sculpture ci-dessous s’appelle « Tout un monde éloigné ». Cette sculpture est placée à côté de l’entrée au château et évoque la curiosité et l’insouciance de l’enfance. Les oursons essayent d’atteindre le chaudron, dont la forme me rappelle aussi un pot de miel! A travers les figurines mignonnes, l’artiste nous invite à créer des récits et à renouer avec ces histoires qui ont peuplé notre imaginaire lorsque nous étions enfants. J’aime beaucoup l’insouciance et la bonne humeur qui découle de ces sculptures, qui nous mettent dans le bon état d’esprit pour continuer notre découverte du domaine.

Et voici mes trois petits oursons!

Après ce grand bol d’air frais, quoi de mieux qu’un petit goûter? Avec les salons de thé fermés, nous sommes rentrés pour un petit tea time à la maison. Êtes-vous plutôt gâteau chocolaté ou fruité?

Je peux vous proposer soit une part de cake marbré aux deux chocolats…

…soit une tranche de gâteau à l’orange et au citron, avec son nappage acidulé!

J’espère que la balade gourmande vous a plu, et je vous souhaite de passer une excellente semaine! A bientôt!

Le livre du mois de janvier: Jane Eyre

Hello!

Comment allez-vous? Cette année, la seule bonne résolution que j’ai prise est d’essayer de lire d’avantage, et de vous présenter un livre par mois que j’ai lu et que j’ai aimé. Lorsque j’étais jeune, à l’école, collège et au lycée, je lisais énormément et très rapidement, souvent un livre tous les deux jours. Puis, lorsque je suis rentrée à la fac de droit j’avais tellement de travail et tellement de textes académiques à lire que j’ai commencé à lire beaucoup moins pour le plaisir. Le peu de temps que je consacrais à la lecture s’est encore vu diminuer lorsque je suis rentrée dans la vie active, puisque pendant quatre longues années je travaillais à temps plein en tant qu’assistante juridique en plus d’aller à l’école des avocats le soir, donc les créneaux lecture que j’aurai pu avoir (pendant le trajet métro matin et soir par exemple, ou le week-end) étaient désormais consacrés à mes études. Lorsque je suis devenue avocate stagiaire, j’ai recommencé à lire le week-end, mais plus doucement, en choisissant mes livres avec soin et en les savourant. Depuis que je suis devenue pleinement qualifiée, je continue à lire tranquillement le week-end lorsque le temps me le permet, entre mes divers sorties et autres obligations. Avec la pandémie j’aurai pensé avoir soudainement énormément de temps libre pour bouquiner, mais entre une augmentation de volume de travail et le fait que je passe beaucoup de mon temps personnel à suivre les actualités ou à faire des recherches concernant l’achat de notre maison, ça n’a pas vraiment été le cas. Cette année, je vais donc essayer de lire d’avantage, en anglais et en français, car je pense vraiment que la lecture est quelque chose de formidable, qui permet de s’évader, de s’échapper, d’apprendre de nouvelles choses, de développer sa façon de s’exprimer, de réveiller son imagination et d’ouvrir son esprit.

Au mois de janvier, j’ai profité d’être à la maison en France afin de lire un livre appartenant à ma maman: Jane Eyre de Charlotte Brontë, qui a été publié en 1847 à Londres. Alors que je connaissais déjà un petit peu l’histoire, c’est la première fois que je lisais le roman.

Le roman commence lorsque Jane Eyre est encore enfant. Jane est une orpheline qui est recueillie par sa tante froide et distante avant d’être rapidement envoyée à l’internat Lowood pour cause de diverses rebellions et engueulades avec ses cousins, qui la maltraitent. La vie à l’internat est difficile, surtout lors d’une épidémie de typhus, mais Jane est brillante, dynamique, et reste à l’école pendant plusieurs années, d’abord en tant qu’élève, puis en tant que maîtresse. Souhaitant changer de vie, Jane répond à une annonce pour devenir gouvernante au manoir de Thornfield, qui appartient à un mystérieux M. Rochester. Jane trouve sa place à Thornfield, et s’occupe de l’éducation de la petite Adèle. Au fil des mois, Jane se rapproche petit à petit de M. Rochester malgré la différence d’âge et de fortune. Page après page, on découvre que M.Rochester est un homme intrigant, sûr de lui, joueur et énigmatique. Malgré son physique ingrat, Jane tombe tous les jours un peu plus amoureuse de son « maître ». Alors que Jane se rend malade à l’idée que M.Rochester va épouser la belle Mlle Ingram, qui vient d’une bonne famille, un soir M.Rochester admet enfin ses sentiments et demande Jane en mariage. Le jour du mariage, à l’autel même, un drame se produit et Jane découvre le terrible secret de M.Rochester…

J’ai adoré ce livre et l’écriture de Charlotte Brontë, qui a été une vraie découverte pour moi. Je ne sais pas exactement ce que j’imaginais, mais j’ai été surprise par le personnage de Jane Eyre, qui est vive, fougueuse, débrouillarde et délicieusement moderne! Un livre que je vous recommande et que m’a donné envie de lire d’autres romans des sœurs Brontë. Ce matin j’ai commencé à doucement faire quelques recherches concernant des livres de la même époque, et je suis tombée sur deux blogs consacrés aux sœurs Brontë qui m’ont l’air intéressants et qui sont régulièrement mis à jour: Anne Brontë Blog et Brontë Babe Blog. J’ai hâte de les parcourir cet après-midi!

A bientôt pour le livre du mois de février! En vous souhaitant un excellent samedi.

Brèves culturelles

Hello,

Comment allez-vous? Je vous souhaite de passer un bon week-end! Pour ma part c’est férié en Angleterre lundi, donc nous avons un long week-end de trois jours. Je vais profiter de ce temps afin de lire, me promener et dessiner un peu. Comme d’habitude en fait! Nous sommes toujours au Connemara et il n’y a pas grand chose de nouveau.

L’Angleterre et l’Irlande sont toujours confinés, donc je profite aussi de ce temps afin de regarder quelques films et séries. En temps normal je ne regarde pratiquement rien car je préfère lire, écrire ou prendre des photos. Cependant nous avons regardé quelques films et séries dernièrement! Voici un aperçu:

Films:

-Tout d’abord, j’ai adoré le film Phantom Thread qui raconte l’histoire d’un créateur anglais fictif à Londres pendant les années 1950, et sa relation quelque peu malsaine avec sa muse. J’ai beaucoup aimé le côté historique et psychologique du film, et la façon dont le film traite le perfectionnisme. Le tout sur un fond mode avec de très belles robes!

-Red Joan est un film que mon mari a souhaité voir et je vous le recommande sans hésiter. Basé sur une histoire vraie, c’est un film qui expose l’espionnage à l’université de Cambrige pendant les années 1940, dans un contexte de guerre froide. J’ai adoré les costumes du film et l’élégance des personnages et bien sûr Judi Dench et Tom Huges étaient parfaits dans leurs rôles!

-Nous avons regardé Mr Turner hier soir, et c’est un beau « film d’artiste », même si je dois dire que j’ai trouvé le personnage de Turner assez répugnant! C’est un film très réfléchi et j’ai beaucoup aimé voir le développement des tableaux de Turner ainsi que les anecdotes amusantes comme sa rivalité avec Constable, surtout lors des expositions annuelles au Royal Academy.

Livres:

-En ce moment je lis A Gentleman In Moscow, et c’est un livre parfait à lire pendant le confinement car justement le livre raconte l’histoire d’un membre de l’aristocratie Russe qui a été condamné à ne pas quitter son logement par le gouvernement Bolchevique. Son crime? Avoir écrit des poèmes considérés comme étant trop risqués. Il se trouve que son logement est l’hôtel de luxe le Métropole…

Séries:

-Tout d’abord, nous avons regardé la série The Last Tycoon, basé sur le dernier livre de Fitzgerald. The Last Tycoon suit un réalisateur Américain juif pendant les années 1930, dans l’ère de la Dépression et la montée en puissance d’Hitler. J’ai aimé le contraste entre le glamour Hollywoodien et la présence malsaine de la puissance allemande aux Etats-Unis, qui essaye de censurer tout ce qui pourrait être perçu comme étant une critique du Reich.

-Enfin, nous sommes actuellement en train de regarder Normal People, que je trouve terriblement ennuyeux, avec des caractères exaspérants. La série est basé sur un livre et suit deux étudiants, Marianne et Connell. Ils s’aiment, mais n’arrivent pas à être ensemble. Et c’est à peu prés tout ce qui se passe…

Voilà, je termine avec une série que je ne vous recommande pas, mais j’espère que cet aperçu vous a plu! Je vous souhaite de passer un très bon week-end et à bientôt!

Expo « Picasso and Paper » au Royal Acadamy

Hello!

J’espère que vous allez bien et que vous avez passé une bonne semaine. Pour ma part j’ai beaucoup travaillé, mais je suis tout de même sortie prendre un verre avec un groupe d’amis jeudi soir, et hier soir je suis allée à l’expo « Picasso and Paper » au Royal Academy avec une amie. J’attendais cette expo avec impatience et j’ai pris mon appareil photo avec moi au cas où on aurait le droit de prendre des photos.

L’expo est vraiment grandiose, avec plus de 300 oeuvres. C’est l’expo la plus grande que j’ai eu l’occasion de voir au Royal Academy! Je vous conseille de prendre au minimum de deux heures pour visiter l’expo, car il y a vraiment beaucoup de choses à regarder. Entre les peintures, dessins, croquis, vidéos, photos, sculptures et même des petites choses comme des serviettes pliées et découpées, il y a vraiment de quoi apprendre d’avantage sur Picasso et comment il travaillait sur le support papier. C’est impressionnant et inspirant et je suis ravie de pouvoir partager ces photos avec vous.

Ci-dessus, voici l’oeuvre que j’ai préféré de tout l’expo, je trouve le portrait tellement intrigant! Les couleurs sont divines et je trouve le travail du crayon vraiment intéressant. Il y a la possibilité d’acheter une reproduction à la boutique du musée et j’avoue que j’hésite à le prendre pour la déco de ma future maison!

J’ai aussi beaucoup aimé les dessins sur papier journal, comme ci-dessous. Il y avait plusieurs exemplaires, notamment sur des articles de journal de la période du seconde guerre mondiale.

Picasso travaillait aussi sur les costumes de théâtre, et il y avait plusieurs petits clips montrant des pièces de théâtre et danse où les acteurs portaient les costumes imaginés par Picasso. Les costumes étaient très excentriques comme ci-dessous, et les pièces de théâtre et de danse relevaient plutôt du surréalisme.

L’avant-dernière pièce de l’expo était très intéressante et était consacrée aux oeuvres de grands maîtres qui ont été ré-imaginées par Picasso. Voici la première oeuvre sur laquelle Picasso a travaillé: »Les femmes d’Alger » de Delacroix.

Et voici la version Picasso:

J’ai trouvé ça fascinant de voir ces oeuvres classiques, retravaillées. Une autre? Voici le « Déjeuner sur l’Herbe » de Manet.

Et la version Picasso:

Picasso a re-inventé le Déjeuner sur l’Herbe plusieurs fois, voici une autre version:

Enfin, il y avait beaucoup de petites oeuvres sur support papier, notamment à cause du fait que pendant la guerre, les toiles et peintures n’étaient pas facilement disponibles. De toutes les petites oeuvres sur papier, serviettes, morceaux de journaux et autres, j’ai longuement admiré celle-ci:

J’ai absolument adoré cette expo, et si vous pouvez le voir je vous le conseille sans hésiter! L’expo est joyeuse et colorée, un peu mélancolique par moments (la période bleue, Guernica…) mais avant tout très inspirante et je suis ressortie du Royal Academy avec des paillettes plein les yeux! L’expo est jusqu’au 13 avril et coûte £22. L’expo est un peu plus chère que la plupart des expos au Royal Academy, mais je trouve que ça se justifie largement par la quantité des oeuvres à admirer.

Expo Mary Quant au V&A

Bonjour,

J’espère que vous passez un excellent week-end. J’ai plein de choses à vous raconter! Malgré mon intention de passer un mois de janvier très calme, mon agenda s’est rapidement rempli entre les sorties entre amis, les expos et pièces de théâtre à voir. Notre projet d’acheter une maison à Londres démarre rapidement aussi, donc nous multiplions les rendez-vous avec les banques et bien sûr, les recherches (en-ligne pour l’instant) d’une maison qui nous convient!

Aujourd’hui je vous propose un aperçu d’une expo qui m’a vraiment plu et que j’ai vu il y a quelques semaines au V&A. Après la merveilleuse expo Dior au V&A, que j’ai eu la chance de voir deux fois, j’avais très hâte de voir ce qu’ils allaient nous proposer pour Mary Quant.

Je n’ai pas du tout été déçue, et cette expo haut en couleurs est une merveille! Ce qui n’apparaît pas dans les photos est que l’expo est vraiment très dynamique et vivante: il y a plein de vidéos montrant Mary Quant qui parle de ses idées sur la mode, de la musique des années 1960 qui joue…

Mary Quant était si jeune et fraîche dans les vidéos! Elle a beaucoup parlé du fait que la mode devait être quelque chose d’amusant, quelque chose qui met un peu de bonheur au quotidien et surtout quelque chose d’accessible pour tous.

Mary Quant expliquait dans ses vidéos que les Londoniennes n’avaient plus le temps, les moyens ou l’envie d’attendre les collections de vêtements parisiens sûr-mesure. Pour Mary, les femmes avaient envie de s’amuser avec leur garde-robe, de mettre de la couleur dans la grisaille Londonienne et d’être sexy… Le prêt-à-porter s’est alors développé et le « style Londonien » sous la direction de Mary est né!

L’expo est sur deux étages, les vêtements du rez-de-chaussée sont plutôt sobres tandis qu’à l’étage c’est beaucoup plus funky.

J’ai adoré toute la partie de l’expo sur les sous-vêtements et collants. J’ai trouvé ça fascinant d’apprendre plus sur l’utilisation de corsets et le fait que petit à petit les femmes ont arrêté de les mettre. Les corsets sont devenus des gaines, ensuite il y a eu les gaines souples avec porte-jarretelles incorporés dans le tissu, ensuite des culottes/gaines jetables auxquels des bas étaient attachés et enfin, après multiples essais, le collant est né!

L’expo montre pas uniquement les vêtements, mais aussi beaucoup d’accessoires et maquillage, pour mon plus grand bonheur. Les années 1960 marquent aussi l’ère du développement du maquillage et Mary Quant a eu l’idée de lancer sa collection. Afin de rendre la collection de maquillage accessible aux jeunes femmes, elle a eu l’idée de créer une bande-dessinée pour montrer comment appliquer le maquillage. Le maquillage était bon marché, et l’idée était que les jeunes femmes pouvaient acheter un produit toutes les quelques semaines, et ainsi changer de look au fil des saison. Tout ceci était révolutionnaire à l’époque!

J’ai beaucoup aimé cette expo haut en couleurs, et je vous le conseille sans hésiter. L’entrée est à £14.50 et l’expo est jusqu’au 16 février 2020 au V&A.

Expo Natalia Goncharova au Tate Modern

Hello!

J’espère que vous avez passé une bonne semaine. C’est bientôt le week-end!

Le mois dernier, j’ai passé une jolie soirée au Tate Modern avec une copine. A vrai dire nous avons vu les affiches pour l’expo Van Gogh dans le métro, donc nous nous sommes donnés rendez-vous au Tate un vendredi soir après le travail. J’ai profité du beau temps et j’ai fait une bonne partie du trajet à pieds. Sur le chemin je me suis soudainement rappelée qu’il y a deux Tate à Londres, le Modern et le Britain, qui se trouve à Pimlico (j’oublie toujours le deuxième Tate car je ne vais pratiquement jamais dans ce quartier-là). En arrivant au musée, j’ai eu le bonheur de retrouver ma copine, mais on s’est rapidement rendus compte qu’on s’est toutes les deux trompées et que l’expo Van Gogh était en fait au Tate Britain. Tant pis, on a profité d’être au Tate Modern afin de voir deux expos que l’on n’aurait peut être pas fait en temps normal: Natalia Goncharova et Olafur Elliason. Et c’était une belle découverte!

Voici le Tate Modern!

Natalia Goncharova est une peintre Russe du début du 20ème siècle, et c’était la première fois que je découvrais ses tableaux. J’ai beaucoup aimé le mélange hétéroclite de son style de peinture: Natalia est passée de l’impressionnisme au cubisme, et lorsqu’elle a quitté la Russie pour s’installer à Paris, elle s’est plutôt consacrée aux costumes de ballet et aux décors de théâtre. En parcourant l’exposition, on n’aurait pas forcément pensé que toutes les oeuvres exposées étaient de la même personne!

Ci-dessous, vous pouvez voir son joli autoportrait qui date de 1908.

La dernière partie de l’exposition était consacrée au travail de Natalia Goncharova dans le monde du théâtre. Ci-dessous vous pouvez voir un des costumes qu’elle a imaginée ainsi qu’une décoration de théâtre. Comme je le disais plus haut, elle a vraiment su varier et faire évoluer son style créatif!

Nous avons passé une belle soirée au Tate Modern! Le musée est ouvert jusqu’à 22hrs le vendredi soir, donc nous avons vraiment eu le temps d’en profiter. Après les expositions, nous avons été prendre un verre à l’hôtel Sea Containers, où l’intérieur est si joli et décoré d’un bleu poudré avec des accessoires dorées. J’ai opté pour un Bellini à la pêche avec du champagne. Cheers!

Je vous souhaite de passer un bon vendredi et bon début de week-end!

Expo Manolo Blahnik à la Wallace Collection

Bonjour!

J’espère que vous passez un excellent week-end. Pour ma part, j’ai été très occupée au travail cette semaine, mais ce week-end c’est repos, art, shopping et tea time avec les copines!

Cet été, la Wallace Collection nous offre un véritable cadeau: une expo gratuite sur le travail de Manolo Blahnik, où des dizaines de chaussures sont exposées au sein de collections permanentes. Je trépignais d’impatience d’y aller! Ce week-end, mes amies Mélodie et Abby sont à Londres, donc nous avons décidé d’y aller ensemble, pour mon plus grand bonheur!

La Wallace Collection est un des musées préférés de Manolo Blahnik, et ça fait depuis des années qu’il visites les oeuvres qui y sont exposées afin de puiser de l’inspiration pour ses collections. Pour notre plus grand plaisir, Manolo Blahnik a prêté une petite centaine de chaussures au musée. Les chaussures sont exposées au sein du musée par thème: Commedia dell’Arte, Simplicité, Amour et Passion, une Interprétation Anglaise, Opulence…

Pour Manolo Blahnik, le processus créatif commence toujours avec un dessin d’une chaussure imaginée, rêvée. L’expo débute donc avec ces jolies esquisses:

Pouvez-vous deviner les chaussures ci-dessous?

Les chaussures sont exposées sous cloche, façon cabinet de curiosités. Ce sont de vrais bijoux! Je me demandais comment les chaussures allaient être intégrées à l’expo et je trouve cette méthode parfaitement réussi. Il est juste parfois un peu difficile de prendre les chaussures en photo à cause des reflets…!

Pouvez-vous voir les chaussures noires devant la cheminée? Les chaussures étaient parfois tellement bien intégrées dans la pièce qu’au premier coup d’œil ce n’est pas forcément ce que l’on remarque en premier!

J’ai surtout photographié les chaussures qui me plaisent le plus, qui sont bien sûr les chaussures les plus féminins et baroques, mais il y avait aussi des chaussures plus modernes à admirer, comme ci-dessous.

Même les ballerines sont merveilleuses!

Nous avons gardé le meilleur pour la fin. La pièce la plus jolie du musée à mes yeux est celle où il y a la Balançoire de Fragonard et la Madame de Pompadour de Boucher. Le thème de ces chaussures est « Amour et Passion ».

Les reconnaissez-vous? Ce sont les chaussures pastel que Manolo Blahnik a crée pour le film Marie Antoinette de Sofia Coppola!

Voici les merveilles! Je les veux toutes! C’est décidé, pour mon anniversaire cette année, je m’offre une paire de Manolo. J’ai très hâte!

Après cette fabuleuse expo, nous avons d’abord été admirer les chaussures chez Selfridges et ensuite nous avons été prendre un thé et une part de gâteau chez Deliciously Ella. De quoi terminer cette belle journée sur une note sucrée! Mes photos du tea time sur mon deuxième compte Instagram.

Je sais déjà que je retournerai à cette expo avant que ça se termine! J’ai envie de regarder certaines pièces de nouveau et aussi de regarder la boutique de l’expo, que nous n’avons pas pu faire cette fois par manque de temps. Comme l’expo est inspirante!

J’espère que les photos vous ont plu et je vous souhaite de passer un excellent dimanche!

Jane London Artiste-Peintre

Hello!

J’espère que vous avez passé une belle semaine. Pour ma part j’ai beaucoup travaillé, et puis hier soir je suis allée au Royal Academy of the Arts pour l’exposition Bill Viola et Michel-Ange, qui avait pour sujet la vie, la mort et la résurrection. L’exposition était… intéressante, même si un peu glauque. C’était cependant une chance d’y être allée, car j’ai pu voir des dessins de Michel-Ange qui ne sont exposés que très rarement.

Pour rester dans le domaine artistique, en début de mois je suis allée au Talented Art Fair afin de rencontrer Jane London!

Jane m’a très gentiment contacté un peu avant Noël, pour me présenter ses peintures, son joli site internet et pour me proposer de me faire une peinture! Comme ses oeuvres allaient être exposées au Talented Art Fair à Shoreditch, c’était l’occasion parfaite pour se rencontrer.

C’était un vrai bonheur de découvrir le Talented Art Fair et de rencontrer Jane! Le Talented Art Fair se déroule sur trois jours et est une excellente opportunité pour découvrir de nouveaux artistes. On peut acheter toutes les oeuvres qui sont exposées, et comme ce sont souvent de jeunes artistes, les prix sont plutôt abordables. J’ai adoré m’y promener et regarder toutes les peintures!

Voici la carte de Jane, reconnaissez-vous quelqu’un?!

Jane est spécialisée dans les portraits, l’hyperréalisme et dans le pop art, et j’adore ses tableaux remplis de couleurs et d’énergie! Jane vend les tableaux exposés ci-dessous mais propose également de peindre vos portraits à partir d’une photo que vous pouvez lui envoyer.

J’aime beaucoup tout ce bleu, ce rose, les lunettes de soleil, les bulles… Les tableaux sont harmonieux vont si bien ensemble! Je ressens uniquement de bonnes ondes lorsque je regarde les peintures de Jane, c’est un plaisir de regarder ses tableaux.

Un joli style contemporain et haut en couleurs!

Jane m’a très gentiment proposé de me faire une peinture! Après avoir réfléchi pendant un moment, j’ai décidé de lui envoyer une photo de ma maman. J’ai essayé de choisir une photo qui collerait bien au style de Jane: de la couleur, des lunettes de soleil, un moment joyeux…

Voici la photo que je lui ai envoyé!

Et voilà le tableau! Très joli et coloré, c’est-ce pas? J’aime beaucoup tous les détails dans la peinture: les boucles d’oreilles, le cocktail rose, les cheveux juste parfaits, le regard souriant…! Ma maman est tout aussi ravie du portrait! Pour l’instant, le portrait a trouvé sa place dans ma cuisine.

J’espère que la découverte des tableaux de Jane London vous a plu! Je vous souhaite de passer un excellent week-end.