Expo Mary Quant au V&A

Bonjour,

J’espère que vous passez un excellent week-end. J’ai plein de choses à vous raconter! Malgré mon intention de passer un mois de janvier très calme, mon agenda s’est rapidement rempli entre les sorties entre amis, les expos et pièces de théâtre à voir. Notre projet d’acheter une maison à Londres démarre rapidement aussi, donc nous multiplions les rendez-vous avec les banques et bien sûr, les recherches (en-ligne pour l’instant) d’une maison qui nous convient!

Aujourd’hui je vous propose un aperçu d’une expo qui m’a vraiment plu et que j’ai vu il y a quelques semaines au V&A. Après la merveilleuse expo Dior au V&A, que j’ai eu la chance de voir deux fois, j’avais très hâte de voir ce qu’ils allaient nous proposer pour Mary Quant.

Je n’ai pas du tout été déçue, et cette expo haut en couleurs est une merveille! Ce qui n’apparaît pas dans les photos est que l’expo est vraiment très dynamique et vivante: il y a plein de vidéos montrant Mary Quant qui parle de ses idées sur la mode, de la musique des années 1960 qui joue…

Mary Quant était si jeune et fraîche dans les vidéos! Elle a beaucoup parlé du fait que la mode devait être quelque chose d’amusant, quelque chose qui met un peu de bonheur au quotidien et surtout quelque chose d’accessible pour tous.

Mary Quant expliquait dans ses vidéos que les Londoniennes n’avaient plus le temps, les moyens ou l’envie d’attendre les collections de vêtements parisiens sûr-mesure. Pour Mary, les femmes avaient envie de s’amuser avec leur garde-robe, de mettre de la couleur dans la grisaille Londonienne et d’être sexy… Le prêt-à-porter s’est alors développé et le « style Londonien » sous la direction de Mary est né!

L’expo est sur deux étages, les vêtements du rez-de-chaussée sont plutôt sobres tandis qu’à l’étage c’est beaucoup plus funky.

J’ai adoré toute la partie de l’expo sur les sous-vêtements et collants. J’ai trouvé ça fascinant d’apprendre plus sur l’utilisation de corsets et le fait que petit à petit les femmes ont arrêté de les mettre. Les corsets sont devenus des gaines, ensuite il y a eu les gaines souples avec porte-jarretelles incorporés dans le tissu, ensuite des culottes/gaines jetables auxquels des bas étaient attachés et enfin, après multiples essais, le collant est né!

L’expo montre pas uniquement les vêtements, mais aussi beaucoup d’accessoires et maquillage, pour mon plus grand bonheur. Les années 1960 marquent aussi l’ère du développement du maquillage et Mary Quant a eu l’idée de lancer sa collection. Afin de rendre la collection de maquillage accessible aux jeunes femmes, elle a eu l’idée de créer une bande-dessinée pour montrer comment appliquer le maquillage. Le maquillage était bon marché, et l’idée était que les jeunes femmes pouvaient acheter un produit toutes les quelques semaines, et ainsi changer de look au fil des saison. Tout ceci était révolutionnaire à l’époque!

J’ai beaucoup aimé cette expo haut en couleurs, et je vous le conseille sans hésiter. L’entrée est à £14.50 et l’expo est jusqu’au 16 février 2020 au V&A.

8 réponses à “Expo Mary Quant au V&A

  1. Oh, ça fait envie. Et je n’ai pas été à Londres depuis si longtemps…

  2. Vraiment les vêtements de qualité on pourrait encore les porter… Et vraiment tu t’as amusé, quelle envie… Belle semaine et gros bisous.

  3. Magnifique expo en effet, j’aurais adoré la voir ! merci du partage et à bientôt pour une nouvelle exposition londonienne !

  4. C’est peps et pop ! Un vintage vestimentaire qu’il ne me déplairait pas de retrouver.

  5. Encore une femme qui a révolutionné la mode, le confort encore ! Et aussi Twiggy et son maquillage particulier 🙂
    Mademoiselle Chanel évidemment n’aimait pas, elle disait qu’on ne montrait pas ses genoux, qu’un genoux c’était laid, une articulation comme le coude !
    Je pense qu’elle n’a pas du aimer être détrônée par une autre révolutionnaire. Je me souviens que même ma mère montrait ses genoux à plus de 50 ans ! Mais elle avait de belles jambes !
    Et le collant ! Quel plaisir, même si les premiers étaient encore assez chers et ne se vendaient pas en grandes surfaces, mais en mercerie ou en commerces de lingerie. Dim (sous marque de Dior) est arrivé, avec l’émission Dim Dam Dom. Pour ma part, j’étais encore en chaussettes blanches, mais les robes chasubles étaient bien pratiques sous les blouses de collégiennes !
    Toujours ravie de te lire ! Bonne semaine !

  6. Bonjour Madeleine,

    Voilà une autre exposition du V&A que j’aurais bien plaisir à visiter. Encore aujourd’hui, j’adore les vêtements de Mary Quant. Des cousines, un peu plus âgées que moi, qui suivaient tout ce qui était à la mode, au goût du jour, portaient ce genre de vêtements. Elles devenaient à mes yeux des icônes de la mode. Il va sans dire que nous avons suivis les traces de ces femmes quelques années plus tard. Ces vêtements reflétaient le sentiment de liberté, des jupes plus courtes permettaient la mobilité, de courir, de sauter et de s’amuser. Et que dire des magnifiques collants colorés. J’ose encore en porter.

    Merci Madeleine pour ce billet qui pimente le mois de janvier. Tu es toujours aussi dynamique.

    Je te souhaite une bonne semaine et on se dit à bientôt 👋🏻!

    Bises,

    Louise

  7. Je découvre grâce à vous et j’aime beaucoup.

  8. Wow j’adore ce style. Merci de nous faire vivre toutes ces jolies expos temporaires! Belle semaine à toi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.