Archives de Tag: Durham

Golden Mask

En faisant un peu de rangement dans mon appartement le week-end dernier, j’ai retrouvé un joli masque que j’ai acheté lorsque j’étais encore étudiante à Durham, pour une soirée masquée au Château. Je l’avais presque oublié, et porté qu’une fois, donc je serais ravie de le reporter lorsque l’occasion se présentera de nouveau!

Je le trouve ravissant avec ses paillettes dorées, ses plumes blanches, son ruban de satin noir. Je l’avais repéré dans une petite boutique avec de multitudes déguisements et de souvenirs pour les touristes qui venaient visiter ma ville universitaire. Ahh, comme Durham me manque! Je me demande si la boutique est toujours là…

J’espère que vous passez une bonne semaine, en ce moment je passe mon temps à courir partout, à travailler comme un dingue, à réviser mes cours dans le métro, pendant la pause du midi (même si je travaille toujours pendant la pause du midi, donc ça ne chance pas grand chose), en rentrant le soir… Mais j’essaye de me coucher relativement tôt pour récupérer!

J’ai inséré ci-dessus quelques liens vers mes articles préférés que j’ai pu écrire sur Durham. De temps en temps j’aime regarder les photos que j’ai pu publier, les mots que j’ai pu griffonner sur ma fac… C’est nostalgique mais apaisant! Cela me fait penser que je devrais vraiment y retourner lorsque j’ai un week-end de libre, mais j’ai peur de ne pas avoir une grande envie de rentrer à Londres…

Bonne soirée!

Strictly Gershwin au London Coliseum

Happy Sunday!

Je passe un week-end délicieusement culturel, et vous? Je suis allée au Coliseum afin de voir Strictly Gershwin vendredi soir, c’était tout simplement fabuleux!

Strictly Gershwin m’a laissé avec des paillettes plein les yeux! C’est un spectacle qui recrée le glamour du golden age Hollywoodien, avec le English National Ballet.

Ballet, jazz, ballroom et tap dancing… C’était spectaculaire! La pièce célèbre l’œuvre de George Gerswhin, on retrouve donc des airs magiques comme Rhapsody in Blue, An American in Paris et Summertime.

Les belles costumes, l’élégance et la grâce des danseuses de ballet m’ont vraiment fait rêver, et je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner!

Le spectacle est passé à toute vitesse, et a duré 2 heures 30. J’y serais bien resté beaucoup plus longtemps!

Maintenant je n’ai qu’une envie, et c’est d’y retourner très prochainement. Après avoir survolé le programme 2012, il y a tellement de ballets qui me tentent comme Coppélia, Anna Karenina… Mais également de l’opéra aussi, comme The Flying Dutchman, Madam Butterfly et Caligula.

D’ailleurs, plus j’y pense, plus j’ai envie d’aller voir Coppélia:

Mon samedi était tout aussi délicieux, j’ai retrouvé un ami de Durham, qui m’a invité chez Ladurée afin de papoter autour d’un chocolat viennois et thé à la rose… C’est la première fois que j’y retrouve depuis plusieurs mois, et je dois avouer que le service était nettement plus appréciable.

Nous avons ensuite parcouru le National Gallery, où j’ai longuement admiré mes œuvres préférés de Canaletto, Claude et Turner. Nous avons passé tout l’après-midi au National, j’avais oublié comment c’était agréable de ne rien fait à part se perdre dans de jolis tableaux.

Les images ci-dessus me semblent être terriblement floues, je vous encourage vraiment à aller les admirer au National si l’occasion se présente à vous.

Après notre visite du National Gallery, nous avons remonté vers Piccadilly, où à défaut de trouver un joli bar, nous avons été nous réfugier au lounge de l’hôtel Le Méridien, afin de prendre une coupe de Champagne  et un verre de vin ou deux pour fêter la nouvelle année qui commence, la reprise de mes études, nos retrouvailles… Enfin, toutes les occasions sont bonnes pour boire du Champagne!

Je suis rentrée plutôt tard hier, donc aujourd’hui j’ai décidé de rester à Harrow, je vais faire mes courses, ranger mon appartement, cuisiner un peu, étudier et regarder un film.

Je vous embrasse!

Milkshake à la rose

Youhouu, il fait enfin beau! Tellement beau que le Met a sorti un ‘extreme weather warning‘, en disant qu’il faut faire attention à la ‘heat wave‘ (la canicule) du dimanche et lundi. Uh huh…

Ce matin je me suis transformée en domestic goddess: j’ai fait briller mon appartement, j’ai recyclé, rangé mes placards, tout aéré et j’ai fini par quelques pschitt du spray ‘Les Seychelles’ pour que la transformation soit complète. Cet après-midi je dois aller faire des courses, j’ai bien envie d’essayer de cuisiner une soupe estivale, une soupe petits pois et menthe par exemple.  Je vais également faire le plein de légumes et de fruits et je vais planifier mes salades de la semaine.

En attendant, ce midi j’ai lu et j’ai profité du soleil en sirotant un milkshake à la rose. C’était ma première tentative de milkshake, et ce n’était pas du tout mauvais!

Je vous livre de suite ma recette, c’est vraiment tout simple, rafraichissant et bon.

Ingrédients:

  • Un verre de lait
  • Une cuillerée à café d’essence de rose (j’ai trouvé ceci à l’épicerie indienne du coin, 49p la petite bouteille!) Je pense que le sirop de rose doit très bien marcher aussi, même si cela doit être plus sucré.
  • 4 glaçons
  • Une petite cuillère à soupe de glace vanille (je pense que c’est facultatif, je n’ai pas spécialement vu une différence entre avec et sans glace… Ou alors il aurait peut être fallu en mettre beaucoup plus, ce dont je n’avais pas envie).
  • Deux fraises

On mixe bien le tout et voilà! Votre milkshake est prêt…! C’était très bon, tout aussi délicieux (mais peut être moins sucré) que le lait à la rose de chez Ladurée.

Comme vous pouvez le voir, mon jardin est plutôt sauvage (le jardinier/propriétaire s’en occupe une fois tous les …) mais il y a des jolies choses comme des palmiers, on plante parfois des fleurs devant mon petit chez moi, j’ai quelques herbes aromatiques et il y a une plante à lys que vous pouvez voir ci-dessous. Les lys sont oranges et sont toutes belles, même si le mauvais temps n’a rien arrangé ces derniers temps. La petite table est très ‘shabby chic‘ également.

En ce moment je lis The Fry Chronicles, c’est drôle, émouvant, intelligent. C’est la deuxième partie de l’autobiographie de Stephen Fry, et traite tout particulièrement de ses années Cambridge, de ses débuts dans le théâtre. Je le conseille à tous les anglophones!

En parlant de Stephen Fry, il y a une rumeur qui circule par rapport au fait qu’il va peut être devenir le nouveau chancellor de Durham. En effet, notre cher Bill Bryson va prochainement quitter cette fonction, on va donc commencer à proposer de nouveaux chancellors, un vote aura lieu bientôt il me semble.

Bon dimanche!

Friends etc

  • Se retrouver sur le quai de métro bondé
  • Rentrer dans mon petit nid douillet tout en papotant comme si on se voyait encore tous les jours
  • Parler de Durham comme si on y était encore
  • Partager nos souhaits et rêves pour cette nouvelle année qui commence
  • Discuter des réformes juridiques
  • S’indigner devant la bêtise des hommes en général
  • Partager des Lola’s cupcakes: Un mini banana cupcake, un mini rocky road, un mini red velvet, un mini cupcake à l’Oreo.
  • Goûter des spécialités grecques, qu’elle m’a apporté en guise de cadeau (très) gourmand: Des petits biscuits secs avec des noisettes et du sucre glace, des pâtisseries grecques au sirop (J’en ai encore plein le frigo… Aïe mon régime!).
  • Faire des litres d’infusion à la Camomille
  • Regarder le dernier catalogue Jack Wills, en choisissant ensemble nos futurs achats…
  • Une soirée, c’était beaucoup trop court, mais bien assez pour me rappeler que mes vraies amies seront toujours là pour moi, même si la distance peut nous séparer.

Belle journée!

Nostalgie et mélancolie

Ce matin , réveillée relativement tôt… Impression d’avoir attrapé un rhume… Il pleut… Je me suis fait du thé… Pris un petit médicament contre les rhumes… Que j’ai revomi une heure après (plus glamour, tu meurs!)… Même pas pu finir mon thé du coup…! A chaque fois que je suis malade et que je prends des médicaments, que ce soit des antibiotiques ou alors comme ici, des gélules du genre NightNurse, j’oublie qu’il faut que je mange avant de les prendre, sinon mon corps les rejette violemment, et ce depuis quelques années. Pouah! Le week-end commence bien.

Pour continuer dans cet état d’esprit délicieusement sombre, j’ai aperçu sur Facebook des photos de mes amis, au Château, à Durham…

J’ai commencé à regarder mes propres photos. A Durham j’avais l’impression d’appartenir à quelque chose, d’être à ma place, là où il le fallait. J’étais acceptée, aimée, entourée, soutenue, j’apprenais, je m’amusais, je découvrais plein de choses sur moi, sur les autres, sur le droit, dans une ville charmante, historique, remplie de culture, de traditions, de savoir-faire, de bienveillance. J’y repense avec nostalgie, c’était vraiment une bulle magique, envoutante.Tout me manque.

Il me semble n’avoir jamais publié ces photos du Middle Common Room. C’est ici que je retrouvais mes avis avant les dîners, après, pour un petit verre de vin ou de Porto du fin d’après-midi… *soupir*

 

 

Somewhere more familiar (2)

Comme vous avez déjà pu le voir, Oxford est une merveilleuse petite ville qui m’a vraiment beaucoup fait penser à Durham. J’ai adoré pourvoir observer de plus près tout l’héritage historique et culturel de cette institution, et je suis infiniment jalouse des étudiants qui ont la chance d’y être !

L’Université d’Oxford me semble être vraiment très grand, ils ont 38 Colleges comparé aux 16 Colleges de Durham, et toute la ville est dominée par les fascinants bâtiments académiques. Nous avons eu la chance de pouvoir apercevoir quelques instants d’une graduation, où les étudiants étaient tellement majestueux, vêtus de leurs robes noires ornées de la capuche.  Comme je suis heureuse de savoir que l’Angleterre est encore un pays où tradition, la brillance et la culture sont encore célébrés de cette façon !

Oxford en soi me semble être une ville relativement grande, car si on met de côté l’Université, il y a une deuxième partie, où l’on trouve tout plein de boutiques, certaines très originales, d’autres plus classiques… Et dans ce sens-là, le centre ville ressemble à n’importe quel centre ville d’Angleterre.

Ce qui est intéressant c’est que la partie académique et ‘populaire ‘ de la ville sont mélangés, il n’y a pas deux quartier distincts. En plus, il est important de noter qu’il y a d’autres facs qui se trouvent à Oxford, par exemple Oxford Brooks, une Université complètement à part. Ainsi, pas tous les ‘jeunes’ sont forcément des étudiants d’Oxford, alors qu’à Durham c’était comme un village étudiant, il n’y avait vraiment que nous en journée, et on nous reconnaissait très facilement.

Dans la ville d’Oxford, j’ai ressenti le fait qu’il n’y avait que deux catégories de personnes : Les personnes attachées à la fac… et les autres ! L’Université semble faire de son mieux de protéger les étudiants en quelques sorte, car tous les Colleges sauf un étaient fermés au public, beaucoup de bâtiments de la fac étaient fermés à clef ou bien il fallait un pass pour y rentrer ; et le pire ça a été les jardins des Colleges, où on voyait les étudiants tranquillement s’amuser, jouer au cricket ou croquet, boire du Pimm’s... Derrière des barreaux !

C’est vraiment comme si l’élite était protégée, et le simple commun des mortels ne pourrait que rêver d’une vie aussi riche, intellectuellement parlant.

Cependant, je comprends le désir de donner la possibilité aux étudiants de rester tranquillement au sein de leur College, car après tout c’est chez eux, ils y habitent, y prennent leurs repas… Toute la vie scolaire et sociale passe par le College. Je n’aimerais pas non plus être embêtée par des touristes chiants qui souhaitaient tout prendre en photo !

A Durham les Colleges étaient plus ouverts, il y avait moins de mesures de sécurité, souvent on pouvait juste passer la porte d’entrée afin d’avoir un petit aperçu.

En réalité, j’ai été absolument ravie de découvrir Oxford, car c’est une ville que je ne connaissais pas du tout. L’Université est splendide et très grand ; je suis sûre que je me sentirais bien dans cette ville !

J’ai pris des photos dès que je le pouvais, en essayant de capturer les différents Colleges et les petits instants qui représentent bien la vie étudiante. Ces prochaines photos vous montrent un petit échantillon de la vie étudiante autour de Christ Church College:

J’ai très envie de retourner à Oxford, mais j’ai envie de découvrir les Colleges, de parler avec les étudiants et professeurs, assister aux formal dinners… Vous l’avez deviné, j’irais bien m’inscrire à la fac tout de suite! C’est terrible de vouloir étudier à ce point, non?

Il me reste à vous faire découvrir la si jolie salle à manger de Christ Church College, là où ils ont tourné Harry Potter! En attendant, je vous souhaite un très bon samedi, et un bon week-end!

Congregation!

Congregation était une journée inoubliable qui m’a rendu encore une fois vraiment heureuse d’avoir fait partie d’une fac aussi merveilleuse.

Après être sortie très tard jeudi soir avec mes amis du LLM, il a fallu que je me lève relativement tôt vendredi matin pour commencer tous les préparatifs pour la graduation. Dès 10 heures du matin il a fallu que je sois à ma fac, présentable et en tenue de graduation pour aller chercher les billets réservés aux parents. Chaque étudiant dispose de deux billets pour ses invités, pour ses parents. La graduation est vraiment une cérémonie familiale pour fêter ensemble la réussite des étudiants. Après avoir été chercher les billets,je passe au Château pour récupérer ma robe noire avec la capuche du LLM. La capuche était donc de couleur lavande, avec un ruban de satin blanc, vraiment très jolie! J’espère que j’aurais bientôt des photos!

Sous ma robe de graduation je portais donc ma jupe Tara Jarmon, somptueuse, un brocard gris. C’est exactement celle-là mais j’ai préféré prendre la coupe droite, au genoux, plus classe et plus sobre:

Des bas opaques, petits talons, un pull fin en cachemire complétaient le tout! Je ne voulais pas une tenue trop extravagante, que de toute façon on ne voit pas tellement avec la robe noire.

Après avoir été chercher ma robe de graduation et les billets, je retrouve mes parents et Daddy m’achète un Teddy Bear de Durham Univeristy en tenue de graduation. Photos à suivre!

Un petit thé plus tard et mes parents me laissent pour aller se préparer. Déjà angoissée, je retrouve une copine, où on finit de se préparer et on enfile ensemble nos robes noires.

A midi nous devons être présents au Great Hall du Château, où on nous habille. Peu importe que vous soyez de University College ou pas, la cérémonie commence toujours au Château. On vérifie notre tenue, on nous met la capuche, on place les petites pinces pour qu’elle tienne.

Dans The Great Hall

Un petit discours puis on nous place par filière et par ordre alphabétique, ce qui prend pas mal de temps. Une fois placés, on marche du Great Hall jusqu’à la Cour extérieure du Château. Le maître des cérémonies refait un discours, on attend un petit peu, puis à 13hrs45 on commence à marcher du Château jusqu’à la Cathédrale. L’idée est que l’on rentre dans la Cathédrale en étant des graduands, et en ressort diplômés, et on obtient donc le statut des graduates.

Les graduands qui attendent par ordre alphabétique dans la Cour du Château

On entre dans la Cathédrale, les parents, amis et membres de la famille sont déjà présents et se lèvent. On se met en place, on s’assoit puis on se relève pour le « défilé académique » où tous les professeurs rentrent dans la Cathédrale, en tenue académique.

On entre dans la Cathédrale

A 14heures précises la cérémonie commence, notre Chancellor, Bill Bryson prend la parole. Divers membres de la faculté prennent la parole et font leurs petits discours. La remise des diplômes commence, nous sommes classés par filière. C’est en théorie tout simple, on énonce notre nom et notre College, on va serrer la main au Chancellor et on repart. Je n’ai pas de chance, la personne devant moi est le seul qui fait l’idiot: Au lieu de simplement aller serrer la main au Chancellor et de repartir, il fait une pause, fait un coucou aux caméras, attend que le photographe officiel prenne sa photo… Ça perturbe le rythme, tout le monde est confus! Enfin mon tour, j’entends « Madeleine Miranda … – University College », je réussis à sourire, à monter les trois marches sans tomber, à aller serrer la main à Bill Bryson, une seconde d’hésitation et je repars. Ouf!

On retourne s’asseoir, et une fois la remise des diplômes terminé, les discours reprennent. Bill Bryson prend la parole, fait un speech à la fois émouvant et humoristique, la cérémonie est close, on se lève de nouveau pour le défilé académique, on suit nos professeurs, on marche le long de la cathédrale, tout le monde applaudit, je retrouve mes amis dehors, c’est un moment fort, on se félicite mutuellement.

La sortie de la Cathédrale

Nos professeurs sont là, le Chancellor aussi. On retrouve nos parents, on prend des photos, dont une avec Bill Bryson… Il fait froid, je vais prendre les photos officielles puis je vais retrouver mes parents au Château où on prend un Afternoon Tea dans le Senate Suite pour fêter ma réussite!

A la sortie de la Cathédrale

Je vais rendre ma robe de graduation, puis on décidé d’aller au College Saint Chads où il y a un apéro pour fêter la réussite des LLM. Nos professeurs sont là de nouveau, on rencontre les parents des uns et des autres. Quelques verres plus tard et je vais chercher le DVD de la cérémonie avec quelques copines.

Une bouteille de Champagne rosé plus tard, je vais dîner avec mes parents et des amis dans un des restaurants chics de Durham. Beaucoup de vin, des bons plats, la soirée est une réussite! Deux copines dînent dans ce même restaurant (sur mes bons conseils!) juste à côté de nous, on rigole, on boit, on prend des photos… Les parents partent, on se retrouve toutes les trois pour papoter et terminer une bouteille de rouge. Nous sommes les dernières à partir du restaurant, puis on décide d’aller prendre un cocktail dans un bar branché avant de retourner dans notre bar à Champagne, où on reste jusqu’à la fermeture. La nuit n’est cependant pas terminée, on retourne à Saint Chads où on continue à discuter, on retrouve nos habitudes d’étudiants de Durham, on se balade dans le College, il y a du monde un peu partout, mais on trouve néanmoins une vieille salle remplie de fauteuils en cuir, de jolies tapisseries, il y a un piano, du Porto… J’adore le fait que jusqu’à la fin on découvre toujours de nouvelles choses, une vieille salle, de nouvelles personnes à Durham…

Le College Saint Chads, qui se trouve juste derrière la Cathédrale

Il est très tard, je suis fatiguée, je reprends mon chemin… Je fais une pause devant mon College, je remercie encore une fois mon Ange Gardien de m’avoir fait choisir la fac de Durham. Ou alors c’est sûrement Durham qui m’a choisie, je ne sais pas.

Tout est silencieux, il fait froid, il y a encore de la neige par terre, la Cathédrale et le Château sont illuminés, je suis si heureuse d’avoir passé un si bon moment mais j’ai indéniablement le sentiment qu’il est maintenant temps de laisser ma place aux prochains étudiants.

University College

University College

***

Je n’ai pas encore récupéré toutes les photos de la graduation! Une fois que ce sera fait, je pense que je mettrais une photo ou deux de moi en-ligne, dont ma photo avec Bill Bryson! Par contre je protégerais sûrement l’article avec un mot de passe, que vous aurez sur simple demande.

J’espère que le résumé vous a plu!