Archives de Tag: publicités anciennes

L’automne est là…

…In English

1

Automne  1952

Je ne peux plus le nier, l’automne est bel et bien arrivé. Hier soir les températures sont descendues à 5°C à Durham. Cette année j’ai un peu de mal avec le changement de saison. J’ai l’impression de ne pas avoir pu profiter de l’été (forcémemnt, avec un mémoire à rédiger j’ai du faire une croix sur les vacances…) et avec les soucis toujours présents c’est difficile de garder le moral! D’autant plus que l’arrivée de l’hiver est assez flagrante ici… Pendant l’été, il commence à faire nuit seulement vers minuit, et il fait jour dès 4 heures du matin. Cependant, au mois de décembre et de janvier, il commence à faire sombre à partir de 16heures. Les journées sont courtes, il fait froid, il y a de la neige dès le mois de Novembre…

Quelques petites idées pour apporter un peu de douceur à cette période transitoire:

  • Commencer à ressortir les pulls en cachemire et en soie, qui apportent douceur et chaleur. Partir en repérage pour des nouveaux pulls et écharpes en cachemire.
  • Penser à acheter une nouvelle couette, plus épaisse, où à défaut, trouver une jolie couverture qui pourrait tenir bien chaud!

J’adore cette image: les coussins, la couette king-size, les matières nobles, les couleurs douces… J’ai envie d’un peu de chaleur, d’un lit douillet. J’avais déjà parlé de la marque Provasi dans un billet précédent, mais c’est toujours à l’ordre du jour. J’aime beaucoup ce qu’ils font!

  • Allumer des bougies parfumées, qui sentent bon le Cranberry. Une lumière douce ne fait pas de mal non plus, je trouve ça très reposant.

Je pense que la bougie ‘Almond Cookie’ doit sentir très bon également. C’est tout nouveau, et est en édition limitée:

  • Penser à allumer mes petites guirlandes qui apportent un peu de couleur à mon bureau.

  • Admirer les jolis gants qui apparaissent peu à peu dans les magasins.
  • Mettre quelques gouttes d’huile essentielle à la vanille épicée ou au pain d’épices dans mon brûle-parfum. Passer chez The Body Shop pour voir s’il n’y a pas d’autres senteurs réconfortantes qui m’auraient échappées.

  • Préparer des grandes théières de thé noir épicé sans sucre. Mes préférés: le thé ‘Pleine Lune’, qui a un petit goût d’amande, ainsi que  ‘Le Thé de Noël’ de chez Mariage Frères, vraiment délicieux, qui sent bon les écorces d’agrumes et la cannelle. J’aime également le thé noir A. (Arichoï? … Je n’arrive pas à déchiffrer!) qui m’a été gentiment offert par Delphine. Il est très épicé, voir même pimenté… Miam!

  • Préparer des infusions ‘maison’:

Voilà une recette bien utile pour chasser un début de rhume:

Faire bouillir de l’eau dans une casserole, et ajouter le jus d’un demi-citron ainsi que son zeste râpé. Vous pouvez également ajouter le zeste d’un orange. Ajouter un bâton de cannelle (ou une pincée de cannelle à défaut!) ainsi qu’un peu de gingembre râpé. Laisser infuser puis filtrer. Délicieux avec une petite cuillerée de miel, ou alors avec un peu de cassonade.

  • Dormir et se reposer pour lutter contre les effets du froid: une tisane, un bon livre, et hop… au lit! Lorsqu’il fait vraiment froid et moche, j’essaye toujours de me coucher une heure plus tôt que d’habitude.

  • Prendre un long bain et y ajouter à sa guise quelques gouttes d’huile pour le bain (je pense à quelque chose comme Oilatum pour protéger les peux sensibles) ou alors un peu d’élixir reposant, qui est supposé détendre le corps et l’esprit, que je trouve chez Clarins. Ce bain aux plantes existe également dans sa version ‘tonic’, et sent bon le romarin, la menthe… Parfait pour dynamiser, j’imagine, mais je ne l’ai pas encore testé.

  • Penser à retrouver le baume ‘Eight Hour Cream’ de chez Elizabeth Arden. Ce baume est miraculeux, mais je m’en sers uniquement pendant l’hiver où l’on peut vraiment apprécier son effet ‘soin’.  Malgré l’odeur un peu étrange et sa texture grasse, le ‘Eight Hour Cream’ est absolument génial pour soigner les lèvres gercées et irritées par le froid. En règle générale je déteste les textures grasses, que ma peau n’aime pas particulièrement. Mais avec le ‘Eight Hour Cream’, les résultats sont bluffants! J’applique même le baume sur le visage avant de dormir lorsque la peau est vraiment sensibilisée par le froid et le vent, et au réveil la peau est redevenu souple et lisse, comme apaisée. Environ 25€ pour 50ml.

  • En ce moment, j’aime troquer mon parfum habituel (un Armani assez léger…) contre une goutte de Chanel n°5 ou N°19. Et je dis vraiment une goutte, car ces parfums sont lourds et envahissants. Je trouve que ces deux parfums sont plus adaptés à un climat froid, et leur côté intemporel me séduit. A priori, ces parfums ne me ressemblent pas, mais à vrai dire, je trouve quelque chose d’assez rassurant dans ces odeurs inhabituelles, comme si je me déguisais en quelque sorte, pour essayer d’échapper au quotidien.

  • Last but not least, on peut également commencer à préparer sa wish-list d’anniversaire (le mien tombe au mois de Novembre…) ou de Noël, et à chercher des idées cadeaux pour sa famille, ses amis etc!

Et vous, avez-vous des idées ou astuces à partager afin de mettre un peu de bonheur dans votre quotidien?

Lazy week-end

Hello Kittens!

Enfin un week-end qui s’est déroulé à peu près sans stresse et sans obligations. Du coup j’en ai profité pour faire plusieurs petites choses pour moi:

  • J’ai pu prendre un long bain aux plantes tout en écoutant Tchaikovsky.

  • J’ai réécouté La Traviata de Verdi. Il y a quatre ans je revenais juste de mes vacances à Prague où j’ai eu le plaisir de voir La Traviata au théâtre Vinohrady. Je m’en souviens encore comme si c’était hier… Le temps passe vite!

Voilà une photo du théâtre Vinohrady, prise donc il y a quatre ans:

M.

Du coup, j’ai passé un peu de temps à regarder les photos de Prague, la ville est tellement merveilleuse, j’aimerais vraiment y retourner dès que je peux. Je garde de très bons souvenirs de ces vacances, même si aujourd’hui les photos me rappellent le fait que suis à présent seule, sans la personne avec qui j’avais fait ce merveilleux voyage. C’est d’ailleurs étrange de voir comment les choses peuvent évoluer, d’un sens ou de l’autre, sans forcément que l’on se rende compte avant qu’il ne soit trop tard. Néanmoins, je suis heureuse de garder tous ces bons souvenirs, je crois que j’ai beaucoup de chance en ce sens là, car ça ne me dérange pas du tout de regarder ces ‘vieilles’ photographies.

  • J’ai également pris le temps de cuisiner un petit peu. Hier soir un risotto aux champignons et aux légumes! J’ai également fait quelque chose de tout simple, des cookies au chocolat au lait pour le goûter.

  • J’ai regardé les deux premiers épisodes de la saison 3 de Gossip Girl! Oui, oui il m’arrive de regarder des séries de temps en temps…! (Et de baver sur Chuck, parfaitement!)

  • J’ai dormi. Quel bonheur de pouvoir se coucher tard et se lever à midi!

Je vous souhaite un bon début de semaine, à très bientôt!

Daddy’s breakfast muffins

Lorsque je suis chez mes parents, il n’y a vraiment rien de mieux au petit déjeuner que les breakfast muffins de Daddy! La recette est apparemment américaine à la base, donc l’unité de mesure pour les ingrédients reste la tasse. Peu importe la taille de la tasse utilisée bien-sûr!

Ingrédients:

  • 2 tasses de farine
  • un demi-sachet de levure chimique
  • 3 cuillères à soupe de sucre en poudre
  • 1 tasse de lait
  • 1 œuf
  • 2 cuillères à soupe de beurre fondu
  • une pincée de sel
  1. Préchauffer votre four à 180°C et beurrer vos moules à muffins.
  2. Dans un saladier, préparer le mélange sec: verser la farine, la levure chimique, le sucre et une pincée de sel dans votre saladier et bien mélanger avec une cuillère. Creuser un puits dans le mélange
  3. Dans un deuxième saladier, préparer le mélange humide: Battre l’œuf avec le beurre fondu et la lait.
  4. Verser d’un coup le mélanger humide sur le mélange sec et mélanger rapidement avec une fourchette pendant 15 secondes maximum. Il doit rester des grumeaux.
  5. Verser la mixture dans les moules à muffins et faire cuire pendant 15-20 minutes.

***

When I’m at home the yummiest thing for breakfast is Daddy’s breakfast muffins. The recipe is apparently American, so the measures are all in cups. Of course, it doesn’t matter which cups you choose!

Ingredients: 2 cups of self-raising flour, extra raising agent, 3 tablespoons of sugar, a pinch of salt, 1 cup of milk, 1 egg, 2 tablespoons of melted butter.

  1. Preheat your oven to 180°C and butter your muffin tray.
  2. Put all of the dry ingredients into a large mixing bowl, mix with a fork and then make a well with a spoon.
  3. In a separate bowl, whisk the eggs, butter and milk together.
  4. Pour liquid into the well and mix with a fork for 15 seconds.
  5. Bake for 15/20 minutes

110

24

310

Les muffins se dégustent très bien natures, ou alors avec de la confiture, du sirop d’érable.. Mais moi je les préfère avec du Golden Syrup, c’est tout simplement délicieux! D’ailleurs je viens d’apprendre que Lyle’s Golden Syrup fête ses 125 ans cette année. Quoi de mieux pour fêter l’évènement que quelques publicités anciennes?

***

Lovely on their own or with jam, maple syrup or with my favorite, Golden Syrup. I understand that Lyle’s Golden Syrup is 125 years old this year!

vintage-syprup

vintage-syrup-advert

L’histoire de Lyle’s Golden syrup a débuté en 1881 lorsque Abram Lyle, un homme d’affaires écossais a décidé d’envoyer ses cinq fils à Londres afin de construire une raffinerie de sucre, qui a commencé à produire du sucre en 1883. Lorsque des problèmes de transport se sont manifestés, la production aurait du s’arrêter. Cependant, A. Lyle a insisté pour que la production continue, car il savait que le procédé de raffinement de sucre pouvait produire une sorte de caramel sucré, qui avait le potentiel d’être transformé et mis dans des boîtes de conserve, pour ensuite être utilisé lors de la cuisson de gâteaux, pains et autres. Ainsi, le Golden Syrup a commencé a être produit, et à l’origine on le faisait couler dans des petites boîtes en bois. En 1885 A Lyle a décidé de mettre le Syrup dans des boîtes de conserve, et c’est ce que nous pouvons retrouver aujourd’hui au supermarché, dans un design presque identique. Aujourd’hui, plus d’un million de boîtes de conserve de Golden Syrup sont produits chaque mois dans l’usine qui trouve aujourd’hui son siège sur la rive du Tamise à Londres.

***

The story of Lyle goes back to 1881 when Abram Lyle, a Scottish businessman, sent his five sons from Greenock to London to build a sugar refinery which started melting in 1883. When problems with cargoes almost brought their work to an abrupt halt, Lyle insisted they carry on. He knew that the sugar cane refining process produced a treacly syrup that usually went to waste, but could be refined to make a delicious preserve and sweetener for cooking. The syrup was poured into wooden casks and sold to employees and local customers. Word spread even faster than the syrup – and in a few short months, a tonne a week was being sold. Wooden casks soon gave way to large Lyle’s Golden Syrup dispensers that were placed on shelves of grocery stores. Lyle’s Golden Syrup was first filled into tins in 1885. Today more than a million tins leave the Plaistow factory on the banks of the River Thames each month.

syrup-factory

Voici l’usine de Lyle’s dans les années 1920.

Lyle’s factory in the 1920’s.

lylesgoldensyrup

Et voici le Golden Syrup que j’achète encore aujourd’hui. Vous pouvez remarquer que les boîtes ont un design quasiment identique à celles qui étaient produites dans les années 1920, et à celles qui figurent sur les publicités vintage. A mon avis, cela doit être vraiment assez rare de retrouver un produit inchangé depuis toutes ces années! Le goût est assez difficile à décrire, cela ressemble à du caramel liquide très sucré, sans l’arrière goût de « brûlé » que l’on peut retrouver avec certains caramels. En tout cas si jamais vous le pouvez, c’est vraiment à essayer! Et en petites quantités bien sûr…

Cela me fait penser que j’ai hérité de ma grand-mère adorée un livre de recette qui date de 1954 si mes souvenirs sont bons, et c’était un petit livre gratuit à la base, offert par Lyle’s. Il n’y a que des recettes au Golden Syrup dedans! On peut vraiment en mettre partout, dans n’importe quel gâteau ou biscuit. Je n’ai jamais tenté de recette avec du Golden Syrup mais dès que je retourne en France, je vais noter soigneusement quelques recettes, et puis sûrement prendre quelques photos du livre, car cela vaut vraiment le coup d’œil! Il a mal vieilli, mais les recettes sont encore tout à fait lisibles.

***

I inherited from my lovely Nanny a Lyle’s Golden Syrup cookbook from 1954. It’s really amazing to see how many recipes Golden Syrup can be added to! When I go back to France, I shall make sure that I note some of the recipes down, as I’d quite like to try some. The recipe book should be photographed too as it really is worth a look at!

syrup

La Mode des Années 1950

Etant admirative des esthétiques rétro, j’ai récemment acheté un livre dédié à la mode des années 1950, composé pour sa grande majorité de publicités anciennes. Ce petit bouquin, intitulé « 50’s Fashion , Vintage Fashion and Beauty Ads » est vraiment un bijou, je pourrais passer des heures à contempler ces vieilles publicités. J’aime les silhouettes féminines des années 1950, où les petites vestes et robes structurées prennent étroitement la taille pour ensuite s’évaser en une jupe ample et ondulante. La première collection haute couture de Christian Dior en 1947 lance cette mode, baptisée le « New Look » par l’incontournable Carmel Snow, la directrice de Harper’s Bazaar. Certains vont critiquer cette mode, qui utilise des quantités généreuses de tissu dans un souci purement esthétique, alors que les souvenirs du rationnement sont malheureusement encore trop présents.

La collection de 1947 développe donc le thème de la femme fleur : « épaules douces, tailles fines, hanches arrondies, nouvelles longueurs rendant tout le mystère de la jambe ». Malgré les critiques, au début des années 1950, la jupe ample est largement copiée, et les femmes ne quittent plus leur maison sans un maquillage impeccable, une coiffure soignée et leurs jupons amples. Le « New Look » donne naissance à la silhouette de type « sablier », où la poitrine généreuse contraste radicalement avec la finesse de la taille. Cette esthétique reste à mon sens l’idéal féminin, où la volupté se dessine toute en courbes.

A partir des années 1954, Christian Dior propose des collections se référant à la géométrie des lignes H, A et Y, où la taille est beaucoup moins marquée. La dernière ligne de Christian Dior, la collection « fuseau » qui date de 1957, poursuit le souci d’une silhouette élégante, allongée mais délivrée de toutes contraintes.

Quel que soit le style choisi, après la Seconde Guerre mondiale, les vêtements ornent les corps des femmes, et de nouveaux accessoires tels que les soutiens-gorges pigeonnants, les gaines et les talons aiguilles permettent d’atteindre les formes convoitées.

Voici quelques publicités américaines se référant à la mode féminine que je trouve particulièrement charmantes, tirées du livre « 50’s Fashion » :

http://www.amazon.com/All-American-Ads-50s-Jim-Heimann/dp/3822811580