Archives de Tag: 1940’s

Back to the 1940s

Si tout comme moi vous avez parfois des envies inexplicables de remonter dans le temps, alors peut-être que ces livres sortis tout droit des années 1940 peuvent vous intéresser. Vous vous souvenez de toute la propagande « Make-Do-And-Mend » qui encourageait les femmes à  réparer et recycler leurs vêtements afin d’éviter les dépenses? Le livre « Make-Do-And-Mend », imprimé pour la première fois en 1943 sur l’ordre du ministère de l’information est maintenant disponible chez Amazon. En effet, l’année dernière on a eu la bonne idée de reproduire plusieurs livres des années 1940. Ce sont des reproductions fidèles de la version originelle. Un deuxième livre qui a l’air tout aussi intéressant: « Eating for Victory » reproduit pour la première fois en un seul livre les conseils officiels du « Ministry of Food », et explique comment continuer à manger sainement et surtout garder le moral même avec le rationnement.  Voilà un tout petit aperçu:

***

If you ever feel the urge to step right back in time, then perhaps these two books, produced from the original material held in archives, might interest you. Do you remember the « Make-Do-And-Mend campaign that was talked about in « Style on Trial »? Indeed, the « Make Do and Mend » instruction book that was first written in 1943 has only just recently been reprinted. « Make Do and Mend » focuses on how to make the most of the clothes rationing, and families were encouraged to recycle and to repair their used garments to save on using up vital resources.  On the other hand, « Eating for Victory » reproduces official Second World War instruction leaflets issued by the Ministry of Food, and shows how the government aimed to keep morale high and to help urge the population to make the most of their ration allowance. I think that I need to add both of these books to my wish list! Both of them are available on Amazon.

Make Do and Mend:

19

23

46

54

63

72

Eating for Victory:

39

83

93

102112

« Style on Trial » The 1940s

Hier soir, j’ai regardé un documentaire très intéressant sur le style des années 1940. « Style on trial » a été diffusé sur la BBC la semaine dernière me semble t-il, cependant n’ayant pas de télévision à la maison j’ai seulement pu rattraper mon retard lors de la mise en ligne de l’émission sur i-player. Je ne suis pas certaine, mais il me semble que ce service génial n’est disponible qu’en Grande-Bretagne. Il vous reste à guetter You Tube pour une éventuelle mise en ligne!

Pour revenir à l’émission, le principe est quand même un peu idiot. « Style on trial » est un documentaire qui comporte sept parties, chaque partie représente une décennie, et aura pour but de présenter le style de l’époque.  A la fin de ces documentaires il y aura apparemment un vote des présentateurs qui consistera à décider quelle décennie représentait au mieux l’élégance britannique. Soit. Notez aussi chères amies que j’ai regardé la première émission. Oui oui, ils ont décidé de complètement ignorer les années folles et les années 1930. Étrange.

« Style on trial » n’apprendra rien aux connaisseurs, mais a eu l’avantage de me divertir pendant une bonne heure, avec ses vidéos d’époque et  les discussions entre Immodesty Blaize et le très craquant Laurence Llewelyn-Bowen.

c1

b1

Critique à part, le documentaire a réussi à montrer la plupart des aspects intéressants des années 1940, en commençant par le rationnement des vêtements.

15

Toute la propagande gouvernementale intitulé « Make-do-and-Mend » a été évoqué. On souhaitait  faire comprendre aux familles de classe moyenne qu’il fallait commencer à recycler et réparer les vêtements anciens à défaut de pouvoir en acheter d’autres. Un livre du même titre a également été écrit par le gouvernement, et a apparemment eu un grand succès! Toute cette doctrine était incarné en un personnage, intitulé « Mrs Sew and Sew ». On voyait des colonnes dans les journaux, et même dans le Vogue anglais, qui reprenaient des conseils pour économiser et limiter les dépenses. Le tout était illustré par des vidéos de l’époque qui expliquaient comment recycler un chapeau d’homme en chapeau féminin élégant, ou encore comment coudre un maillot de bain à partir de vieilles serviettes ou draps.

131

121

111

Le documentaire a également insisté sur le travail des femmes dans les usines, et le changement que cela a entraîné au niveau de la coiffure et de la tenue.

82

101

Cette coiffure, que je ne connaissais pas, s’appelle « The vingle ». La raie dessine un « V » sur la tête, et signifie tout simplement « V for Victory ». Des volontaires pour essayer?

92

Les talons et semelles commençaient à être fabriqués en bois…

45

Et les bas étaient quasiment introuvables.

53

62

L’apparition des patrons et de matières nouvelles a commencé également à se faire sentir dans les années 1940, ces deux choses ont changé la façon de concevoir la mode, la rendant plus accessible.

38

Le documentaire a forcément parlé de l’effet de l’occupation Parisienne sur la haute couture. Les activités douteuses de Coco Chanel ont également été brièvement évoquées.

151

141

L’émission termine sur le style New Look de Dior: le retour à la féminité, à la volupté, à l’excès… Ce qui n’a pas été sans controverse.

17

18

16

A défaut de pouvoir voir l’émission, j’espère que les captures d’écran vous ont plu! La semaine prochaine, ce sont les années 1950 qui vont être soumis au débat!

***

Like what you see? Then off you must go and watch « Style on trial », a documentary that looks at British (and French!) fashion and style in the 1940s. From make-do-and-mend to corsets, wartime uniforms to Chrsitian Dior; the main aspects of the 1940s are all covered!

You can watch the progamme on the BBC website, I believe that you have another 24 days to do so… Toodle-pip for now!

Les « pin-up »

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les G.I américains punaisaient les dessins ou photos de leurs starlettes sensuelles, appelées « pin-ups », aux murs de leurs casernes. Si c’est essentiellement aux Etats-Unis pendant les années 1940 que le phénomène s’est développé, cette pratique a rapidement gagnée le mode entier. En effet, pendant les années 1940 et 1950, on a pu apercevoir des photographies et dessins de « pin-ups » sur de nombreux calendriers, sur les « cartes d’art » (petites vignettes à collectionner), dans les magazines et journaux, sur les posters, sur des jeux (tels que les cartes), et même sur les carlingues des avions au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Ce qui est intéressant pour les admirateurs de cet art, c’est que les photographies et dessins des « pin-ups » respectent des règles bien précises, en effet, on peut noter que l’individualité de chaque production est obtenue par la combinaison de trois éléments : le corps, le costume et la posture. Ce que j’aime bien dans les dessins des grands artistes « pin-up » c’est le visage de ces femmes, leur expression traduit une simplicité, un sourire complaisant, un rire, une certaine légèreté… La pin-up est tout simplement une jeune fille simple et très fraîche, elle est très loin de nos » sex-symbols » actuels. La pin-up n’est jamais vulgaire, et je trouve que les dessins emblématiques des artistes tels que Charles Gibson, Gil Elvgren et Alberto Vargas traduisent une sensualité innocente qui est aujourd’hui désuet.

J’aime particulièrement les images issues des calendriers de l’époque, et j’ai la chance d’avoir trouvé le calendrier d’Alberto Vargas qui date de 1944 sur un site vraiment charment. Je vous laisse avec ces jolies images à contempler, et je vous donne l’adresse du site internet pour les passionné(e)s : http://www.noseart.ch Il s’agit en réalité d’un site dédié au « noseart », le terme utilisé pour parler de ces peintures que l’on pouvait trouver sur les avions pendant WWII.