Archives de Tag: new look

Voeux et souhaits du mois de Mars

Happy Saturday!

Nous voilà au mois de mars! Le temps passe plutôt rapidement, et ce n’est pas forcément un mal. Cela va faire depuis deux mois que je suis rentrée à la Law School, deux mois que j’ai de très longues semaines mais toujours de jolis week-end remplis de petits bonheurs et d’instants studieux.

Pour ce mois-ci, j’ai décidé de me fixer quelques buts, ou plutôt des vœux et souhaits bien définis et précis, mais toujours accessibles. Je viendrais également faire un petit compte rendu à la fin du mois pour vérifier mes progrès.

Ce mois-ci, j’aimerais donc:

-Continuer à bien travailler mes cours, et surtout être à jour dans mes fiches de révision. Ces dernières semaines j’avais tellement de travail avec les partiels blancs que je n’ai pas pu faire toutes les fiches que j’aurais aimé, donc je vais essayer de me concentrer là-dessus.

-Dormir un peu plus. Je me lève maintenant vers 6hrs30, ce qui me semble vraiment tôt! Il faut donc que j’essaye de me coucher plus tôt sinon ce sera encore plus difficile par la suite.

-Économiser. Ce n’est pas le tout, mais mes frais de scolarité ne vont pas se régler tout seuls… J’aimerais donc économiser plusieurs centaines de livres par mois, il faut que je continue à être raisonnable. Je ne suis pas particulièrement dépensière donc j’espère que ça va aller.

-Prendre le temps de voir mes amis qui me manquent. Depuis que j’ai repris les cours, je sors un peu moins, j’ai un peu moins de temps pour mes amis, mais je vais tenter d’y remédier.

-Aller respirer un grand bol d’air frais dans des parcs de Londres que je ne connais que très peu. En effet, il y a plein de parcs à Londres où je ne vais que très rarement, par exemple Regent’s Park ou Kensington Gardens. Ce serait chouette de m’y balader, peut être que je pourrais même prendre des cours pour faire un peu de travail en plein air!

-Reprendre un activité sportive régulière. Je n’ai vraiment pas de chance avec mes cours de sport en ce moment, entre les cours de burlesque qui se sont arrêtés et maintenant mon cours de Zumba annulé… J’ai un peu de mal à trouver quelque chose qui m’intéresse et qui corresponde à mes horaires.

-Pratiquer de Yoga chez moi. J’ai déjà tout le matériel et ayant fait du Yoga pendant quelques temps je pense que je pourrais facilement en faire dans mon salon. Je vais donc acheter un Dvd de Yoga afin de pouvoir m’entrainer chez moi. Ce sera peut être une chouette activité détente lorsque je rentre du travail.

-Perdre quelques kg avant le printemps. A grands coups de salades et de yaourts 0%, ce sera possible.

-Manger moins de chocolat. Si je souhaite vraiment faire attention il faudrait juste que j’arrête d’en acheter car je suis tout simplement incapable d’y résister si j’ai des truffes Charbonnel & Walker dans mes placards!

-Être inspirée. J’aimerais trouver de jolies idées de tenues, j’ai envie d’être contente en m’habillant le matin… En ce moment j’ai l’impression de toujours porter la même chose, c’est terriblement ennuyeux! Je vais donc tenter de trouver de nouvelles robes et jupes qui me plaisent. A vrai dire il n’y a que les photos des défilés qui m’inspirent en ce moment, comme les photos Dior Spring 2012 de cet article.

-Faire de jolies coiffures bouclées, porter des serre-têtes, tenter les chignons légèrement défaits.

-Finir de planifier ma journée dans un spa. J’ai un long week-end de trois jours de prévu le mois prochain, donc je vais profiter d’une journée afin d’aller faire un longue pause dans un spa. Ce sera un journée reposante, sans boulot ni cours, où tout sera calme et serein.

-Faire attention à toujours manger mes 5 portions de fruits/légumes par jour. J’essaye vraiment, et la plupart du temps j’y arrive, mais maintenant je vais surveiller tout ceci d’un peu plus près!

-Découvrir un nouveau endroit à Londres. Je pense à un nouveau musée, une nouvelle expo, un quartier que je ne connais pas encore… Il me reste encore tellement de choses à découvrir dans ma merveilleuse ville que j’aurais vraiment tort de ne pas en profiter.

-Prendre soin de ma peau en utilisant des produits adaptés, continuer à utiliser mes sérum, crèmes et masques afin d’hydrater ma peau, la protéger et la rendre plus jolie.

-Prendre d’avantage de photos. J’ai l’impression de ne pas avoir beaucoup de photos de Londres, des mes amis… J’aimerais y remédier et j’aimerais pouvoir vous montrer plus de photos personnelles.

-Continuer à garder mon blog à jour, sans pour autant me forcer à écrire des billets si je n’ai pas vraiment le temps de m’y consacrer. Continuer à partager mes coups de cœur et de vous donner des petits aperçus de mon quotidien.

A demain!

The girl with the black pearls

Ce qui devait arriver arriva. Depuis que je passe mes journées avec des perles noires aux oreilles, j’ai vraiment très très envie d’agrandir ma collection de perles de Tahiti.

Dior Hiver 2009/2010- Je suis complétement amoureuse de cette tenue, du chapeau extravagant, du collier gigantesque, de la taille de guêpe du mannequin, des chaussures, de la jupe froufroutante… Une photographie spectaculaire que je garde précieusement!

Je parlais hier de mon amour pour les perles, ce sont des bijoux très importants à mes yeux. Je pense qu’un collier de perles ou des boucles d’oreilles toutes simples permettent incontestablement de donner une petite touche d’élégance supplémentaire à n’importe quelle tenue.

Dior – J’aime le fait que l’on devine les jolies perles blanches; je suis également sous le charme du petit chapeau élégant, du maquillage des yeux particulièrement réussi… Et du vernis que je veux bien emprunter!

Je porte des perles blanches depuis le lycée, dont un collier de perles blanches qui revêtent des tons jaunâtres lorsqu’on les regarde bien. C’est un bijou vraiment très précieux, ayant appartenu à ma grand-mère adorée. Même la fermeture sur le collier est délicate et très ancienne.

Aujourd’hui, c’est le collier que je porte le plus souvent, presque tous les jours. J’avais déjà parlé de ce joli collier ici, le voilà:

Je rêve vraiment de porter un collier identique, exactement de la même longueur, et ayant la même taille de perles, mais avec des perles noires bien sûr. Pas de perles trop grosses, mais pas de collier où il n’y aura qu’une seule perle de Tahiti non plus. Je ne sais pas pourquoi, mais depuis peu, je ne suis pas du tout attirée vers les colliers où il n’y a qu’une seule perle, je ne me vois pas les porter. J’ai presque l’impression que ce ne sont pas de vrais colliers, que quelque chose a été oublié, et je n’ai pas envie de faire les choses à moitié.

Il me faut donc avant tout quelque chose de spectaculaire tout en restant intemporel et très sophistiqué.

Dior – Bon, voilà un bijou beaucoup trop gros, mais de suis complétement fin des dessous rétros, des longs gants et du maquillage particulièrement réussi. J’aime le teint de porcelaine, les yeux mis en valeur par un eye-liner drôlement bien appliqué et une bouche rouge parfaitement redessinée.

Du coup, je commence à regarder les perles de Tahiti de plus près, et je me suis surprise à regarder quelques boutiques en ligne et à faire des petites recherches…

Et voilà donc que j’arrive à ma conclusion! Alors, je prendrais bien ce collier:

Collier trouvé sur gemperles.com 3950€

…Et quitte à faire des recherches sur les perles noires, je suis aussi tombée directement sous le charme de cette magnifique bague, que je vois déjà à mes doigts:

Bague Schmittgall – je n’ai pas réussi à trouver le prix de la bague sur le net. Mais qu’est ce qu’elle est belle! Non mais vraiment, cette bague est faite pour moi! Si, si!  Rhhaa!

Si vous connaissez des adresses de sites ou de boutiques en ligne qui vendent de belles perles de Tahiti, n’hésitez pas à me le faire savoir! Existe t-il des créateurs connus pour travailler avec les perles? J’ai envie de rêver encore un peu, et vu le prix, je pense qu’il va falloir que je rêve pendant encore longtemps!

Manteaux d’Hiver… 1955

Hello!

Il y a quelques jours, j’ai essayé d’expérimenter avec Blogspot, juste pour voir ce que ça changeait de WordPress. Je trouve que mes billets ici font parfois un peu ‘brouillon’ avec les traductions en anglais qui viennent s’implanter dans le texte français, et j’étais vraiment étonnée de savoir que mes amis anglais prenaient le temps de faire traduire ‘Le Cabinet de Curiosités’ avec Google afin de me lire! Argh! Ainsi, j’ai eu envie de garder ‘Le Cabinet de Curiosités’, mais aussi de créer un deuxième blog où j’écrirai uniquement en anglais, pour ce soit plus clair pour tout le monde!

A priori, les articles seront donc sensiblement les mêmes, avec certainement les mêmes images, donc vous n’aurez pas besoin de suivre les deux, sauf si vous souhaitez améliorer votre anglais bien-sûr!

Du coup j’ai crée un blog tout comme ‘Le Cabinet de Curiosités’, avec la même ambiance, mais chez Blogger… Et ça me plait! La présentation du nouveau blog ne change pas vraiment, j’ai utilisé la même image dans le ‘header’ par exemple, mais j’ai pu mettre la photo toute entière, ce qui rend mieux que le petit bout que vous pouvez voir ici.

D’ailleurs, quelqu’un sait si on peut mettre un ‘header’ plus grand sur WordPress?

Vous pouvez aller jeter un petit coup d’oeil bien-sûr au blog anglais, voilà l’adresse:

http://madeleinemiranda.blogspot.com/

Darlings,

I now have a new blog where I shall write in English! I’m a little tired of seeing how messy my posts are here, I have far too many little translations that are getting mixed up with the French text.

I shall be keeping ‘Le Cabinet de Curiosities’ where I shall write in French, but please take a look at my new blog, for the same articles… but in English!

http://madeleinemiranda.blogspot.com/

See you there!

***********

A part ça, il fait froid ici à Durham! Vraiment! Il a fait 7°C cette nuit, et il pleut. Génial! Du coup, forcément je commence à songer aux manteaux d’hiver, entre autres.

J’ai la chance d’avoir déjà trouvé un manteau d’hiver absolument génial, beige, long, cintré et vraiment très classique, mais j’aime toujours regarder les manteaux d’hiver des années 1950. Les coupes et les matières nobles me font vraiment rêver.

Voilà un petit aperçu de la collection Hiver 1955:

Ce manteau rouge est sublime, j’adore, et je me vois avec! C’est un Christian Dior, je me demande s’il est possible de retrouver ce modèle?!

Officiel de la Mode, 1955

Style on Trial : The 1950s

Après les années 1940, voilà que nous allons pouvoir papoter des années 1950! J’ai donc enfin trouvé le temps de faire mes captures d’écran, et je vais essayer de vous résumer l’émission; que j’ai d’ailleurs trouvé beaucoup plus intéressant que celle consacrée aux années 1940. Pourquoi? Eh bien parce que j’ai appris des choses avant tout!

***

Au début des années 1950, la société anglaise était très conservatrice, et c’était avant tout la famille royale et la bourgeoisie qui étaient photographiés dans leurs belles robes de créateurs. La mode était vécue comme quelque chose de noble.

19

23

Cependant, tout cela allait très rapidement changer avec le New Look de Christian Dior, déjà lancé en 1947, et qui a rapidement gagné en popularité au début des années 1950 en France, et ensuite en Angleterre.

94

102

122

Un des invités sur l’émission, David Sasson, était étudiant en mode pendant les années 1950,  et a raconté ses expériences chez Dior et Balenciaga. D. Sasson est devenu par la suite un grand couturier anglais, qui a habillé la famille royale pendant des années. Apparemment C.Dior était très stressé à l’idée d’être copié trop tôt. Il voulait toujours être le premier à avoir de nouvelles idées, mais était très content de vendre une de ses pièces à un grand magasin plus tard pour que le patron puisse être reproduit et modifié. C’est pendant les années 1950 que le « high street » a vu sa naissance. J’entends ‘high street’ par la naissance de grands magasins qui reproduisent les tenues des couturiers à moindre frais. En effet, ces grands magasins achetaient une pièce Dior à Paris, et ensuite dans les ateliers, le retravaillait pour que cela puisse être vendu en masse. En Angleterre, Marks & Spencers et Burton étaient très populaires.

143

Chez Balenciaga, il fallait payer l’équivalent de £1000 juste pour voir le défilé, avant même d’acheter quoi que ce soit. Les passeports des étudiants étaient toujours vérifiés afin de se protéger contre des éventuels espions qui pourraient ’emprunter’ les idées des plus grands créateurs.

42

52

62

112

En Angleterre, tout le monde surveillait Paris, qui était vu comme la capitale de la mode, au détriment des designers anglais. Ce qui était vraiment intéressant dans l’émission, c’est que justement, ces créateurs anglais ont été évoqués. Pour moi c’était vraiment une découverte, car je ne connais que très mal ce qui se faisait dans mon propre pays pendant les fifties. Il faut dire que dans tous mes livres sur l’Histoire de la Mode, on focalise énormément sur Paris, mais il y avait vraiment des choses très intéressantes à vois aussi à Londres.

En effet, à cette époque existait la « Incorporated Society of London Fashion Designers« . C’était une sorte d’association officielle entre les designers influents de l’époque. Cette association a été mise en place pendant en 1942 afin de créer le « utility clothing‘ »dont on a parlé la dernière fois. Le ‘utility clothing’ a été produit en masse pendant la guerre, en faisant le plus d’économies que possible sur les matières utilisées. C’était des vêtements destinés à habiller les femmes qui devaient désormais travailler à l’usine par exemple. Après la guerre, la « Incorporated Society » a continué à créer des vêtements, en profitant de la liberté d’utiliser de nouvelles matières, sans restriction sur la qualité ou quantité. Cette société regroupait plusieurs personnes très influentes: Captain Molyneux, Norman Hartnell, Digby Morton, Victor Stiebel, Angèle Delange, Peter Russell, Madame Bianca Mosca et Hardy Amies, dont je vous ai parlé hier.  Ces designers montraient leurs collections juste avant les défilés de Paris, ce qui était regrettable car la plupart de la presse anglaise était déjà à Paris lorsque les anglais montraient leurs nouveautés.

Aujourd’hui, une robe Hardy Amies des années 1950 n’a pas du tout le même cachet qu’une robe Givenchy de la même époque. Les présentateurs de l’émission étaient d’accord pour dire qu’à Londres, il y avait de très belles choses, mais que le flair parisien était absent. Il devait manquer le fameux « je-ne-sais-quoi »! Néanmoins, c’est un sujet qui m’intéresse vraiment, et je pense que cela mérite d’être creusé un peu. Regardez un peu ces merveilles:

nh1

Norman Hartnell – Fin des années 1940

dm

Digby Morton – 1952

vs

Victor Stiebel 1951

vs2

vs3

Victor Stiebel 1956

Voilà un petit aperçu des défilés anglais:

171

182

191

Les différences entre les styles étaient quand même notables, et il y a apparemment eu des petites controverses sur la longueur idéale pour les jupes au quotidien. Dans une publicité de l’époque, on a expliqué la situation:

152

Toute à gauche, voilà la position de l’Angleterre. Au centre Paris, et à droite Rome. On a même mesuré la différence entre les trois!

Ce qui était également intéressant c’était les réflexions sur les mannequins de l’époque. David Sasson a raconté comment les mannequins savaient vraiment marcher à cette époque, sans croiser leurs jambes comme on le fait de nos jours. Il faut aussi réfléchir au fait qu’il n’y avait pas de musique pour accompagner les défilés à cette époque, donc que la présence des mannequins devait être vraiment forte. Être mannequin était un métier prestigieux, et les modèles épousaient souvent des nobles.

20

Concernant les hommes, il y n’y avait pas de changement radical au début des années 1950. En effet, les jeunes hommes voulaient ressembler à leurs pères, et il n’y avait que très peu d’innovations dans la société anglaise. Un extrait d’une émission des années 1950 a montré la réaction des hommes anglais conservateurs concernant les innovations parisiennes. C’était vraiment très drôle, et assez moqueur des français!

231

221

….Voilà donc nos gentlemen anglais

24

25

…Et ici ce qui leur a fait sourire! Pourtant je trouve que la fantaisie n’est pas exactement au rendez-vous dans ces deux clichés!

27

28

Les jeunes hommes s’inspiraient des stars de l’époque…

211

29

30

… Mais tout cela allait prendre une très grande ampleur avait l’apparition du rock ‘n roll, des nouvelles stars américaines, des nouvelles matières, et la démocratisation des jeans et du sportswear par exemple.  Les adolescents se réveillent et créent leur style!

Avec le sportswear, les hommes se sont permis un peu de fantaisie, et les designers se sont mis à jouer avec les matières nouvelles, qui sont facilement lavables, et qui durent plus longtemps.Voilà un exemple de sportswear de l’époque pour les hommes: petites chemises et foulards!

26

Pour terminer, une réplique d’une publicité qui vantait les mérites des nouvelles matières m’a vraiment bien fait rire: « …But how many women would want to wear clothes that last for ever? Poor things! »

***

Voilà ce que l’émission a pu me raconter pendant une petite heure! J’espère que cela vous a plu!  Tout cela bien sûr dans l’optique de trouver quelle décennie était le plus « stylish ». Remarquez, on ne dit pas chic ou élégant, mais « stylish »…Ne me demandez pas la définition; pour le coup je suis plutôt confuse.

Je n’ai regardé donc que les émissions concernant les années 1940 et 1950. Mais j’ai également eu le malheur de regarder la décision du jury tout à la fin de la série…Bon, ils auraient apparemment analysé les années 1940, 1950, 1960, 1970, 1980 et 1990… Et devinez quelle décennie ils ont choisi? Allez devinez! Je vous dirai ce week-end…

Bonne soirée!

***

Hello Darlings! I’m sure that most of you have been able to watch « Style on Trial : the 1950s » on the BBC, so I think that you only need a very brief outline of the show.

The fashionable 1950’s started out with a focus on the Royals and the aristocracy as being the ultimate style icons of that period. There was an idea of looking impeccable for formal occasions; one dressed for dinner, to go to the opera and even to fly. In terms of fashion designers, London was most often overshadowed; as all eyes were on Paris at this time. Dior, Balenciaga and Givenchy took the centre stage with their collections.

The most interesting part of the show was when the presenters talked about the Incorporated Society of London Fashion Designers. I know little or nothing about British fashion designers in the 1950s, so it was interesting to learn something. I look forward to doing some personal research on the works and designs of Captain Molyneux, Norman Hartnell, Digby Morton, Victor Stiebel, Angèle Delange, Peter Russell, Madame Bianca Mosca and Hardy Amies.

In the final part of the documentary, they talked about the Rock n’ Roll culture where dressing down became cool. Marilyn Monroe, James Dean and Marlon Brando made jeans, leather jackets and sportswear fashionable.

I feel that the 1950s represent the golden age of style and glamour. However, did the ‘jury’ finally choose the 1950s or even the 1940s as the most stylish decade? Did they heck!


Sir Hardy Amies

hardy-aimes-21

Hardy Amies – 1951

hardy-aimes1

Hardy Amies – 1955

Demain, nous allons pouvoir parler des années 1950! J’ai enfin fini mes captures d’écran de « Style On Trial; The 1950s », un peu in extremis car j’avais jusqu’à minuit aujourd’hui dernier délais pour regarder l’émission sur i-player…

Mais passons aux choses sérieuses: qui connaît Sir Hardy Amies?! La partie de l’émission que je trouvais vraiment intéressante était consacrée aux designers anglais des années 1950, dont la plupart ont été complètement dépassés par Dior, Balenciaga et compagnie en France, et oubliés depuis lors.

La suite demain!

***

I finally finished the screen shots from « Style on Trial, The 1950s », albeit a little in extremis, as I had until midnight last night to watch the programme on i-player. The most interesting part was when the presenters mentioned the work of British designers in the 1950s. All too often, they are completely left out of Fashion History books, as all eyes were on Dior, Balenciaga and co at that time.

Stay tuned!

Le « New Look » de Dior, 1947

Vous savez déjà que j’aime énormément les esthétiques rétros, et aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous quelques photographies et publicités tirées du magazine « L’Officiel ». Pour celles qui ne connaissent pas cette œuvre dédiée au luxe et à la mode, sachez que ce magazine est le plus ancien des magazines féminins français. En effet, depuis plus de 80 ans, « L’Officiel » suit son époque et fait découvrir l’élégance, les talents de la couture, mais également les nouveaux lieux en vogue ainsi que les expositions par exemple. La première parution de « l’Officiel » magazine date de 1921. Ce qui est vraiment intéressant c’est qu’il est encore possible de trouver quelques photographies et publicités tirées de ce magazine sur le net, peu importe l’année qui vous intéresse. Puisque vous êtes nombreuses à apprécier, tout comme moi, l’élégance des années « New Look », je vous propose aujourd’hui une petite balade nostalgique au sein des archives de « L’Officiel ».

Voilà comment « L’Officiel » a, au printemps de l’année 1947 introduit le style « New Look » de Dior, avec sa collection « Bar »:

Cependant, ce n’est que pendant l’année 1948 que l’on a vraiment pu apprécier ce nouveau style tout en photographies:

La ligne « Zig-Zag » de Christian Dior, 1948:

53

24

Rochas et Balenciaga:

121

34

Et pour terminer, une publicité pour « Lanvin Parfums » (1947) que je trouve vraiment adorable: