Archives mensuelles : novembre 2009

Rencontres bloggesques!

Hello my Dears,

Vous êtes peut être déjà au courant, mais récemment j’ai eu le plaisir de rencontrer deux bloggueses absolument adorables! Je suis vraiment ravie de ces rencontres ‘virtuelles’ car à vrai dire je ne m’attendais pas du tout à faire des rencontres grâce à mon blog! Donc voilà un petit article consacré à deux filles drôles, belles et intelligentes!

Il y a deux semaines, Caroline est venue passer un petit week-end à Durham, avec son amoureux. Je suis vraiment très fière d’avoir pu donner envie à quelqu’un de venir visiter Durham, et terriblement heureuse d’avoir enfin pu partager un petit bout de mon monde avec une autre bloggeuse! Tout dont ce je vous en parle ici j’ai pu montrer à quelqu’un d’autre, et c’était vraiment super!

On a bien sûr été plusieurs fois au Château: The Great Hall, notre bar étudiant, notre Middle Common Room, la bibliothèque… A Durham, tout fourmille, même le week-end, donc on a pu observer des étudiants entrain de répéter une pièce de théâtre, de chanter ou regarder le foot sur un écran géant dans le bar du Château; et les plus studieux étaient encore à la bibliothèque, même le dimanche… Je n’y avais jamais vraiment réfléchi avant mais il faut dire qu’à Durham, la vie étudiante ne s’arrête jamais. A Vannes par exemple, dès 17hrs un vendredi soir, il n’y avait plus personne… La bibliothèque et les salles de cours étaient désertés! A Durham tout bouge, même le dimanche après-midi il y a toujours du monde un peu partout.

A part visiter le Château et la Cathédrale, on a fait un petit tour des autres Colleges, regardé dans quelques boutiques, dont Jack Wills, la marque fétiche des étudiants anglais, et Edinburgh Wollen Mill, où j’achète mes cachemires tout doux, à un prix relativement bas comparé à la France!

On a d’ailleurs pu discuter du style des étudiants anglais… Enfin il faut dire que les étudiants à Durham (surtout les hommes!) on un style bien particulier:  c’est un joyeux mélange de vestes en tweed, de bas de pyjama en pilou, de chemises à carreaux, de nœuds papillons… Très preppy! On voit également énormément de garçons en costard à Durham, et ils sont tous craquants, forcément!

Pour les filles, c’est un peu pareil, mais elles se démarquent beaucoup moins je trouve. Je précise que ce style n’est pas le mien, et que je trouve Jack Wills assez cher… Il faut compter £300/400 pour un joli manteau, £60 pour des bas de pyjama…

Bien sûr, pour passer un chouette week-end à Durham il fallait absolument passer par mon bar à Champagne préféré et aussi par un petit salon de thé typique, où nous avons mangé du cinnamon toast et un cheesecake malteasers/chocolat.

Deuxième rencontre bloggesque avec La Souris Rose qui se trouve à Londres pour quelques mois! C’était un vrai bonheur de pouvoir papoter tout en faisant les magasins et le marché à Covent Garden… On a également pris un thé et on a trouvé plein de jolies choses à admirer dans les boutiques, dont des jolies chaussures rouges de poupée… Chaussures que j’adore mais que je n’ai pas prises, car les Irregular Choice me font drôlement mal aux pieds, je n’ai jamais vraiment su pourquoi!

Je dois dire que Covent Garden est particulièrement animé en ce moment car les décorations de Noël commencent tout doucement à apparaître, on voit également les stands de vin chaud et le marché de Noël qui se met en place. J’adore passer un après-midi à Covent Garden car entre les jolies boutiques, la musique, le marché… On ne s’ennuie jamais!


Merci à vous les filles, j’espère vous revoir bientôt!

Et d’ailleurs, si j’ai d’autres lectrices qui se trouvent à Londres de temps en temps, n’hésitez pas à me faire signe!

Waiting for graduation

Hello my Darlings!

Merci infiniment pour vos très gentils messages concernant mon dernier billet! Je suis absolument ravie d’avoir eu mon LLM, car je vais enfin pouvoir avoir ma ‘graduation‘! Ma première graduation, qui arrive donc pour moi à Bac +5. J’en rêve depuis des années…!

La graduation, traditionnellement appelé congregation à Durham c’est tout simplement la remise des diplômes. Avant cette cérémonie, les étudiants sont appelés graduands. Après, ils deviennent des graduants.

Comme toujours, cette cérémonie est fondé sur la tradition.  On porte les robes traditionnelles, qui ne sont pas seulement des simples robes noires car chaque robe diffère selon la matière étudiée, et selon la faculté également.

En France, un an après l’obtention de la licence j’ai reçu une feuille pour dire que j’étais diplômée. Hmm. En Angleterre, comme vous le savez maintenant tout est bien différent. La graduation après réussite de la licence est vraiment la journée la plus importante dans la vie d’un étudiant. C’est important symboliquement car marque pour beaucoup la fin des études.

A Durham, une fois que tous les examens ont été validés et que l’on a bien eu sa licence, cela se passe ainsi: Les étudiants se regroupent par filière au Château pour une première cérémonie. On reçoit sa robe. Ensuite on marche du Château jusqu’à la Cathédrale où il y a une deuxième cérémonie, plus longue. Pour cette occasion, on invite bien-sûr ses parents car chaque étudiant dispose de deux billets pour les membres de sa famille. Il est parfois possible de demander des billets supplémentaires, mais c’est sur réservation uniquement. A l’occasion de la cérémonie, chaque étudiant est appelé à aller recevoir son diplôme, son ‘parchment‘.

A Durham, il y a deux graduations par an : En juin pour les étudiants qui obtiennent leur licence, et ensuite en janvier, pour les étudiants qui obtiennent leur Master ou leur Doctorat. Pour moi, ce sera pour le 12 janvier! J’ai terriblement hâte, j’attends ça depuis des années.

Je vous laisse avec des photos de la graduation du mois de juin à Durham, tous ces étudiants viennent donc de valider  leur licence:

3

4

5

6

7

8

9

Après la cérémonie dans la Cathédrale, les festivités peuvent vraiment commencer! Sur le Palace Green, l’espace vert qui se trouve entre le Château et la Cathédrale, au mois de juin en tout cas il y avait comme une grande tente, à l’intérieur de laquelle on prend les photos ‘officielles’, on boit du Champagne, du Pimm’s, on mange des  cupcakes...

10

Clever cupcake

Cupcake

Avec quelques amies, je suis allée vivre cette journée un peu par procuration! Je crois d’ailleurs que mes copines devaient être très amusées de voir comment j’ai trouvé cette journée merveilleuse, mais comme je l’ai déjà dit, vivre ce genre d’expérience est quelque chose que je veux depuis assez longtemps. Forcément, la plupart de mes amis étaient un peu blasés, car c’est quelque chose qu’ils ont déjà vécu personnellement, même s’ils n’ont pas étudiés à Durham auparavant.

Au fait, les cupcakes étaient terriblement bons! J’ai pris celui à la vanille avec le cœur violet… Délicieux!

En tout cas, c’était magnifique de voir comment les étudiants fêtent leur licence dignement, avec leur famille. Il était également vraiment chouette de voir toutes les belles tenues et les chapeaux extravagants, j’aime comment cette journée valorise le travail des étudiants.

De tous les étudiants avec qui j’en ai parlé à Durham, je suis pratiquement la seule qui n’ai jamais eu de graduation pour marquer la fin de la licence. Il me semble donc que la France doit être un des seuls pays à ne pas avoir une cérémonie quelle conque. J’ai même essayé de trouver une liste sur internet de tous les pays qui pratiquent cette tradition, mais à part quelques articles sur Wikipedia (où ils parlent de Durham d’ailleurs!), je n’ai rien trouvé de concret!

Qu’en pensez vous de cette cérémonie? Graduation/ pas graduation?

Legum Magister!


Darlings,

J’ai eu mon LLM! Les résultats sont tombés ce soir, je suis contente, contente! J’avais déjà eu les résultats des partiels, mais je suis vraiment soulagée d’apprendre que j’ai validé le mémoire également. Ouf!

Merci pour vos encouragements et vos petits mots durant toute cette année scolaire, ça me faisait le plus grand bien de venir me changer les idées sur mon blog et sur les vôtres…! Merci d’être là!

Pas de sortie ce soir par contre, car je suis horriblement fatiguée, et demain je descends à Londres. Depuis une semaine je ne dors quasiment pas, entre l’attente des résultats, la préparation des entretiens et le travail au Château, je me retrouve assez angoissée et stressée, surtout au moment de dormir.

Du coup, je me suis contentée de faire une tisane à la camomille, un masque hydratant sur le visage, et j’ai pris un long bain en écoutant ‘Les Misérables’. D’ailleurs je ne sais pas pourquoi j’ai eu envie de réécouter ce ‘musical’ tout d’un coup, car ce n’est pas un de mes préférés. D’habitude je préfère écouter La Traviata ou quelque chose comme ça lorsque je suis toute seule chez moi. Peut être parce que ce musical me fait penser à Londres justement:  je suis allée voir ‘Les Misérables’ il y a peut être trois ans avec mon père et ma grand-mère… Le temps passe horriblement vite, je m’en souviens comme si c’était hier! Voilà quelques vidéos si vous voulez écouter ‘Les Misérables’ avec moi!

Je vais dormir, bonne nuit tout le monde!

Cette chanson me fait toujours rire:


Hopper invasion!

Quelques mots aujourd’hui pour vous parler d’un événement très… inhabituel! Pendant toute une semaine, et ce à partir du 2 novembre vous allez voir des space hoppers, les fameux ballons sauteurs de notre enfance, envahir les rues. Oui, oui, vous allez pouvoir remarquer ces hoppers dans les rues de Paris! Des femmes et des hommes qui bondissent sur ces ballons gonflables, voilà qui n’est pas banal… Apprêtez vous à voir ces ballons sauteurs un peu partout, online et offline, dans les rues, à la TV, sur la toile, dans les salles de cinéma…!

Tout a commencé à Barcelone, à partir de 500 ballons sauteurs et l’idée que l’on puisse déclencher un événement délirant et complètement inattendu n’importe où et n’importe quand.

Cependant, voilà la question: Mais qui se cache derrière cette idée? Il va falloir patienter un petit peu… En effet, on ignore qui se cache derrière cette idée! Pour le moment, rien ne figure sur les ballons à part l’adresse d’un site internet, qui semble être assez énigmatique. Les plus curieux peuvent cliquer sur les liens pour voir ce qui se trame: le site propose à chaque internaute de customiser son hopper, de lui donner les traits de son choix et de lui apposer un nom. On peux donc créer son propre hopper:

Dès le 18 novembre, même la homepage de Yahoo va subir une invasion de ces hoppers customisés! En effet les Hoppers vont faire leur apparition à l’écran… Une grande première pour Yahoo! Surveillez de près le Hopper invasion !

Article sponsorisé

Etudier en Angleterre?

Darlings!

En regardant mes mails, j’ai des questions qui reviennent sans cesse par rapport à Durham et par rapport aux facultés anglaises en général. Vous êtes nombreuses à me demander mon avis sur les différences entre les universités anglaises et françaises. Du coup, j’aimerais bien essayer de faire un petit point sur les deux systèmes. Cet article va être très long mais j’espère qu’il pourra vous être utile!

Vous le savez peut-être déjà, mais je suis titulaire d’une licence et d’un M1, tous les deux obtenus en France, dans des universités différentes. Bientôt, avec un peu de chance, j’aurais également un LLM, un Master anglais. Je pense avoir assez d’expérience pour bien connaître les deux systèmes universitaires, ce qui va me permettre de faire un tri dans les avantages et inconvénients de chaque système.

Je précise que j’ai fait des études juridiques et que toutes mes appréciations sont basées sur mes expériences personnelles.

Durham

Le système universitaire français:

Les avantages:

  • J’aime beaucoup, en théorie, l’égalité qui règne en France. Il n’y a pas de classement draconien des facultés et la réputation de chaque fac importe peu. Il n’y a pas de sélection, ni même un entretien qui permet de faire un tri entre les élèves. Du moment qu’on a son Bac, peu importe la filière, on peut aller à la fac, et à n’importe quelle fac. (Quoi que, pour rentrer à la Sorbonne ou Assas, la priorité n’est-elle pas donnée aux parisiens?) En principe, chaque élève a sa chance.
  • J’aime également le fait que tout soit en principe gratuit en France. L’année dernière j’ai du payer 400€ de frais d’inscription pour le Master1. Je trouve également le système des bourses assez avantageux en principe, même si moi-même je n’ai pas pu en bénéficier. L’idée de calculer l’allocation de la bourse sur le revenu des parents semble être raisonnable même si en pratique le système a énormément de failles.
  • On apprend à travailler. On étudie beaucoup de matières, on peux choisir énormément d’options. En licence, chaque année j’avais huit matières, dont deux ou trois à TD. On apprend à être rigoureux dans son travail.

Les inconvénients:

  • Je n’aime pas du tout la façon d’enseigner en France. Vous n’avez pas besoin de moi pour vous dire comment la fac marche en France, mais juste pour le fun, voilà un récapitulatif: En licence, pendant trois années horribles, j’ai enchaîné de 8heures jusqu’à 20heures des cours en amphi, des TD, des partiels blancs tous les deux mois, sans oublier les vrais partiels chaque semestre. Un enfer où on oblige les étudiants à recopier mot pour mot le cours du professeur, où l’on recrache le point du vue du prof à grand coups de commentaires d’arrêts et de dissertations hebdomadaires. En droit, on n’encourage pas le sens critique, on commente des arrêts sans donner d’avis personnel, on sort le cours, la jurisprudence et à la limite une petite anecdote ou ouverture à la fin. Facile. C’est comme ça que j’ai eu ma licence avec mention.
  • Enfin, je viens de dire ‘facile’, mais bon. Pas tant que ça peut être. Pour chaque matière j’avais un cours d’une centaine de pages écrites à la main. Pour les partiels ils fallait tout connaître, tout comprendre. A la limite, on nous faisait apprendre les Codes par cœur avec la jurisprudence qui va avec, alors que c’est parfaitement inutile. Aujourd’hui je ne me souviens pas de tout ce que j’ai appris par cœur. J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps. Et pas qu’à moitié.
  • Les professeurs ne s’intéressant pas aux élèves. En première année les amphis étaient bondés. On devait être 350 en première année de droit. En deuxième année, on n’était plus que 60. Bonjour la “sélection naturelle” comme ils disent. En France, les professeurs font tout pour décourager les élèves, surtout en première année. On n’hésite pas à mettre des 5/20 sans même donner  une explication raisonnable. Aucun encouragement ni soutien. La plupart de mes professeurs et chargés de TD ont été parfaitement détestables. Pourtant j’étais bonne élève.
  • En France, on pense Licence, M1, M2, Doctorat. On n’encourage pas les étudiants à avoir un projet professionnel. A vrai dire, on encourage les étudiants à faire de longues études alors qu’en réalité, c’est parfaitement inutile. On m’a déjà dit à plusieurs reprises que la licence ce n’est rien, que le M1 ne sert à rien et qu’il fallait absolument un M2 pour se démarquer. Je me souviens de l’hystérie générale lorsque on a su, en licence, que si on n’avait pas son M1 avec mention, qu’on n’avait aucune chance d’être accepté en M2 et qu’on allait forcément se retrouver au chômage. C’est à ce moment là que j’ai décidé de faire mon M2 à l’étranger.
  • Les facultés françaises sont impersonnelles, froides et hostiles. Pour la plupart, les bâtiments n’ont pas de charme, il n’y a aucun prestige, pas de traditions et on ne retrouve pas du tout cette fierté d’appartenir à une faculté. C’est l’inconvénient d’un système qui se veut égalitaire. Je caricature, mais j’ai l’impression qu’étudier en France, c’est un peu comme aller à l’usine, tout est identique, monotone, ennuyeux.

La Sorbonne

Je n’avais aucune photo pour illustrer cette première partie du billet. Je n’ai jamais pris de photos de mes facs en France. J’étais à Vannes puis à Rennes 1. Il faut dire que les bâtiments étaient moches et sans âme. En France, j’avais 30 heures de cours par semaine et des dissertations à rédiger. Et c’est tout. Quasiment pas de vie sociale et même pas vraiment le temps de pratiquer une activité sportive régulière par exemple.

Le système universitaire anglais:

Les avantages:

  • J’aime tout le prestige qui est associé aux facultés anglaises. Ici, il y a un classement officiel des universités, et donc pour avoir un diplôme qui sera reconnu par les employeurs, il vaut mieux viser les dix meilleures universités. Il faut consulter The Good University Guide du Times, ou alors The University League Table de The Independant par exemple. Il y a un classement général puis un classement par matière. Voilà les meilleures facs, dans l’ordre:
  1. Oxford
  2. Cambridge
  3. Imperial College
  4. London School of Economis
  5. Durham
  6. Warwick
  7. St Andrews
  8. University College London

Si on n’arrive pas à entrer dans une de ces facultés, le diplôme aura une valeur moindre. Il y a 113 universités dans le classement du Independant.

Oxford University

Cambridge University

  • J’aime la façon d’enseigner en Angleterre. A Durham les cours se déroulent dans des seminars, et c’est également le cas à Oxford. Il n’y a jamais plus de 10 ou 15 personnes par groupe, et les cours sont construits sur les échanges d’idées. Les cours sont peu nombreux, on a parfois une dizaine d’heures de cours par semaine, le reste est uniquement basé sur un travail personnel. Avant de venir en cours, on nous donne le sujet, le thème du seminar et une liste de documents à lire. Donc on fait le cours nous-même, en lisant. On lit, on cherche des articles, on fait des recherches sur internet, on comprend. Puis on pose les questions et on en discute. Pendant les cours, on écrit que très peu. Les professeurs nous connaissent, on nous appelle par notre prénom, on peut aller leur demander des conseils ou les voir dans leur bureau sans gène. Pendant la licence, chaque élève a un tuteur sur qui on peut compter. On nous encourage, on nous dit qu’on va réussir. Les professeurs nous traitent avec respect et attention.

Durham University

  • Étudier en Angleterre c’est également s’ouvrir à une culture générale particulièrement riche. A Durham il existe des centaines de clubs et de societies: il y a par exemple un society pour faire du théâtre, de la musique, de l’art, du sport… Mais il en existe vraiment des centaines! Il y a un society ou club pour chaque sport, pour chaque type de musique, il y a des clubs qui se concentrent sur les activités bénévoles, sur les débats, les voyages… On peut vraiment s’ouvrir à tout et n’importe quoi! Ici les étudiants prennent le temps de s’amuser et de penser à autre chose que les cours. On se fait des amis, on rencontre beaucoup de nouvelles personnes, tout est plus ouvert, plus ludique. Voilà un échantillon des societies de Durham. Vous pouvez voir qu’il y a même un “Tea and Biscuit” society!

“The pipe smoking Society” (une photo récente qui a été modifié)

DST

Le représentation de ‘Guys and Dolls’ que je suis allée voir il y a quelques mois

Student theatre

La chorale de University College

  • Avec le prestige des facultés vient les traditions et la fierté d’appartenir à une institution de qualité. C’est ainsi qu’on voit à Durham, au moins la moitié des élèves portent un vêtement avec le logo de Durham University ou de son College. On a le sentiment d’appartenir à une institution, tous les élèves défendent leur fac et sont heureux d’être ici. Il y a des événement sportifs qui sont organisés entre les meilleures facs, par exemple Durham vs Oxford. Il y a une rivalité saine entre étudiants, entre colleges et entre les facultés. Tout le système est basé sur ce sentiment d’appartenance à une entité, et c’est vraiment étrange à décrire, car ça n’existe pas du tout en France, ou alors peut être pour les grandes écoles?

Durham

C’est le logo d’un des mes pulls universitaires… Oui je le porte lorsque je suis chez moi!

Les inconvénients:

  • Le coût: Etudier en Angleterre coûte cher. Pour une licence il faut payer environ £3,000 par an, donc £9,000 en tout. Pour le Master j’ai payé £5,400. Pour un doctorat il faut également compter £3,000 par an. Ainsi, la plupart des étudiants font des emprunts pour pouvoir tout payer. Il me semble que chaque étudiant a en moyenne un emprunt de £25,000 pour sa licence. (Je viens de regarder combien £25,000 ça fait en euros: Il faut compter 27 902€ pour sa licence. Ça comporte les frais d’inscription pendant les trois années + le logement + les sorties. Mais il faut dire que certains étudiants dépensent beaucoup plus. La plupart ont également un petit boulot) Mais en Angleterre, les étudiants quittent la fac après la licence, et pour la plupart, ils peuvent obtenir un travail assez rapidement, et les salaires sont en théorie relativement élevés. Plus élevés qu’en France en tout cas.
  • La sélection: C’est vraiment très compétitif. Tous les étudiants se bousculent pour entrer dans une fac de qualité car ils sont bien conscients du poids de la réputation de chaque établissement. Il faut obtenir de très bons résultats aux A-Levels (équivalent du Bac) sinon c’est fini . Il y a toujours un entretien avant d’être accepté dans une fac. J’ai de la chance d’avoir été accepté à Durham, énormément de la chance. Qui sait si j’aurais été accepté si j’avais fait mes A-Levels en Angleterre au lieu de passer le Bac français? Tous les jours lorsque je fais mes visites au Château j’ai des questions de la part des étudiants qui me demandent des tuyaux, dans le but de venir un jour à Durham. Je pense que beaucoup doivent être vraiment déçus s’ils n’arrivent pas à entrer dans la faculté de leur choix, et ça doit être assez difficile à supporter. Mais une fois qu’ils arrivent à y rentrer, l’université met tout en œuvre pour qu’ils réussissent.
  • On peut peut être désigner un manque de sérieux, car avec toutes les soirées, les societies, les bars étudiants… On ne travaille pas autant qu’en France à mon avis. Après les examens, les étudiants passent le mois de juin à faire la fête et à sortir… Et à travailler sur le mémoire si on est en Master. Voilà des photos de ‘Castle Day’, où mon College était en fête!

Castle Day

Castle Day 2009

Castle Day 2

Castle Day 2009

Juste une dernière remarque, ce n’est ni un avantage, ni un inconvénient, mais il faut dire que… C’est assez pompeux ici à Durham. Et ça se voit. Les étudiants sortent beaucoup et dépensent beaucoup. Et à Oxford et Cambridge, c’est pire. Il y a d’ailleurs une très très grande ‘rivalité’ entre les étudiants et les habitants de Durham. Les ambiances sont assez tendues, car le Nord de l’Angleterre est une région relativement pauvre, alors que tous les étudiants de Durham sont plutôt fortunés. Donc il y a énormément de conflits, mais c’est un autre débat.

…Donc j’espère avoir donné ici un petit aperçu des deux systèmes universitaires. Chaque système a des avantages, mais en tout cas, venir à Durham m’a permis d’ouvrir les yeux sur le système français. Des fois j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps en France car je n’ai pas appris grand chose de valable.

Je vous encourage vivement à quitter le système universitaire français même si ce n’est que pour un semestre. Partez en Erasmus si possible car cela coûte moins cher. Vraiment il faut venir voir comment les choses se passent outre-manche. Les universités anglaises sont tellement riches en découvertes culturelles, j’ai appris énormément de choses cette année, notamment que l’éducation ne passe absolument pas par le nombre d’heures de cours que l’on peut avoir.

Je suis tellement heureuse d’avoir eu le courage de venir à Durham car je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Et si j’avais su, j’aurais tout mis en œuvre pour faire ma licence en Angleterre.

Durham

La semaine prochaine je vais vous parler de la “Graduation”, une de mes traditions préférées!

***

Votre avis m’intéresse! Qu’en pensez-vous du système universitaire français? Et du modèle anglo-saxon? Avez-vous été satisfait de votre éducation en France, ou avez-vous songé à partir à l’étranger en Erasmus ou autre?

Stage de pilotage

Hello!

Pour aujourd’hui, un petit article qui concerne… les voitures et les stages de pilotage!

Noël arrive, et la première chose à laquelle j’ai pensé lorsqu’on m’a proposé de parler des stages de pilotage en Ferrari, Porsche ou Lamborghini, c’est que justement, ce serait vraiment une idée originale de cadeau de fin d’année pour ces hommes qui partagent nos vies: pères, frères, maris, amis…!

C’est sur le circuit de l’Anneau du Rhin, qui se trouve en Alsace (entre Colmar et Mulhouse), que vous avez donc la possibilité:

  • de faire un stage de pilotage ou un baptême de circuit au bord d’une voiture de luxe de votre choix: Ferrari, Porsche, Lamborghini, Lotus…
  • de découvrir les stages de pilotage en monoplace (Formules Renault et Ford)
  • de prendre de cours de pilotage individuels ou de participer à des stages de sensibilisation à la sécurité routière
  • de découvrir les différentes formules ‘combinées’

Pour une expérience inoubliable pensez aux stages de pilotage! Qui n’a jamais rêvé de conduire une voiture de luxe? Pour les indécis, il existe également des passeports cadeaux qui permettent au bénéficiaire de choisir son propre stage.

Je pense que c’est vraiment une bonne idée pour faire un cadeau original, et je sais que j’y réfléchirais sérieusement si j’avais les moyens d’offrir une telle expérience! Il faut dire qu’un stage de pilotage doit être drôlement chouette à recevoir! …Avez-vous déjà commencé à réfléchir aux cadeaux que vous allez faire aux hommes de votre vie?

Bonne journée à vous, et à très bientôt!

Article sponsorisé

Giveaway winner

Bonjour!

Un grand merci à toutes celles qui ont participé au concours Carolyn’s Kitchen! J’avais initialement pensé faire un tirage au sort sur internet, en utilisant un ‘random number generator‘, mais après quelques secondes de réflexion, je me suis dit qu’il serait bien plus chouette de désigner la gagnante d’une façon plus classique.

Hop, j’ai pris un crayon, j’ai noté tous les noms sur des petits bouts de papier coloré, je suis allée prendre une jolie petite tasse…

3

2

J’ai secoué la tasse trois fois et pioché au hasard…Et voilà!

Toutes mes félicitations à Daisy Chain, une lectrice anglaise…!


Merci beaucoup à toutes celles qui ont participé au petit jeu, et merci infiniment à Carolyn!

http://www.carolynskitchenonline.com/