Etudier en Angleterre?

Darlings!

En regardant mes mails, j’ai des questions qui reviennent sans cesse par rapport à Durham et par rapport aux facultés anglaises en général. Vous êtes nombreuses à me demander mon avis sur les différences entre les universités anglaises et françaises. Du coup, j’aimerais bien essayer de faire un petit point sur les deux systèmes. Cet article va être très long mais j’espère qu’il pourra vous être utile!

Vous le savez peut-être déjà, mais je suis titulaire d’une licence et d’un M1, tous les deux obtenus en France, dans des universités différentes. Bientôt, avec un peu de chance, j’aurais également un LLM, un Master anglais. Je pense avoir assez d’expérience pour bien connaître les deux systèmes universitaires, ce qui va me permettre de faire un tri dans les avantages et inconvénients de chaque système.

Je précise que j’ai fait des études juridiques et que toutes mes appréciations sont basées sur mes expériences personnelles.

Durham

Le système universitaire français:

Les avantages:

  • J’aime beaucoup, en théorie, l’égalité qui règne en France. Il n’y a pas de classement draconien des facultés et la réputation de chaque fac importe peu. Il n’y a pas de sélection, ni même un entretien qui permet de faire un tri entre les élèves. Du moment qu’on a son Bac, peu importe la filière, on peut aller à la fac, et à n’importe quelle fac. (Quoi que, pour rentrer à la Sorbonne ou Assas, la priorité n’est-elle pas donnée aux parisiens?) En principe, chaque élève a sa chance.
  • J’aime également le fait que tout soit en principe gratuit en France. L’année dernière j’ai du payer 400€ de frais d’inscription pour le Master1. Je trouve également le système des bourses assez avantageux en principe, même si moi-même je n’ai pas pu en bénéficier. L’idée de calculer l’allocation de la bourse sur le revenu des parents semble être raisonnable même si en pratique le système a énormément de failles.
  • On apprend à travailler. On étudie beaucoup de matières, on peux choisir énormément d’options. En licence, chaque année j’avais huit matières, dont deux ou trois à TD. On apprend à être rigoureux dans son travail.

Les inconvénients:

  • Je n’aime pas du tout la façon d’enseigner en France. Vous n’avez pas besoin de moi pour vous dire comment la fac marche en France, mais juste pour le fun, voilà un récapitulatif: En licence, pendant trois années horribles, j’ai enchaîné de 8heures jusqu’à 20heures des cours en amphi, des TD, des partiels blancs tous les deux mois, sans oublier les vrais partiels chaque semestre. Un enfer où on oblige les étudiants à recopier mot pour mot le cours du professeur, où l’on recrache le point du vue du prof à grand coups de commentaires d’arrêts et de dissertations hebdomadaires. En droit, on n’encourage pas le sens critique, on commente des arrêts sans donner d’avis personnel, on sort le cours, la jurisprudence et à la limite une petite anecdote ou ouverture à la fin. Facile. C’est comme ça que j’ai eu ma licence avec mention.
  • Enfin, je viens de dire ‘facile’, mais bon. Pas tant que ça peut être. Pour chaque matière j’avais un cours d’une centaine de pages écrites à la main. Pour les partiels ils fallait tout connaître, tout comprendre. A la limite, on nous faisait apprendre les Codes par cœur avec la jurisprudence qui va avec, alors que c’est parfaitement inutile. Aujourd’hui je ne me souviens pas de tout ce que j’ai appris par cœur. J’ai l’impression d’avoir perdu mon temps. Et pas qu’à moitié.
  • Les professeurs ne s’intéressant pas aux élèves. En première année les amphis étaient bondés. On devait être 350 en première année de droit. En deuxième année, on n’était plus que 60. Bonjour la “sélection naturelle” comme ils disent. En France, les professeurs font tout pour décourager les élèves, surtout en première année. On n’hésite pas à mettre des 5/20 sans même donner  une explication raisonnable. Aucun encouragement ni soutien. La plupart de mes professeurs et chargés de TD ont été parfaitement détestables. Pourtant j’étais bonne élève.
  • En France, on pense Licence, M1, M2, Doctorat. On n’encourage pas les étudiants à avoir un projet professionnel. A vrai dire, on encourage les étudiants à faire de longues études alors qu’en réalité, c’est parfaitement inutile. On m’a déjà dit à plusieurs reprises que la licence ce n’est rien, que le M1 ne sert à rien et qu’il fallait absolument un M2 pour se démarquer. Je me souviens de l’hystérie générale lorsque on a su, en licence, que si on n’avait pas son M1 avec mention, qu’on n’avait aucune chance d’être accepté en M2 et qu’on allait forcément se retrouver au chômage. C’est à ce moment là que j’ai décidé de faire mon M2 à l’étranger.
  • Les facultés françaises sont impersonnelles, froides et hostiles. Pour la plupart, les bâtiments n’ont pas de charme, il n’y a aucun prestige, pas de traditions et on ne retrouve pas du tout cette fierté d’appartenir à une faculté. C’est l’inconvénient d’un système qui se veut égalitaire. Je caricature, mais j’ai l’impression qu’étudier en France, c’est un peu comme aller à l’usine, tout est identique, monotone, ennuyeux.

La Sorbonne

Je n’avais aucune photo pour illustrer cette première partie du billet. Je n’ai jamais pris de photos de mes facs en France. J’étais à Vannes puis à Rennes 1. Il faut dire que les bâtiments étaient moches et sans âme. En France, j’avais 30 heures de cours par semaine et des dissertations à rédiger. Et c’est tout. Quasiment pas de vie sociale et même pas vraiment le temps de pratiquer une activité sportive régulière par exemple.

Le système universitaire anglais:

Les avantages:

  • J’aime tout le prestige qui est associé aux facultés anglaises. Ici, il y a un classement officiel des universités, et donc pour avoir un diplôme qui sera reconnu par les employeurs, il vaut mieux viser les dix meilleures universités. Il faut consulter The Good University Guide du Times, ou alors The University League Table de The Independant par exemple. Il y a un classement général puis un classement par matière. Voilà les meilleures facs, dans l’ordre:
  1. Oxford
  2. Cambridge
  3. Imperial College
  4. London School of Economis
  5. Durham
  6. Warwick
  7. St Andrews
  8. University College London

Si on n’arrive pas à entrer dans une de ces facultés, le diplôme aura une valeur moindre. Il y a 113 universités dans le classement du Independant.

Oxford University

Cambridge University

  • J’aime la façon d’enseigner en Angleterre. A Durham les cours se déroulent dans des seminars, et c’est également le cas à Oxford. Il n’y a jamais plus de 10 ou 15 personnes par groupe, et les cours sont construits sur les échanges d’idées. Les cours sont peu nombreux, on a parfois une dizaine d’heures de cours par semaine, le reste est uniquement basé sur un travail personnel. Avant de venir en cours, on nous donne le sujet, le thème du seminar et une liste de documents à lire. Donc on fait le cours nous-même, en lisant. On lit, on cherche des articles, on fait des recherches sur internet, on comprend. Puis on pose les questions et on en discute. Pendant les cours, on écrit que très peu. Les professeurs nous connaissent, on nous appelle par notre prénom, on peut aller leur demander des conseils ou les voir dans leur bureau sans gène. Pendant la licence, chaque élève a un tuteur sur qui on peut compter. On nous encourage, on nous dit qu’on va réussir. Les professeurs nous traitent avec respect et attention.

Durham University

  • Étudier en Angleterre c’est également s’ouvrir à une culture générale particulièrement riche. A Durham il existe des centaines de clubs et de societies: il y a par exemple un society pour faire du théâtre, de la musique, de l’art, du sport… Mais il en existe vraiment des centaines! Il y a un society ou club pour chaque sport, pour chaque type de musique, il y a des clubs qui se concentrent sur les activités bénévoles, sur les débats, les voyages… On peut vraiment s’ouvrir à tout et n’importe quoi! Ici les étudiants prennent le temps de s’amuser et de penser à autre chose que les cours. On se fait des amis, on rencontre beaucoup de nouvelles personnes, tout est plus ouvert, plus ludique. Voilà un échantillon des societies de Durham. Vous pouvez voir qu’il y a même un “Tea and Biscuit” society!

“The pipe smoking Society” (une photo récente qui a été modifié)

DST

Le représentation de ‘Guys and Dolls’ que je suis allée voir il y a quelques mois

Student theatre

La chorale de University College

  • Avec le prestige des facultés vient les traditions et la fierté d’appartenir à une institution de qualité. C’est ainsi qu’on voit à Durham, au moins la moitié des élèves portent un vêtement avec le logo de Durham University ou de son College. On a le sentiment d’appartenir à une institution, tous les élèves défendent leur fac et sont heureux d’être ici. Il y a des événement sportifs qui sont organisés entre les meilleures facs, par exemple Durham vs Oxford. Il y a une rivalité saine entre étudiants, entre colleges et entre les facultés. Tout le système est basé sur ce sentiment d’appartenance à une entité, et c’est vraiment étrange à décrire, car ça n’existe pas du tout en France, ou alors peut être pour les grandes écoles?

Durham

C’est le logo d’un des mes pulls universitaires… Oui je le porte lorsque je suis chez moi!

Les inconvénients:

  • Le coût: Etudier en Angleterre coûte cher. Pour une licence il faut payer environ £3,000 par an, donc £9,000 en tout. Pour le Master j’ai payé £5,400. Pour un doctorat il faut également compter £3,000 par an. Ainsi, la plupart des étudiants font des emprunts pour pouvoir tout payer. Il me semble que chaque étudiant a en moyenne un emprunt de £25,000 pour sa licence. (Je viens de regarder combien £25,000 ça fait en euros: Il faut compter 27 902€ pour sa licence. Ça comporte les frais d’inscription pendant les trois années + le logement + les sorties. Mais il faut dire que certains étudiants dépensent beaucoup plus. La plupart ont également un petit boulot) Mais en Angleterre, les étudiants quittent la fac après la licence, et pour la plupart, ils peuvent obtenir un travail assez rapidement, et les salaires sont en théorie relativement élevés. Plus élevés qu’en France en tout cas.
  • La sélection: C’est vraiment très compétitif. Tous les étudiants se bousculent pour entrer dans une fac de qualité car ils sont bien conscients du poids de la réputation de chaque établissement. Il faut obtenir de très bons résultats aux A-Levels (équivalent du Bac) sinon c’est fini . Il y a toujours un entretien avant d’être accepté dans une fac. J’ai de la chance d’avoir été accepté à Durham, énormément de la chance. Qui sait si j’aurais été accepté si j’avais fait mes A-Levels en Angleterre au lieu de passer le Bac français? Tous les jours lorsque je fais mes visites au Château j’ai des questions de la part des étudiants qui me demandent des tuyaux, dans le but de venir un jour à Durham. Je pense que beaucoup doivent être vraiment déçus s’ils n’arrivent pas à entrer dans la faculté de leur choix, et ça doit être assez difficile à supporter. Mais une fois qu’ils arrivent à y rentrer, l’université met tout en œuvre pour qu’ils réussissent.
  • On peut peut être désigner un manque de sérieux, car avec toutes les soirées, les societies, les bars étudiants… On ne travaille pas autant qu’en France à mon avis. Après les examens, les étudiants passent le mois de juin à faire la fête et à sortir… Et à travailler sur le mémoire si on est en Master. Voilà des photos de ‘Castle Day’, où mon College était en fête!

Castle Day

Castle Day 2009

Castle Day 2

Castle Day 2009

Juste une dernière remarque, ce n’est ni un avantage, ni un inconvénient, mais il faut dire que… C’est assez pompeux ici à Durham. Et ça se voit. Les étudiants sortent beaucoup et dépensent beaucoup. Et à Oxford et Cambridge, c’est pire. Il y a d’ailleurs une très très grande ‘rivalité’ entre les étudiants et les habitants de Durham. Les ambiances sont assez tendues, car le Nord de l’Angleterre est une région relativement pauvre, alors que tous les étudiants de Durham sont plutôt fortunés. Donc il y a énormément de conflits, mais c’est un autre débat.

…Donc j’espère avoir donné ici un petit aperçu des deux systèmes universitaires. Chaque système a des avantages, mais en tout cas, venir à Durham m’a permis d’ouvrir les yeux sur le système français. Des fois j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps en France car je n’ai pas appris grand chose de valable.

Je vous encourage vivement à quitter le système universitaire français même si ce n’est que pour un semestre. Partez en Erasmus si possible car cela coûte moins cher. Vraiment il faut venir voir comment les choses se passent outre-manche. Les universités anglaises sont tellement riches en découvertes culturelles, j’ai appris énormément de choses cette année, notamment que l’éducation ne passe absolument pas par le nombre d’heures de cours que l’on peut avoir.

Je suis tellement heureuse d’avoir eu le courage de venir à Durham car je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Et si j’avais su, j’aurais tout mis en œuvre pour faire ma licence en Angleterre.

Durham

La semaine prochaine je vais vous parler de la “Graduation”, une de mes traditions préférées!

***

Votre avis m’intéresse! Qu’en pensez-vous du système universitaire français? Et du modèle anglo-saxon? Avez-vous été satisfait de votre éducation en France, ou avez-vous songé à partir à l’étranger en Erasmus ou autre?

89 réponses à “Etudier en Angleterre?

  1. Avec le recul, avec « l’âge » (et l’assurance qui va avec), je pense que j’aurais peut-être dû faire une année en Angleterre, mais je n’étais pas assez bonne, je n’aurais pas donc été prise !

    Je pense que le système anglo-saxon, qui valorise beaucoup les élèves m’aurait peut-être bien aidé ! J’ai fait des études d’histoire de l’art, à l’Ecole du Louvre, où les prof font tout pour décourager les élèves, et où le cursus est particulièrement sélectif, et je me demande si je n’aurais pas été meilleure en fac, où on va plus à fond dans les domaines dans lesquels on se spécialise…

    Mais la vie est déjà passée, il ne me reste plus qu’à réussir ce que j’ai commencé, et plus tard, mes études me serviront !!!

    Ton article était très intéressant, et tu as raison d’encourager tout le monde à partir en Erasmus !

    • @ Elizabeth: Hello! Je pense que le système anglo-saxon donne confiance en soi, nous pousse à nous exprimer, à être créatif, à faire autre chose que d’apprendre des cours par cœur…

      J’en discutais avec ma mère ce matin, mais à Durham par exemple mes amis qui font des études scientifiques s’intéressent également à l’art, à la littérature, au théâtre, à la politique… Et ils s’y connaissent bien!

      La culture générale des étudiants ici est impressionnante, j’ai l’impression de ne rien savoir à côté d’eux.

      C’est vraiment dommage de savoir qu’à l’école du Louvre on ne traite pas les étudiants avec respect. Pourtant c’est une bonne école, avec un examen d’entrée assez sélectif, non? J’ai entendu dire qu’il y avait des prépa pour pouvoir entrer dans cette école!

      Je te souhaite de réussir en tout cas, tu as l’air d’avoir un parcours intéressant! Bisous!

    • Oui, l’Ecole propose un cursus très intéressant, mais si les profs découragent les élèves, c’est plutôt par réalisme : la majorité d’entre eux sont conservateurs, c’est évidemment le plus beau métier du monde, mais également l’un des plus difficiles… et décourager leur permet d’éviter d’affronter des déconvenues lors du passage du concours… pensent-ils, comme si on ne réalisait pas par nous-même que le concours de conservateur est quasi impossible à avoir !

      C’est vrai que les élèves qui sortent d’écoles anglaises sont réputés pour avoir une solide connaissance générale, et c’est l’inconvénient du système français, qui cherche à spécialiser ses élèves le plus tôt possible. Ainsi, nous serons très bon dans notre domaine, mais nous ne connaitrons pas grand chose au domaine d’à côté !

      Mais bon, comme pour toi, on n’a pas chômé en cours, comme toi, je n’ai pas eu de vie étudiante, et je ne découvre que maintenant ce que ça fait que de sortir, et de vivre, tout simplement !

      • Ah oui, le concours doit être difficile… Mais les élèves gardent la motivation? Ça doit être tellement décourageant quand même… D’avoir un projet professionnel mais de ne pas être soutenu…

        Et tu as quoi comme boulot maintenant? (si ce n’est pas trop indiscret?)

        Tu as raison d’en profiter maintenant, de faire des sorties, de rencontrer de nouvelles personnes… C’est vrai que je n’ai vraiment pas fait grand chose pendant les en France à part travailler… Ça fait un peu mal au cœur lorsque je vois comment les choses auraient pu être outre-manche, mais en même temps j’en ai largement profité cette année, et c’est vraiment l’essentiel 🙂 Le mieux c’est de ne pas avoir de regrets, et j’essaye de ne pas en avoir…!

  2. Waouh, super article que j’ai lu de bout en bout bien que je vienne de terminer mes études: 5 ans en France. J’aurais rêver d’aller passer au moins un semestre à l’étranger pour tout ce que tu décris mais impossible vu mon parcours: en fac de lettres il fallait attendre la 3ème année et je n’en ai fait que 2, après un an en école de com, pas possible puis un master où j’aurais pu partir en première année SI j’avais fait la licence là-bas… no comment!
    Mais j’ai des amis anglais et j’aime bcp échanger là-dessus! après je suis aussi contente car en France j’ai fait la fac privé, une école et la fac publique donc j’ai vu 3 versions de formation totalement différentes! Bisous et merci de nous ouvrir l’esprit, ça fait réfléchir 😉

    • @ July: Oh c’est dommage si tu n’as pas pu partir… Il faut avouer que le système français semble assez mal fait à ce niveau-là! En Angleterre il n’y a pas toutes ces grandes écoles, écoles de commerce etc… Uniquement la fac! C’est plus simple j’ai l’impression…!

      Bisous bisous

  3. Merci Miss pour cet article passionnant – je m’aperçois que je n’avais qu’une vision très réduite de la vie universitaire anglaise! C’est incroyablement intéressant – tu as une chance folle d’y étudier, mais en même temps, quelle sélection! Du coup tu as du mérite je trouve de prendre le temps de tenir un blog et de nous expliquer tout ça!

    Je te rejoins totalement sur le système éducatif français – j’ai eu la chance de partir 6 mois à Cologne dans le cadre d’un échange Erasmus, j’aurai adoré y rester 6mois de + mais impossible, la Fac d’Aix-en-Provence m’a menacée d’annuler mon diplôme si je ne rentrais pas! Et comme je visais une Maîtrise LEA, je n’ai pas pu courir le risque. Je n’ai jamais été à Londres que pour faire du tourisme, pour ma part c’est le système éducatif allemand que j’ai testé et déjà, pas de comparaison avec la France!

    Sans parler du marché de l’emploi ensuite…

    Bref, j’attends le prochain article avec impatience !!

    • @ Sarah-Lou: Merci pour ton commentaire! Oui, je me dis tous les jours que j’ai de la chance d’être à Durham. Heureusement que j’ai eu ma licence avec mention… J’avais eu la mention chaque année donc à mon avis ça a joué! J’aurais vraiment aimé faire ma licence à Durham…

      Je ne connais pas du tout le système éducatif allemand, mais en tout cas tu as l’air d’avoir un parcours intéressant aussi, et partir en Erasmus est toujours bien vu sur un CV!

      Bisous

  4. Cet article est passionnant ! On sent qu’il est objectif, et ton écriture est vraiment agréable.
    J’ai songé à partir étudier à Oxford, mais mes parents n’avaient pas les moyens et refusaient de faire un emprunt. J’ai atterri à la fac de lettres la plus proche et la plus miteuse de France, après mon hypokhâgne très prestigieuse (concurrente directe de Louis le grand, mais en perte de vitesse depuis), la chute a été rude. Pour ne pas m’ennuyer, j’ai fait deux cursus, lettres classiques et philo en même temps, puis j’ai bifurqué vers les lettres modernes pour être parée au CAPES. J’ai trouvé que les étudiants étaient en roue libre, que tout était prétexte aux blocus, que les profs manquaient très souvent leurs cours, qu’ils ne voulaient pas aider leurs étudiants à réussir et que les locaux étaient délabrés… Ravie que je suis d’avoir fini mes études !

    • @ Audrey: Hello! Concernant le coût de la fac en Angleterre, tu sais ce sont les étudiants qui font les emprunts. La plupart du temps les parents ne payent rien du tout à ce qu’il parait. En Angleterre il y a tout un système d’emprunt étudiant qui mis en place par le gouvernement, c’est encore quelque chose qui n’existe pas en France.

      Mais bon, forcément à Oxford etc la plupart du temps ce sont les parents qui payent les études vu qu’ils sont assez fortunés… Mais je crois que c’est l’exception.

      Je trouve ça presque dommage d’avoir fait un hypokhâgne prestigieux si c’est pour se retrouver à la fac du coin… En tout cas tu dois être soulagée d’en avoir fini maintenant! Moi c’est le contraire, j’aimerais continuer mes études!

      Bisous

  5. Cet article est très intéressant, merci Madeleine! Nous avions parlé une fois, sur le forum Retro-corset des études à l’étranger, notamment en Angleterre, il me semble!
    Pour ma part, je dois être l’exemple type de la personne qui « n’aime » pas les études. J’adore étudier, toujours enrichir ma culture, apprendre de nouvelles choses… mais j’ai un énorme soucis avec les systèmes d’enseignements (et je dis « les » car je fais aussi mes études à « l’étranger » )
    J’ai fait un an dans une licence de Lettres Modernes, dans une petite fac de province, très bien cotée quant aux vues des résultats. J’ai tout bonnement détesté! Ma promo se résumait à un magma de futurs profs, les options n’étaient tournées que vers l’enseignement et les seuls cours que j’appréciais réellement étaient un CM sur la mythologie grecque et la bible, et le package CM/TD sur la stylistique et rhétorique. Sur un total de 30h de cours/semaine, c’est pas beaucoup. J’ai en quelque sorte subi la fac (je devais partir en hypokhâgne, et on m’a refusé au dernier moment avec des raisons obscures, imagine un peu ma déception…), je n’ai même pas lié un quelconque lien avec des personnes de ma promo et j’ai eu droit à 6 mois de grève et a des examens « pièges » (venant de profs ayant conduits les mouvements étudiants… d’ailleurs, je me suis remerciée d’être la tête de ma promo en anglais et aussi d’être geek, car l’anglais et l’informatique ont sauvé ma première année!)
    Maintenant, je suis en Bachelor en Communication, en Belgique. C’est l’équivalent d’une licence professionnelle en France, mais avec un « cachet » un peu plus prestigieux (en gros, si tu finis tes trois ans de formation, tu es couvert d’éloges!). Et bien… je déteste le système belge aussi: les cours sont pré-mâchés, déjà écrits par le prof, donnés en début de cours et le discours auquel nous avons droit est strictement le même que celui sur papier… J’avoue, je n’ai jamais autant dormi en cours. (car là, on est à 40h/semaine pour les plus grosses semaines et 36 pour les plus légères). L’avantage est le nombre de professionnels venant à notre rencontre, partageant leur expérience, nous l’apprenant etc. Et aussi, le devoir de faire des stages durant les trois années de formation.
    C’est d’ailleurs en troisième année que je partirais à l’étranger, en Irlande plus précisément ma mère -bossant aux Relations Internationales de sa fac- m’a dit qu’elle avait un collègue juste dans une des branches que j’étudie.
    Mais je ne le cache pas, je rêve d’aller étudier au Royaume-Uni et même d’aller y vivre, j’ai une allergie épidermique avec la France… Et puis, j’ai déjà beaucoup voyagé, vu beaucoup d’autres systèmes et je crois que celui qui me plait le plus (après le système Finlandais, mais qui est hors de prix pour une étudiante comme moi) est celui outre-Manche.

    • @ Delilah: Hello! J’ai l’impression que tu n’as pas eu de chance dans tes études, et surtout que le modèle ne te convient pas. Il faut avouer que le modèle français ne plait pas à tout le monde… Je détestais les cours aussi, c’était vraiment une dictée où on écrivait pendant des heures et des heures. C’est tout bonnement scandaleux! Autant prendre un bouquin!

      J’espère que partir en Irlande va te faire du bien, ça va être une bonne expérience!

      Je te rejoins sur ton allergie épidermique avec la France… Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai tout simplement pas du tout envie d’y retourner. Justement peut être parce que je me rends compte a posteriori que j’ai passé vraiment un très mauvais moment à la fac en France….

  6. Tu me brises le coeur avec ton article ! Je n’aime pas ma fac, je me suis plantée plusieurs fois parce que justement, je n’arrivais pas à mettre mon cerveau de côté en apprenant les cours et en rédigeant les examens, une prof m’a collé 3/20 et 1/20 l’année dernière sans marquer autre chose que  » hors sujet  » sur ma copie ( j’ai raté mon année à cause d’elle ). Il n’y a aucune fierté d’appartenir à telle fac, pas de traditions ( si ce n’est le gala annuel ), vraiment rien …

    En bref je n’ai qu’une hâte, c’est de finir mes études pour enfin ne plus mettre les pieds dans cette fac si moche 😦

    • @ A-E: Argh, je n’avais pas du tout envie de vous démotiver et/ou décourager! Je sais que le système français n’est pas du tout joyeux…

      Pour la prof qui a mis le 1/20 c’est absolument scandaleux aussi, elle ne pourrait pas donner des explications? Si tu n’as pas compris et si tu étais effectivement hors sujet, alors c’est surement à cause de TA PROF qui ne sait pas faire un cours ni transmettre son savoir. Ou alors ils n’expliquent pas ce qu’ils veulent, parce que bon, écrire une dissert ou un commentaire d’arrêt n’est pas compliqué en soi une fois qu’on a compris le système.

      Je suis désolée pour toi que ça se passe aussi mal! Mais bon, je sais qu’il te faut ta licence dans l’esprit de passer un concours, donc essayes de persévérer!

      Bisous

  7. Ah je jette un oeil de temps en temps a ton blog, car étant donné que je vis aussi en Angleterre, j’aime voir ce que les gens en pensent. J’ai fait mon MA a l’université de Hull, (pas aussi prestigieux que Durham, mais j’avais des raisons de vouloir rester dans le Yorkshire) et je retrouve pas mal de choses de mon expérience dans la tienne ici. J’ai malgré tout du mal avec un systeme si élitiste!
    Bonne continuation

    • @ Maryne: Bienvenue ici! Oui, je connais de nom l’Université de Hull! Je suis contente de savoir que tu retrouves des points de vue que j’exprime dans mon article, car personnellement je ne connais que la fac de Durham… Donc j’essaye de donner des conseils généralisés mais ce n’est pas facile!

      Le système est élitiste en effet, mais j’aime bien le prestige/ le cachet qui en découle… Sinon on se retrouve comme en France, avec une Education Nationale standardisée où on ne fait pas le tri entre les facs.

      Bises!

  8. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi sur les facs françaises. Je suis moi en cursus de science politique et en première année j’avais aussi une majeure de socio. Quand j’étais en licence, j’avais une grosse quinzaine d’heures de cours par semaine dans la fac historique de Lyon, dans des bâtiments vraiment magnifiques. En socio, j’étais par contre sur le campus extérieur à la ville, type fac de mai 68, pleine d’amiante etc… J’ai adoré les 2 endroits, je n’ai jamais trouvé que c’était froid ou impersonnel. Pourtant il y a eu des grèves et des blocages mais ça n’a jamais ruiné l’ambiance à mon sens. Par la même, je n’ai jamais trouvé que les profs étaient distants ou qu’ils nous incitaient à lâcher la fac. Je pense qu’ils sont plutôt réalistes quand ils voient le nombre d’étudiants qui échouent à la fac alors qu’ils n’ont aucune idée de ce qu’ils veulent faire. C’est un système différent du lycée, beaucoup plus de travail personnel, ça peut dérouter. Et puis je trouve un peu scandaleux de payer une licence 27 000 euros en Angleterre alors que comme tu dis, vous faites la majorité du boulot seuls. À quoi bon s’inscrire si ce n’est pour valider des exams? Autant prendre une carte de bibliothèque et lire les bouquins de son côté!
    Je pense qu’en France (du moins selon mon expérience), on a un enseignement de qualité avec des profs compétents (il y a toujours des exceptions bien sûr!). Je l’ai regretté d’ailleurs en Espagne, l’année dernière. Les classes sont plus petites mais les profs sont parfois un peu légers, les cours se résumant à un power point. Moi je n’ai rien foutu pendant les semestres, j’ai seulement bossés avant les exams et j’ai approuvé avec 16 de moyenne!! Par contre j’ai aussi mon sweat Universidad de Salamanca, j’ai bien aimé ce sentiment d’appartenance!

    Voilà, voilà, c’est un peu long désolée. Je terminerai en disant que cette année, je sens (enfin sentais jusqu’à mon accident) vraiment la différence avec 30h de cours par semaine. On n’a pas le temps de bosser alors que la dose de travail est identique…

    • @ Mlleeli: Je suis contente de savoir que tu as pleinement apprécié la fac ‘à la française’!! C’est bien de savoir que ce système plait encore…!

      Alors pour te répondre (et ce n’est qu’un avis personnel):

      -Mes profs français étaient toujours très distants et méprisants envers nous comparés aux profs anglais.

      -Concernant « le nombre d’étudiants qui échouent à la fac » en France:

      Eh bien, voilà un très gros souci! Effectivement, en France les étudiants s’inscrivent mais il y a 15% de réussite en droit. Et pourquoi?

      Parce qu’il n’y a aucune sélection ni entretien pour pouvoir accéder à la fac en France. En Angleterre on travaille dur pour rentrer dans la fac de notre choix, et une fois qu’on a été accepté il y a 95% de réussite en licence car on a des profs particuliers et tout un système mis en place pour faire en sorte que l’on comprenne les cours, que l’on établisse un projet professionnel, et il y a énormément de choses à notre disposition pour enrichir notre CV.
      Les employeurs font confiance aux facs anglaises, et c’est pour ça qu’on arrive à y trouver un très bon boulot avec uniquement une licence.

      -Forcément ce genre de prestation a un coût. Mais c’est rentable…
      Le bon plan: Une licence en droit à Oxford (on le paye disons £30,000) ensuite pour devenir notaire on fait le LPC en une année, ou pour devenir avocat on peut faire le BVC en une seule année également… Et à 23/24 ans on a un salaire qui débute à £40,000 pour les notaires… Pour les avocats c’est beaucoup plus. Donc on va dire que le licence est payante, élitiste… Mais reconnu par les employeurs, et avec un salaire qui suit. Ce serait impossible en France.

      -Concernant le fait de faire le boulot seul: En France j’étais en amphi 30 heures par semaine pour une « dictée juridique »… Je copiais mot pour mot les paroles du prof, et le cours était approfondi en TD (pas plus de 4 heures par semaine en L2 et L3). Donc j’ai envie de dire que j’ai passé des heures à recopier un bouquin en France. En amphi on ne pose pas de questions, on copie. Et dans ce cas là, autant prendre un bouquin aussi. J’aurais eu moins mal à la main!

      Au moins à Durham on a le cours dans un bouquin mais on approfondit vraiment lors des séminaires. C’est un modèle très effectif à ce qu’il parait! Tout le monde participe, tout le monde a un avis… Il y a beaucoup de débats etc, ça forge l’esprit critique, j’en suis persuadée!

      • Je suis d’accord avec toi sur l’efficacité du système anglais. En France c’est totalement vrai que les diplômes universitaires sont peu ou pas reconnus par rapport aux écoles privées par exemple. On est d’ailleurs un des rares pays en Europe à avoir autant de moyens d’études, j’entends par là fac, écoles privées reconnues ou pas, bts… etc…
        C’est vrai aussi que je n’ai pas fait de droit à part du droit constit’ donc je ne sais pas comment ça se passe en droit. Mais en science po, les cours étaient vraiment ouverts. En amphi les gens posaient des questions et en TD on débattait. Je pense que c’est la matière qui veut ça aussi (comment ne pas débattre en étudiant la politique?) donc je crois que c’est pour ça que je n’ai pas une mauvaise image de la fac!

  9. Ah oui et je voulais dire aussi: il est très difficile de partir en Erasmus en Angleterre à cause de la différence de prix justement. Les facs anglaises accordent très peu de partenariats parce que les petits français ne payent pas assez à leurs yeux…

    • Bah… Je ne sais pas… Vannes avait un partenariat avec Hull et Rennes1 avec Exeter… Donc il était toujours possible de partir en Erasmus sans payer les frais de scolarité! Je ne pouvais pas en bénéficier personnellement, étant une anglaise qui habitait en France.

      Donc pour mes deux facs il était bien possible de partir en Erasmus, mais on ne pouvait pas choisir la fac. A ma connaissance personne n’en a vraiment profité du système Erasmus en tout cas.

      • Oui, c’est possible de partir mais il y a moins de places! Par exemple à Lyon, en science po on avait 7 places pour l’Espagne (4 à Salamanca et 3 à Madrid) et seulement 2 pour Bath en Angleterre. Sur une promo de 150 et sachant que l’anglais est une des langues les plus demandées, ça fait juste je trouve. Du coup les étudiants partent à Malte ou Chypre pour parler anglais…

  10. Hello! j’ai fait mon M1 à Oxford et j’en suis revenue enchantée, j’adore le système anglais, on est considéré à part entière, les moyens st tres important ds les univ. britanniques à comparer avec les françaises…

    • @ bizou: Bienvenue ici et merci pour ton mot! C’était comment Oxford? J’aurais aimé y aller aussi! Rhha!!
      Je suis contente que tu aies apprécié le système anglo-saxon, je suis d’accord avec toi, les étudiants ont un vrai statut que l’on n’a pas en France…
      En GB, lorsque un de mes profs a dit que j’étais brillante, à la limite je croyais que c’était une blague…! Ce n’est pas en France que j’aurais eu le droit à un compliment pareil…

  11. Je ne frequente quasi plus personne de l’université, et ça fait 10 ans que j’ai terminé à peu près.
    Nous etions peu, et dans une filiere plus selective que la fac,et pourtant il n’y avait pas du tout cet esprit de corps, et d’appartenir une université comme dans le système anglo saxon. On était un peu tous la « chacun pour sa pomme »…

    C’est un peu dommage je trouvve..

  12. En relisant, je me trouve un peu lapidaire, et je dois dire que j’ai quand même bénéficié d’une formation très solide, qui m’a appris à travailler, et doté d’une culture générale assez solide.

    En discutant et comparant avec des amis ayant étudié ailleur, c’est vrai que j’ai eu l’impression qu’on travaillait beaucoup plus..

    • @ La princesse: Oui, la formation est solide en théorie je pense… En droit on nous a bien fait travailler avec nos 8 matières juridiques + 3 matières à TD en première année… Mais bon, ça ne nous forge pas pour la suite! Et au niveau professionnel (toujours pour le droit), apprendre 10 mille matières est assez inutile si on ne sait pas s’exprimer, argumenter, donner son point de vue,avoir l’esprit critique, Ce n’est pas apprendre les articles par cœur qui nous fait comprendre le syllogisme judiciaire …

  13. Oui le cachet…qu’on peut aussi avoir en France en université privée et écoles. Si je trouve le systeme anglais moins hypocrite (en gros plus on a d’argent, mieux on s’en sort, il y a un classement des facs, pas seulement des écoles, université n’équivaut pas a une sorte de dédain de la part de gens issus de prépas etc..), je trouve dommage qu’il n’y ait pas qqch de plus abordables. Et tous les anglais avec qui j’ai pu en parler aussi. Apres l’ambiance campus est géniale (siiii différente de Lyon 2 Bron!) et le sentiment d’appartenance est génial!

    • @ Maryne: Peut être mais je reste persuadée que sur le marché de travail, avoir un licence d’Oxbridge est bien plus utile qu’avoir une licence issue d’une université privée française.

      Par contre je te rejoins sur ton avis concernant l’ambiance du campus et le système d’appartenance!

      Bises!

  14. J’y repense comme ça… j’ai visité à deux années d’intervalles Oxford et Cambridge. Évidemment, ma seule envie c’était d’aller étudier là-bas… mais ma chère maman très réaliste m’a dit que d’abord je n’avais pas le « niveau » requis mais qu’en plus même pour partir en Erasmus c’était abominablement cher et qu’il fallait en gros, vraiment le mériter (dossier en béton etc.) je me souviens lui avoir dit que c’était du sadisme de sa part de m’emmener dans des endroits où les études sont une valeur alors que je ne pourrais jamais y aller…
    C’est beau de rêver quand même! En tout cas, j’aurai adoré faire mes études dans ce genre de cadre (tout comme Durham, je trouve ça splendide!) mais comme tu le disais, caractère impersonnel des facs = grisaille des bâtiments.
    Pour la Sorbonne, sauf si tu demandes une filière spécifique où il faut entrer sur dossier, c’est une fac normale, tu y rentres comme tu y sors dira-t-on.

    • @ Delilah: Oh, tu as de la chance d’avoir visité Oxford et Cambridge, car je ne suis jamais allée… Ça donne vraiment envie?

      Concernant l’avis de ta maman, je ne suis pas d’accord avec elle. Il me semble qu’Oxford est jumelé avec la Sorbonne justement… C’est sur qu’il faut un ‘bon’ dossier pour partir, mais ça reste à la portée des étudiants motivés. Il est d’ailleurs plus facile de partir en Erasmus que d’envoyer son dossier en tant que ‘free mover’ comme je l’ai fait. J’ai envie de dire qui ne tente rien n’a rien! Des fois on a des surprises… Par exemple, j’ai été accepté par Durham et refusé par une fac moins prestigieuse (Exeter)…
      En tout cas, si c’était ton rêve d’intégrer une de ces facs, c’est dommage de n’avoir pas mis les choses en route, juste pour voir… …. Je pense que mes parents ne m’auraient pas découragés comme ça. D’ailleurs je ne me souviens même pas ce qu’ils ont dit lorsque je leur ai annoncé mon désir de retourner en GB… ça ne m’a pas marqué!

      Des bisous!

  15. Oui, ça vaut vraiment le coup, ce sont, les Colleges à part, de très jolies villes!

    Bah écoute, je dirai qu’elle sait ce qu’elle avance pour mon cas. Je ne dis pas qu’on ne peut pas y aller en Erasmus, mais je ne suis pas à la Sorbonne ni dans une fac prestigieuse et dans mon école, les stages Erasmus se font en entreprise vu que je suis dans l’équivalent d’une licence pro en Belgique! Donc, peut-être puis-je aller dans une rédaction à Oxford ; ) mais pas dans un des Colleges! C’est juste aussi une question de suivre un certain cursus, je ne suis pas certaine qu’à Oxford (et encore moins Cambridge) il y ait des filières communication.
    Voilà, après, c’est sur que ça ne serait pas impossible, mais dans mes études actuelles, ça serait un peu « bête » de demander un stage là-bas alors que c’est à coté de ce que ma formation exige!

    Bisous!

  16. C’est déjà loin tout ça pour moi !
    J’ai l’occasion de tester plusieurs universités belges et les styles sont différents selon les endroits. J’ai fait mes candidatures (ça doit correspondre à bachelor aujourd’hui) dans une petite université de Bruxelles et l’ambiance était assez familiale, des petits groupes et des profs qui nous suivaient bien. Pour la licence (master), j’ai étudié à Louvain-la-Neuve, où je me suis sérieusement ennuyée, les sujets des cours n’étant franchement pas intéressants et très vieux-jeu. Mais l’essentiel de mon travail était la recherche (j’ai fait des études en histoire) et ce côté me correspondait tout à fait.
    Après ces 4 ans, j’ai encore fait un diplôme complémentaire en études culturelles en néerlandais (et anglais) à Louvain. Là l’ambiance était toute différente, bien plus progressiste qu’à LLN et bien plus intéressante, ouverte sur le monde et j’en garde un excellent souvenir.

    • @ Miss Sunalee: C’est drôle de voir comment les ambiances diffèrent selon les endroits! Merci d’avoir partagé ton expérience avec nous… Il faut dire que je ne connais que très peu le système belge!

      Bisous, à bientôt!

  17. ca donne drolement envie! ca me fait penser a l’atmosphère dans The secret history… qu’est ce que j’aimerai étudier dans une université comme ca! mais c’est vraiment trop cher malheureusement 😦

    • @ la souris rose: Hello! Ouiiii je suis d’accord avec toi! D’ailleurs, je dis souvent que lire The Secret History a été vraiment le truc qui a fait que j’ai eu envie de venir faire le Master en GB, ce qui est assez illogique en soi.
      J’espère que tout va bien, et à bientôt j’espère!

      Bises!

      • Tiens, je ne connaissais pas ce livre, et un petit tour rapide sur Wiki me donne l’impression que c’est un peu comme le Cercle des Poètes disparus ?
        Il raconte quoi ce livre ? pourquoi il vous a tant marqué toutes les deux ?

  18. Merci pour ce post hyper intéressant!! En tout cas, moi ça m’a donné envie de faire des études en Angleterre…

  19. Ça me donnerait presque envie de retourner à l’école, tiens 😉
    En Angleterre, of course!!!

    Allez, un petit billet de lotterie et beaucoup d’espoir… On ne sait jamais!

  20. Pingback: Jour 2 : Réveil sous le soleil « Le blog

  21. J’ai fait mes études en France et aux USA, je ne le regrette pas du tout. Là bas, le niveau est très bas et les méthodes particulièrement nulles. Un de mes professeurs m’a avoué adorer avoir des étudiants Français car enfin les gens réfléchissaient par eux-mêmes (là-bas, on lit des quantités de liveres qu’n apprend par coeur et on recrache sous forme de QCM: les dissertations, ils ne connaissent pas ! d’ailleurs, les étudiants n’avaient pas de stylo et tout se faisait au crayon papier) !
    Un autre professeur m’a dit qu’il obligeait les étudiants français à travailler en binôme avec des américains pour, je cite, « s’habituer à travailler avec des gens stupides » !!!

    Sinon, j’ai visité Oxford et j’aurais adoré faire mes études là bas : plusieurs de mes amis y sont allés, et les conditions de travail sont exceptionnelles … Mais bon, il est trop tard maintenant. Dans une autre vie peut être !!!

    • @ Mado: Bonjour! Je ne connais pas du tout le système USA, mais je suis étonnée de savoir que le niveau est relativement pas. Pourtant, ils ont Harvard et Yale?

      Oxford a vraiment beaucoup de succès à ce que je vois! Merci d’avoir partagé ton commentaire avec nous!

      Bises

  22. Salut je m’appelle Alé ousseynou Kane je vous vdrais avoir une préinscription dans une Université en Angletaire .Quellles sont les modalités car j’ai déja parlé sur l’hébergement à moitié réglé

  23. Je découvre ton blog avec cette note que je trouve très intéressante !
    J’ai pour ma part beaucoup apprécié la fac en France (j’ai un M2 en physique) pour la liberté qu’on nous y donne. J’ai fait avant un an de prépa et j’ai détesté le fait qu’on soit fliqué, qu’on nous répète qu’on est nuls pour soit disant nous donner la rage de réussir… et cet esprit « nous sommes l’élite de la nation » je le trouvais très hypocrite.
    Les profs à la fac étaient très disponibles et prêts à nous aider, nous donnaient leur adresse mail et numéro de téléphone pro, nous incitaient à passer dans leur bureau si on avait une quelconque question, et étaient très contents d’aider si le cas se présentait, et paraissaient déçus si personne n’était venu demander quoi que ce soit, prenant ça pour un manque d’intérêt de la part des étudiants. Les premières années j’étais dans une fac de banlieue, on était peu nombreux, donc bonne ambiance, plusieurs se connaissaient du lycée. Seul point négatif, la mocheté des locaux, le manque de chauffage, de salles et de matériel. En M1 j’étais à Paris, la fac était immense (Jussieu) et TRES impersonnelle (et moche aussi). Mais les profs, même si un peu moins disponibles, prêts à aider quand même…
    J’avoue que j’ai un peu du mal avec le sentiment d’appartenance dont tu parles, qui m’est très étranger comme tu dis. Et je pense que les grandes universités anglaises sont effectivement plus à comparer avec les grandes écoles françaises. Et oui, notre système est très compliqué.
    Et comme toi j’ai trouvé les cours en amphi souvent juste du recopiage selon les profs, et je préférais de loin les TD. Le système des seminars m’a l’air intéressant j’aurai aimé tester.

    • @ Shane: Coucou et bienvenue ici alors!

      Je n’ai jamais fait de prépa, mais je comprends que l’ambiance doit être vraiment spéciale quand même. Juste entendre le fait que les profs veulent donner « la rage de réussir » me met très très mal à l’aise. Je déteste ce genre de chose… Et avec moi, ça ne marchait pas du tout. J’ai d’horribles souvenirs du collège/lycée où on me disais que j’étais nulle (forcément, je ne parlais pas très bien le français à l’époque…) et c’était tout simplement affreux d’essayer de progresser dans ce genre de conditions 😦 Je n’avais aucune envie de travailler pour ce genre de prof.

      Merci d’avoir partagé ton expérience ici, par rapport au sentiment d’appartenance, il faut le vivre pour pouvoir le comprendre! Jusqu’à cette année, ce sentiment m’était complétement étranger également.

      Bisous!

  24. Hello! C’est un sujet très intéressant. Pour ma part j’ai un bac+5 ,master français dont un de la Sorbonne avec mention. J’ai fait toutes mes études en France, trois ans plus tard je fais un boulot ras les paquerettes pour vivre, j’ai fait des études de lettres, un choix que j ‘assume (Une filière qui n’existe quà la sorbonne, orientée vers le tertiaire) j’ai de très bons souvenirs, des profs intéressants,un bon climat, de beaux locaux/annexes. Je ne regrette pas mes études, partir étudier dans d’autres pays aurait été génial mais pas les moyens, dommage car je sens que ça m’aurait beaucoup apporté. Ce que je regrette c’est de voir tant de gens comme moi, jeunes très diplômés obligés de faire des boulots à mac do ou monop pour vivre, et ils n’ont pas forcément fait lettre!Pas le genre de choses qu’on voit aux US ou UK. Je comprends ton ressentiment vis à vis de la filière de droit à la fac, tout ce que tu dis est vrai. Tu as très bien fait de partir et vue la situation actuelle , vraiment je te déconseille de revenir en France!

    • @ Cyann: Coucou, contente de te revoir!

      C’est vraiment dommage que tu as du faire ce genre de boulot pour survivre… Des fois on se dit qu’on aurait mieux fait de faire un CAP coiffeuse ou je ne sais quoi…
      J’espère que tu as réussi à trouver un boulot plus intéressant ou que tu vas trouver rapidement. Tu cherches quoi comme boulot? Tu as songé à envoyer ta candidature à l’étranger? En GB la Sorbonne a une bonne réputation!

      Tu n’es pas la seule à me déconseiller de revenir en France… …!

      Bisous

  25. Coucou, j’ai l’impression d’avoir touché le pactole aujourd’hui en tombant sur ton site. Je m’explique, suite à une réorientation, je me retrouve en L1 de droit à Rennes 1 (hé hé) et je brûle d’envie de partir faire mes études au Royaume Uni ou aux États-Unis. A la base, après mon bac, je voulais même faire mes études en Australie mais le prix m’a quelque peu hum hum rebuté (24000 euros de frais universitaires uniquement pour l’année…) J’ai à peu près des millions de question à te poser, mais je vais essayer d’organiser mes pensées :). Qu’a tu choisis comme parcours en Droit (droit classique, éco gestion?)? As-tu décroché ta licence avec mention bien (si ce n’est pas trop indiscret)? Penses-tu qu’il est faisable après un an d’échange de réellement s’inscrire dans l’université (même si les prix sont élevés)? As-tu du présenter une équivalence en anglais pour intégrer Durham? Désolée de te demander autant mais ce projet me motive énormément et j’aimerais avoir toutes les cartes en main pour faire mon choix. Bonne fin de soirée!

    • Bonjour Ophélie et bienvenue chez moi!

      Alors, je vais d’abord essayer de répondre à tes questions:

      -Mon parcours: Je suis anglaise mais j’ai passé le Bac L en France. Ensuite j’ai fait une licence en droit classique (spécialisée en droit des obligations et droit pénal en L3). J’ai eu chaque année de la licence avec la mention AB, ce qui suffit largement.

      -Après un an d’échange en Erasmus il faut voir les modalités avec la fac de Rennes si tu veux quitter le système français Cf. le commentaire de Sarah-Lou qui voulait rester en Allemagne mais à qui on a menacé d’annuler le diplôme.
      Rennes est jumelé avec Exeter je crois!

      -Si tu veux réellement intégrer une fac anglaise, pas besoin de faire un échange avec Erasmus d’abord! Envoies directement ta candidature et tentes ta chance (mais le prix sera alors plus élevé)

      -Concernant l’équivalence en anglais, ça concerne quoi au juste? Je ne comprends pas très bien cette question!

      Sinon, je ne savais pas que ça coutais aussi cher en Australie! Aux USA c’est hyper cher aussi… Il y a plein d’étudiants américains qui sont venus à Durham car justement… C’est moins cher ici!

      N’hésites pas si tu as d’autres questions,

      Bises!

  26. @ Elizabeth: Hé, je viens de voir ton commentaire sur The Secret History!

    En fait c’est tout simplement mon livre préféré, qui m’a donné envie de connaitre le système universitaire anglo-saxon. Une histoire qui donne le gout de l’élite, de la culture, du luxe d’apprendre… Passionnant! Je te le conseille vivement!

  27. Ben ça donne envie d’y aller, d’y habiter, d’y étudier. Vraiment, tout. J’espère que tu vas pouvoir y rester un moment, parce que ça a l’air vraiment bien! (même si, c’est hyper cher en effet comparé à la France!)
    Bisouss!

  28. Ton article est vraiment intéressant, je me suis régalée à le lire. J’aurais beaucoup aimé partir étudier en Angleterre, mais il m’aurait fallu une sacrée dose de courage.
    Moi j’ai été à la fac d’arts plastiques de Metz puis à celle de Toulouse, jusqu’à l’obtention d’un DESS Arts Appliqués. J’aurais plutôt du faire une école plus axée sur la technique en arts graphiques: Emile Cohl ou Les Gobelins par exemple mais il aurait fallu que je parte à Paris, et que j’aie un bon budget qui aille avec.
    En plus à l’époque je pensais devenir prof d’arts plastiques, mais je me suis rendue compte que ça ne serait pas du tout un métier pour moi. ^^,

  29. Coucou,
    Merci pour ta gentillesse, j’ai un nouveau blog mais je suis assez prise par mes obligations..
    Je regrette pas mes études, ça me servira plus tard. J’aurais jamais pu endurer une école de commerce de toute façon!:-)
    Actuellement, je fais donc mon petit boulot à mi-temps et un bilan de compétence pour essayer d’y voir plus clair. Chercher un boulot n’est pas simple avec la conjoncture actuelle , y’a pas tellementd’offres et j’ai pas vraiment envie d’être assistante de direction…Je ne songe pas à quitter le pays parce que mon compagnon est en France. Sinon je serais partie en australie depuis longtemps! :-)En attendant quand je rencontre des gens et qu’on me demande ce je fais dans la vie j’avoue que j’ai honte de répondre. Alors que, mine de rien, j’ai menti pour avoir ce job car si j’avais dit que j’avais un bac+5 ca serait pas passé. Mon collégue a bac+3 il est dans la même situation donc voilà…il y a comme un problème n’est ce pas?;-)

    • C’est vraiment absurde, je suis bien désolée d’apprendre ça! Surtout le fait que tu sois obligée de mentir juste afin de trouver un boulot alimentaire… C’est scandaleux! J’espère que tu vas trouver quelque chose de plus intéressant bientôt.

      Je t’embrasse!

  30. Hello!
    j’ai fait mes études jusqu’au M1 à la Sorbonne.
    La chance, c’est qu’étant en histoire de l’art, nous étions regroupés dans un petit bâtiment en brique rouge, décoré de sculptures; la déco intérieure était pas mal non plus, avec une entrée escaliers de marbre, lustre en fer forgé, et partout dans l’immeuble des copies de statues ou de fresques…
    Avec cela, il faut tout de même ajouter des murs délabrés, de la peinture écaillée, et certains plafonds qui s’écroulaient, mais bon….c’est la fac française, non?

    Pour les cours: 600 en amphi en 1ere année, 300 après, 150 en 3e…
    Des profs inabordables poue les cours magistraux, des TD jusqu’en 2nde année bondés (on apprends vite à arriver en avance pour avoir une place et pas être par terre!).
    En 3e année avec le nombre d’options qui se multiplient, on était qq fois seulement 15 en cours magistraux ou TD: que du bonheur. Le prof ne sait peut-être toujours pas notre nom, mais il est plus attentif et à l’écoute.
    Et puis le M1: 5 élèves (dans ma spécialité), 15 à 20 dans d’autres. Le prof connaît (et retient!) enfin notre nom, mais n’a pas beaucoup de temps à nous consacrer… Il s’agit surtout de travailler seul et d’être VRAIMENT très déterminé, car on ne peut pas dire que les profs poussent à l’encouragement.
    Sur 10 profs que j’ai connus, 1 seul se souciait réellement de ses élèves, et s’inquiétait si il n’en avait pas de nouvelles.
    Là, je fais un autre master dans une autre fac. L’entrée se faisait par sélection. On est 30 dans la promo, les profs sont super attentifs et encourageants, çà change!!

    Le système anglais des seminars semble super!! Et les profs sans comparaison avec ceux de chez nous…
    Le seul petit hic, c’est bien sur, le prix.

  31. Wouahou, cet article me donne vraiment l’envie de partir! J’ai été ravie de tomber dessus et de le lire car je suis en train de réaliser mon premier semestre de ma troisième année de licence après un BTS et je ne supporte pas la fac… je suis étudiante en communication.
    Mon employeur français m’a proposé de me donner un poste en Angleterre, ce qui m’attire vraiment beaucoup! J’envisage donc de ne valider que ce semestre-ci et de partir à partir de mars pour travailler. Je me disais qu’ainsi je pourrais faire mon deuxième semestre l’année prochaine en Angleterre!
    Penses-tu que cela est faisable?? Car je pense que cela est très difficile de s’inscrire dans une faculté anglaise sans passer par Erasmus! (Je ne peux pas profiter de ce programme car il faut s’inscrire d’une année sur l’autre et je viens seulement d’arriver en fac.) Et puis ainsi j’aurai déjà une meilleure maîtrise de la langue grâce à mon travail.
    D’ailleurs sais-tu si toutes les facs anglaise propose tous les cursus?
    Merci pour toutes ces informations!

    @ plus!

  32. @ Melie: Si tu peux partir travailler en Angleterre et en plus finir tes études là-bas, alors vas-y! Fonces! Tu ne le regretteras pas, et ce sera un atout considérable pour ton CV…!

    Il n’est pas très difficile de s’inscrire dans une fac anglaise, je l’ai fait après tout… Le mieux ce serait d’appeler les facs que tu vises afin de discuter avec eux des modalités. La plupart des universités sont très à l’écoute des étudiants, donc tu vas trouver quelqu’un qui saura te conseiller.

    Non – tous les facs ne proposant pas tous les cursus – il faut vraiment consulter le site de chaque faculté pour savoir ce qu’il y a!

    Bisous et bonne chance!!!!

    N’hésites pas si tu as d’autres questions!

  33. Coucou,

    Je suis tombée par hasard sur ton blog. Voila, j’ai validé mon Master 1 et j’ai décidé de partir à l’aventure en angleterre pour trouver un petit job !!
    J’y suis et j’adore mais je suis bien décidée à continuer mes études, et je me suis surtout retrouvée dans ton article quand tu dis :
    « le M1 ne sert à rien et qu’il fallait absolument un M2 pour se démarquer. Je me souviens de l’hystérie générale lorsque on a su, en licence, que si on n’avait pas son M1 avec mention, qu’on n’avait aucune chance d’être accepté en M2 et qu’on allait forcément se retrouver au chômage »

    Voila, jai décidé de fair mon M2 ici, sans passer par erasmus…donc il faut que je paye moi-même mes etudes, comment les financer?
    Certes, j’ai de l’argent de côté et je travaille mais tout par dans le loyer et la bouffe…
    Peux tu me donner des conseils (prêt bancaire…)

    Merci

    • Hello et bienvenue sur mon blog!

      En Angleterre il n’y a pas de distinction entre le M1 et le M2. Le Master se fait en une seule année et selon les facs il faut compter entre £3000 et £6000 l’année du Master.

      Il faut se renseigner auprès des facs, il y a toujours une section « student finance » où on va pouvoir te conseiller. Il faut regarder les bourses disponibles (sur dossier) ou alors faire un emprunt bancaire (Student loan auprès d’une banque/ du gouvernement ou d’un organisme) et il est souvent conseillé d’avoir un job à côté!

      Il faut vraiment en parler à ta fac car tu as pas mal de choix qui s’offrent à toi!

      Bises

  34. ATTENTION!!!

    CET ARTICLE DATE DU 7 NOVEMBRE 2009!!!

    SI VOUS AVEZ DES QUESTIONS A ME POSER CONCERNANT LA FAC DE DURHAM OU CONCERNANT LES ÉTUDES EN ANGLETERRE DUNE FAÇON PLUS GÉNÉRALE, VEUILLEZ LE FAIRE DANS UN ARTICLE PLUS RÉCENT DE MON BLOG OU ALORS PAR MAIL.

    Je ne répondrai plus aux commentaires sur cet article.

    Merci de votre compréhension!!!

  35. Bonjour! je suis en troisième année de licence Droit à Vannes et j’ai envoyé mon dossier pour faire mon master à Hull en Angleterre dans le cadre du programme Erasmus (choix s’expliquant car les partenaires de Vannes sont très très limités…). A tout hasard, serait il possible d’avoir quelques échos sur l’enseignement de droit à Hull? après avoir été sur le site de l’université j’en viens même à me demander si l’université dispense des cours de droit!^^ (étant donné que je n’ai vu aucune information sur le site s’agissant du droit)
    Merci beaucoup !

  36. bonjour , j’ai lu votre article et je dois dire que sa donne envie…voila je suis en DUT carrière juridique, l’an prochain j’aimerai beaucoup faire mon stage de 3 semaine dans un cabinet de notaire ou dans un cabinet se rapprochant de cette profession comme les « solicitors » si je ne me trompe pas, voir même continuer en fac là bas si c’est possible l’année d’apres… savez vous si étant étudiante en IUT j’ai des chances d’intégrer une école en Angleterre? cordialement L

  37. Bonjour,

    je suis étudiant anglais en M1 à une faculté parisienne. Après 2 ans dans votre système je suis tout à fait d’accord avec votre analyse.

    J’adore la France, mais votre système universitaire, c’est n’importe quoi!

    Seul problème au R.-U. c’est le prix! (Le LLM à LSE revient à £500 par TD!!) You get what you pay for…

  38. salut ! j’ai lu votre article ..
    j’éspère je peux aller étudier en Angleterre

  39. Bonjour,
    Je m’appelle Valérianne LEBEAU et je suis étudiante en 1ère année de BTS Assistante de manager à l’Ile de la Réunion.
    Dans le cadre de ma formation je dois effectuer un stage d’une durée de 6 semaines dans une entreprise internationale. Et Londres me semble être une ville très intéressante pour le faire.

    Cependant je n’ai toujours pas trouvée d’entreprise et j’aimerai savoir si vous prenez des stagiaires dans le domaine administratif?

    Je vous en remercie énormément.

    Sincères salutation.

    Valérianne LEBEAU

  40. pognon , pognon , pognon …

    Bien sûr qu’on peut se permettre d’offrir des tas d’activités culturelles avec une année à 25 000 livres sterling , c’est même la moindre des choses !

    En France , on pourrait faire exactement la même chose si on faisait payer ce tarif à tous et c’est ce qui est en train de se passer / les universités commencent à appliquer de jolis frais d’inscription illégaux .

    Mais , inconvénient , on commence sa vie professionnelle endetté ( et aps une petite dette de 1000 roros ) , on sélectionne beaucoup sur la fortune des parents . Donc , les pauvres ou trop modestes , même si vous êtes doués , passez votre chemin ! Même si une banque accepte de prêter à l’un de ces pauvres doués , il faut penser qu’une année d’étude est une année où on est à charge , on ne peut pas aider financièrement sa famille , on a une dette qu’on ne peut pas encore rembourser , les parents ne peuvent pas se dire qu’ils ont une charge en moins avec un enfant étudiant .
    On cesse d’être une charge pour sa famille quand on gagne sa vie . Les privilégiés ont beaucoup de mal à comprendre ça ( l’article dit bien qu’il faut frimer en dépensant son argent , c’est dans la culture universitaire anglaise ) .

    Enfin , je m’étonne que les étudiants anglais si cultivés n’aient pas expliqué à l’auteur de l’article les buts originels et fondamentaux d’une université . Ca remonte à l’antiquité : une université n’est aps faite pour vous aider à trouver un job bien payé . Autrefois , on ne disait pas tant « faire une fac » que « faire ses humanités » . C’est-à-dire faire les études qui vont ouvrir votre esprit et votre âme à ce qui est l’essence de l’être humain . Le but n’a jamais été de fabriquer des futurs managers du cash !

    Malheureusement le goût du lucre a très fortement corrompu l’esprit de l’université et on veut en faire précisément une institution pour rupins et futurs jet-setteurs .

    L’Akadémie de Platon , le Lycée d’Aristote ou l’université de Sorbon valaient 1000 fois les caricatures que sont devenues les universités du monde .

  41. Bonsoir,

    Merci pour cet article, il m’a été vraiment utile. J’ai 13 ans et je souhaite aller faire ma thèse en Angleterre, à Durnham de préférence, mais peu importe. Je ne savais pas que c’était aussi cher… Il reste encore les jobs d’été… Savez-vous combien il faut compter pour la totalité des études ( Doctorat ) s’il vous plait ?
    Il faut être bilingue je suppose ? C’était une des raisons de ma motivation pour aller la bas : apprendre l’Anglais courrament. L’apprendre en cours c’est pas la meilleur façon je pense. Après, à mon age, j’ai encore quelques années pour y penser.

    En tout cas, vraiment merci.
    Bonne soirée.

  42. Hey =) Je suis en 2° année de prépa littéraire dans une prépa… moyenne disons, et je voudrais tenter d’intégrer la Sorbonne à la prochaine rentrée. Mais j’hésite encore entre aller à la Sorbonne pour y finir ma licence, (sachant que cette école est difficilement accessible MAIS qu’elle propose la licence et le master précis que je veux faire), ou partir finir ma licence à l’étranger, dans un pays anglophone, en « candidat libre » si on peut dire. Je voulais au départ partir à Singapour ou au Japon en dernière année de licence, puis continuer avec un master là-bas, mais il se trouve qu’on ne peut pas partir en programme d’échange si on n’a pas passé au moins un an dans la fac qui le propose. D’où mon hésitation… Ton article m’a vraiment aidé à me faire une idée plus précise du genre d’études qui sont proposées en Angleterre, mais j’aurais quelques questions… Tout d’abord, comment ça se passe pour les inscriptions dans une université anglaise quand on est étudiant français ? Je suppose que c’est comme pour toute école ici, on doit se débrouiller nous même pour constituer le dossier d’inscription, etc ? Ensuite, j’imagine qu’il faut un excellent niveau d’anglais non ?

    Merci encore pour cet articles, c’est vraiment intéressant de faire partager ton expérience ! Bonne soirée

  43. Je suis belge je vais achever mes 3 premières années de droit à Louvain en juin. Est-il possible d’accéder à des études de droit en Angleterre pour y faire l’équivalent des 2 années de master ? Est-ce intéressant ? Ou bien est-il préférable d’achever mes masters en Belgique avant d’envisager un LLM en Angleterre ou aux USA ?

  44. Bonjour, j’aimerai avoir un conseil ou une orientation j’ai mon fils il a 16 ans,
    et il étudie depuis 3 ans en Angleterre.
    il a fait son années 9,10 et 11 en Angleterre et j’aimerais qu’il revienne étudié en France mais ne trouve pas de lycée pour lui.

    MERCI.
    Mme M

  45. Bonjour,
    Je suis tombée sur ton blog par hasard en faisant des recherches pour aller étudier a l’étranger l’année prochaine dans une fac de droit anglaise. Je finis ma licence cette année et j’aimerais faire mon master a l’étranger d’où mon très grand intérêt pour ton article, tu liste ici beaucoup de points très intéressant ! Cela me conforte dans ma décision 🙂

    PS : je suis a la fac de Vannes, et il est vrai que les anciens bâtiments ne valaient vraiment pas une photo ! Mais nous avons enfin déménager !!

  46. bonjour, je souhaite partir 9 mois a Bath pour étudier l’anglais en temps partiel, je dispose d’un budget de 1000 euros par mois mais je ne sais pas si cela sera suffisant. Je souhaite prendre une colocation. Et prendre des cours ESOL. Bref tout ce qui est moins cher. Bath est elle une bonne ville pour commencer à apprendre l’anglais correctement ? (accent).
    Merci

  47. josie, ton commentaire m’intéresse beaucoup par rapport au passage de l’ESOL, tes recherches ont-elles avancées ?

  48. Bonjour,
    Je fais ma dernière année de DUT cette année et je voudrais partir finir tout mon cursus d’ingénieur en sciences en Angleterre donc je voulais savoir, une fois le master ingénieur anglais obtenu, si en France les entreprises font vraiment la différence et si il est plus difficile d’obtenir un travail avec un diplôme anglais plutôt qu’avec un diplôme français ?

  49. Bonjour,
    je voudrais simplement savoir comment tu as fait pour pouvoir financer ton master en Angleterre ?

    • Bonjour Emilie, j’ai payé mon Master toute seule, tout simplement. En Angleterre il n’y a pas de système de bourses. Il existe juste quelques bourses académiques, si on est très doué.

  50. les frais de scolarité étant autrement plus élevés en Angleterre, on ne peut que s’attendre à un enseignement de meilleure qualité (moins impersonnelle comme vous le reprochez au système francais), vu que c’est clairement réservé à une élite.

  51. Super article !! Je suis étudiante en France en deuxième année de langues(arabe et anglais) et votre description est plus que réaliste. J’ai commencé à faire des recherches pour intégrer une université britannique(Durham et St Anrews entre autre, car bonne réputation l’enseignement de l’arabe). J’ai pu à plusieurs reprises visiter ma meilleure amie étudiante à Cambridge(à Trinity en plus!), ce n’est vraiment pas la même chose! Notamment les ‘supervisions’, deux élèves pour un profs, absolument impensable en France.. Je suis ravie d’être tombée sur votre article. Comment aviez-vous procédé pour changer d’université(France-Angleterre) ?

  52. Bonjour, je suis étudiante en deuxième année de langues(arabe et anglais). Votre description des universités françaises est très réaliste.
    J’ai commencé depuis cet été à me renseigner pour intégrer une université britannique(St Andrews et Durham entre autre car bonne réputation pour l’enseignement de l’arabe). J’ai eu l’occasion de visiter a meilleure amie étudiante à Cambridge(Trinity en plus!). Les gens venaient de partout. J’ai été impressionnée par leur très grande ouverture d’esprit.
    Je suis ravie d’avoir lu votre article. Comment aviez vous procédé pour changer d’université(France-Angleterre) ?

  53. Hello,
    Est-ce que tu sais pourquoi une licence anglaise (ou en tous cas écossaise) dure 4 ans alors qu’en France ça ne dure que 3 ans?
    Merci

  54. Bonjour, Après un échec en première année de médecine, j’ai décidé de postuler en Angleterre pour faire une cursus de « Medical Science ». Et avec mon BAC j’ai été acceptée. Ils ont su prendre en compte les expériences que j’avais pu avoir en France.
    Ce qui m’a vraiment étonné, c’est dans les universités en Angleterre, lorsqu’on fait des demandes par mail, ils répondent tout de suite !!
    Alors qu’en France, il faut pas s’attendre à une réponse !!
    J’ai hate de faire ma rentrée à Newcastle en 2016 =)

  55. Salut !
    Je suis contente de enfin tomber sur un article de blog qui raconte une expérience et non un énième site officiel.
    Super ton article!
    Je suis en train de me tâter à faire un llm en.angleterre mais j’ai l’impression que c’est vraiment.compliqué au niveau des formalités pour rentrer en master.
    La concurrence et la sélectivité me font super peur et j’ai vraiment l’impression que je ne serais acceptée nul part alors que jai fini mon M2 français il y a un an..
    Est ce que tu serais d’accord d’échanger un peu ?
    A bientôt j’espère 😊
    Marie

  56. Hello ,
    Je suis actuellement en licence de droit à la Sorbonne , je souhaite vivement partir en Angleterre pour M1. J’ai bcp de questions , notamment sur le prix ?sur la sélection ?

  57. J’ai une question, pense tu qu’étudier en Angleterre, à Bristol par example est une meilleure option que La Sorbonne?
    Ps. Je compte faire des études de philosophie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s