Archives de Tag: darling

Une nuit à Circus

Good morning!

J’espère que vous avez bien profité de votre week-end prolongé en France… Notre prochain jour férié n’est pas avant fin août, donc profitez-en pour moi!

Même si je n’ai pas de long week-end en vue, je profite, comme toujours, de Londres et de la vie en général. Voilà un tout petit aperçu des dernières quelques journées:

  • J’ai retrouvé des amis de Durham au bar à vin Gordon’s, près de Embankment. Il s’agirait du bar à vin le plus ancien de Londres, et nous on adore car ça nous fait penser à notre bar qui était au sous-sol du Château, notre college.
  • Je suis allée dîné près de la Tamise, dans un restaurant dont j’ai, hum, quelque peu oublié le nom. C’était en hauteur, donc nous avions une vue magnifique sur la rivière. C’était drôlement impressionnant lors du coucher de soleil.
  • Je suis allée à Circus, vendredi soir. Ambiance surréaliste et excentrique, je vous en reparle tout de suite!
  • J’ai visité les dernières expo au Saatchi Gallery.
  • Je suis allée faire le marché à Sloane Square. C’est un petit marché où l’on trouve toutes sortes de bonnes choses, des légumes, poissons, huitres, fromages, pains, plats exotiques, cocktails de fruits frais, viennoiseries, pains, fleurs, fairy cakes, macarons et j’en passe.
  • J’ai fait les boutiques à King’s Road. Mon butin était tout à fait respectueux, et même si je cherchais des chaussures ainsi qu’une robe ou deux, je suis revenue avec deux jupes de printemps dénichés chez Banana Republic, des petites choses de chez The White Company ainsi que du maquillage Chanel.

Revenons un peu à mon vendredi soir, où j’étais à Covent Garden avec un gentleman. Cela faisait depuis un petit moment que j’avais envie de découvrir Circus, un nouveau bar/restaurant/boîte de nuit caché dans une petite ruelle. Ambiance surréaliste, mi-cabaret, mi-théâtre; c’était drôlement spectaculaire.

Il faut connaître Circus, car ce bar est bien caché. Aucun panneau publicitaire, rien pour indiquer qu’un cabaret surréaliste se cache derrière une grande porte en métal industriel. Au plus, on remarque des petites gravures étranges sur le métal. Un homme en costume garde la porte.  A l’intérieur, un petit couloir très sombre, illuminé uniquement avec quelques petites lumières de couleur. On nous accueille, on prend nos manteaux puis on nous guide à l’intérieur.

Circus est donc composé d’une partie restaurant ainsi qu’une partie bar, mais tout se mélange à peu près. Remarquez que la grande table que vous pouvez voir ci-dessus est quelque peu étrange… En effet, il s’agit non seulement d’une des tables du restaurant, mais c’est également une scène.

Environ tous les 20 minutes à peu près, les lumières baissent, la musique monte et une danseuse/danseur/acrobate sort de nulle part, monte sur la table et fait un petit show de quelques minutes. Entre burlesque, cabaret, strip-tease, ballet et magie, il y a en a pour tous les goûts!

Jusqu’à trois personnes sont sur la scène, mais les danseurs ne restent pas que sur le table du milieu. En effet, nous avons droit à un véritable défilé surréaliste où les filles sont en talons très hauts, en porte-jarretelles, sur la pointe des pieds, où l’on joue avec le feu. Les acrobates sont impressionnants et font des figures avec les accessoires qui sont à leur disposition, comme le cercle que vous pouvez voir plus haut.

Le bar scintille, les petites lumières tournent, on vient vous servir, les cocktails sont excellents. Il y a également d’autres endroits plus cosy du bar, avec petits tabourets et coussins. Le Maître D’ est en chapeau haut-de-forme, bottes équestre et brandit volontiers son cravache.

Il n’y a pas que des danseuses, plusieurs hommes très doués font également des représentations surprenantes.

La réservation est obligatoire pour y dîner, mais vous pouvez aller directement au bar s’il y a de la place. Après le dîner, lorsqu’il est déjà très, très tard, Circus se transforme soudainement en boîte de nuit. La barrière entre spectateurs et  artistes devient alors très flou…

C’était une soirée très chouette, où les cocktails et le Champagne coulait à flots. J’ai essayé plusieurs cocktails, sans oublier une coupe de Perrier-Jouët Rosé. Je vous en reparlerai car j’y ai emprunté quelques idées recette! La carte est innovatrice et décadente, les cocktails sont à une dizaine de livres mais il y a pour tous les prix, car j’ai bien remarqué qu’il y avait tout de même des cocktails à partager, à £700.

En somme, un lieu délicieux et festif, réservé aux excentriques…!

Les bonnes adresses de Madeleine Miranda – Style and Fashion

Bonjour à tous !

Juste pour le plaisir de lister quelques unes de mes adresses préférées, voilà plusieurs marques que j’affectionne particulièrement, et qui pour moi représentent le meilleur du style anglais. Après tout, pourquoi aller sur le continent lorsque j’ai tout ceci à portée de main ?

Lorsque mes amis français visitent ma capitale, j’adore leur montrer les petites boutiques anglaises de qualité, j’aime beaucoup faire découvrir mes marques préférées. C’est souvent à ce moment là que je remarque que pas tout le monde connaît ces enseignes.

Puisque j’ai très envie de vous faire découvrir toujours d’avantage mon petit monde, sans plus attendre, voilà mon recueil de bonnes adresses modèsques.

J’espère vous faire découvrir quelques nouveautés avant tout et que ce billet vous fera plaisir, je me suis bien amusée à le rédiger!

-Aquascutum

Certains jurent par Burberry, personnellement je réponds que non, les meilleurs trench coats de Londres de trouvent chez Aquascutum. Cette maison fondée en 1851 représente pour moi l’essence même du chic anglais. Crée par un tailleur de Mayfair qui aurait découvert comment rendre une matière imperméable, le nom même « Aquascutum » témoigne des qualités des manteaux produits : aqua = eau, scutum = chasser.

Mon avis est bien sûr biaisé, car lorsque j’étais plus jeune, je soupirais devant les photos de ma tante, qui était (entre autres) mannequin pour la marque pendant les années 1960:

Cette photo me fait particulièrement rêver. Oui, la jolie fille, c’est ma tante.

Les trench sont à environ 750£ pour les modèles classiques. J’ai la chance d’en avoir deux, un rose framboise qui se ferme en cache-cœur, et un à carreaux, qui me fait toujours penser à Alice in Wonderland. La qualité est là, les coupes sont divines.

Mon trench rose framboise ressemble beaucoup à celui là, de la collection 2010. Pas de boutons, seulement la ceinture pour la refermer. Le col du mien est beaucoup plus large et se replie sur les épaules.

Aspinal of London.

C’est une marque que j’admire, j’aime énormément leurs sacs chics, souvent vernis. J’en entends beaucoup de bien. Les magasins sont très mignons et on y trouve une multitude de petites choses convoitables, par exemple des bijoux, des foulards et de la petite maroquinerie.

J’aime beaucoup leur collection ‘Union Jack‘, en cuir verni:

Niveau prix, on trouve un peu de tout, le sac ‘Mayfair‘ de la  première photo est à £350. Les bijoux par contre, wahoouu, comptez £2000 pour une jolie paire de boucles d’oreilles:

-Aubin & Wills

Je parle assez souvent de Jack Wills, LA marque des étudiants anglais, mais connaissez-vous son grand frère? Je ne pense pas, donc j’ai le plaisir de vous présenter Aubin & Wills.

Aubin & Wills c’est avant tout juste quelques boutiques, où l’on retrouve des collections de grande qualité, qui s’inspirent du style anglais classique. Entre tweed et matières simples mais nobles, vous avez de quoi donner un petit coup de neuf à votre garde robe, en gardent le côté bcbg qui ne se prend pas au sérieux.

Aubin  & Wills est une marque qui s’adresse aux graduates des bonnes facs anglaises, qui ont dépassé leur phase Jack Wills, qui sont maintenant rentrés dans la cour des grandes. Il va sans dire que le client type a maintenant un emploi à temps plein avec le salaire qui va avec.

Leur blog est absolument génial, c’est par donc si le concept vous plait, courez-y! Ils organisent des événement très chouettes, comme le Tweed Run. Vous l’avez deviné, il s’agit de faire du vélo, à Londres, en Tweed. Hoouuurrahh!

-Barbour

Barbour est LA marque de manteaux imperméables préférés de la Reine d’Angleterre. Ma grand-mère affectionne beaucoup cet enseigne également, et la dernière fois que je l’ai vu, elle était venue me chercher à la gare avec son tout nouveau Barbour ainsi que ses lunettes Gucci. Cette marque a récemment eu un petit coup de jeune, et il va sans dire que certaines de leurs pièces sont maintenant très convoitées.

J’aime beaucoup ceci, par exemple:

Vu comme cela, ça n’a peut être pas l’air génial, mais je peux vous assurer que sur par exemple un slim noir, pour l’avoir vu sur une de mes copines, c’est très réussi. On peut replier les manches pour laisser apparaître les roses, c’est adorable comme tout.

-Ede & Ravenscroft

Une adresse plutôt pour les hommes et pour les personnes immergées dans le droit , je suis admirative de leurs costumes sur mesure, de cette marque chargée d’histoire. Depuis 1689, quand même. On y trouve leur boutiques à Oxford, Cambridge, Edinbourgh et bien sûre à Saville Row, Londres.

Ede & Ravenscroft est très connu pour proposer les robes de graduation de certaines facs, et pour le milieu juridique. Mes amis barristers (avocats) y achètent leurs robes, perruques et autres accessoires.

Je peux vous assurer qu’un homme en perruque est drôlement craquant. Je sais de quoi je parle. Ahem.

Il y a également une collection beaucoup plus petite, pour les femmes, dont certaines robes me font drôlement rêver.

-Hackett

Pour les gentlemen également, c’est où il faut aller pour les polos, costumes, top hats et j’en passe. Leurs boutiques sont toujours très bien présentées, classique et chic.

More tea, yah?

Le blog du fondateur de Hackett est vraiment très intéressant également.

-Hobbs

Je m’habille énormément chez Hobbs. Les robes sont belles, les coupes sont bien travaillées, le prix est carrément correct par rapport à la qualité. Lorsque j’étais invitée à une soirée Black Tie au Savoy, je me suis rendue chez Hobbs sans hésiter, car je savais que j’y trouverais mon bonheur. Il y a juste une robe que je regrette drôlement de ne pas avoir acheté, je m’en mords les doigts !

Hmm, j’ai hésité par rapport à cette robe. Je la trouvais plutôt sombre, un peu trop noire, jolie comme tout, peut être un peu trop, je ne sais pas, jeune, décalée? Mais cette robe m’appelais. Quand même.

De toutes mes pièces Hobbs, je préfère mon trench fleuri que j’aime à la folie:

-Hunter

Comment oublier mes magnifiques Wellington Boots ? Dès l’arrivée de la pluie,  les anglais portent des Hunters, à la campagne, en ville, pour aller en cours à Durham. Pratique en cas de pluies, tempêtes et j’en passe, mais carrément indispensables lorsqu’il commence à neiger. L’hiver dernier j’ai décidé de commander des nouveaux Hunters (les miennes, vertes et classiques commençaient sérieusement à fatiguer), plus étroites, plus fines et délicieusement confortables et chaudes.

En cas de mauvais temps, je les porte dans mon jardin, pour me promener dans les parcs ou la capitale, même pour aller au boulot, avec des escarpins dans mon sac à main.

-Jack Wills

Hmm, je ne présente plus cette marque, dont je parle beaucoup trop souvent. Snob, prétentieux, scandaleux, riche, fabuleux, Oxford, Cambridge, Durham, St Andrews, Polo, Afternoon Tea, luxe, cuir, études, Champagne, Château… Oui oui, tout ça on connait.

Au fait, être ‘snob‘ est une bonne chose en Angleterre. Je n’ai pas envie que ça prête à confusion ou interprétation lorsque je le dis ici. Si, si! C’est une qualité plutôt qu’un défaut. Par exemple: « You’re such a snob, dahhhhlinnng!« .

Hmmm, à voir leur boutique de Covent Garden,je me dis que leur réputation se perd à cause d’ados qui comment à trouver tout ça un peu trop cool à mon goût. Heureusement que je suis là pour monter un peu le niveau. Non mais.

-James Smith & Sons

Où trouver vos parapluies anglais ? Chez James Smith & Sons bien sûr ! Depuis 1830, le boutique propose parapluies, parasols et walking sticks de qualité. Je vais souvent admirer leur vitrine.

– Johnstons of Elgin

Depuis 1789, Johnstons of Elgin fabrique les plus beaux cachemires de Great Britain. Une adresse à garder sous le coude!

£149

– Karina’s Bags

Les sacs de Karina bien sûre ! Je n’achète plus que mes sacs chez Karina, je l’adore, elle et ses si jolis sacs ! J’ai rencontré Karina à Durham, lors d’un Vintage Fashion Fair. Etant encore étudiante au Château, je n’avais pas les moyens de m’offrir un de ses jolis sacs. C’est lors de mon arrivée à Londres, lorsque j’ai commencé à travailler que je me suis offert une de ses merveilles. Avec mon tout premier salaire, je me suis offert un Box Bag, et j’ai également offert un sac docteur, en cuir façon croco, à Mummy. J’étais très contente et très heureuse d’enfin pouvoir faire de vrais cadeaux. Depuis, je me suis acheté plusieurs sacs, tous faits à la main, ils ont tous une histoire derrière eux. Des petites pièces ou fermetures chinées par ci, un cuir des années 1950 trouvé par là. Ce sont des pièces uniques, admirées partout où je vais à Londres.

Les premiers:

Ne sont-ils pas les plus beaux? Il y en a eu bien d’autres depuis! Je ferais une photo de famille, un de ces quatre.

En ce moment, c’est ce sac là que je convoite:

La couleur est sublissime! La matière juste wahoouu et j’aime beaucoup la forme de ‘box bag‘ des années 1950. Et oh my gosh, la couleur est splendide, je n’en reviens pas. J’adore ce turquoise…

-Laura Ashley

C’est poétique, féminin et très anglais. Lorsque je pense à Laura Ashley je pense au style shabby chic. Des petites choses pour la maison, mais pas que. Laura Ashley fait de très belles robes, Daddy m’en a offert deux lorsqu’il était venu me voir à Durham. Des robes plutôt d’été, bien coupées mais très simples, un brin rétro, qui se portent très facilement. Je suis complétement fan.

Je craque sur cette robe en ce moment:

– Mackintosh

Oh Makintosh, les petits manteaux de Paddington Bear… Je portais un manteau comme celui-là lorsque j’étais petite.

-Penhaligon’s

La parfumerie de la reine. Ils ont quelques boutiques à Londres, tout mimis, adorables, très vieilles. Les bouteilles de parfum sont à l’ancienne et sont de véritables collectors.

Ma tante aime beaucoup et lorsque j’étais plus jeune, j’étais complètement fascinée par le powder puff  (?) en plume d’oie qui se trouvaient dans la salle de bains de ma grand-mère. Ce n’est que tout récemment, en regardant d’un peu plus près que j’ai compris que le powder puff venait de Penhaligon’s.

Penhaligon’s mérite un billet à lui tout seul!

-Vivienne Westwood

Dame Westwood me fait rêver, je suis fascinée par son univers décalé, ses vêtements originaux et ses coupes travaillées. Je ne suis pas par contre convaincue par la qualité de ses pièces, car dernièrement j’admirais une de ses robes à Selfridges en polyester, à 400£. Les coutures se défaisaient déjà, la matière était toute fine, j’ai même vu quelques petits trous, et… enfin, du polyester… A 400£ je ne peux pas. Je passe devant sa boutique à Mayfair tous les jours, donc je l’ajoute quand même à mes marques préférées. Je suis sûre qu’il y a moyen de trouver de très belles pièces, à condition de choisir les bonnes matières.

J’aime beaucoup l’histoire de Vivienne Westwood, elle est très inspirante et certainement complétement folle. J’adore également entendre les petites histoires de mes parents: ma mère avait un cabinet (?) dans le King’s Road à Chelsea en même temps que Vivienne… J’aime imagine l’ambiance qui devait régner dans ce quartier à l’époque!

***

J’espère que ce billet vous a plu! J’ai bien aimé vous présenter juste quelques unes de mes marques préférées, de cette façon, sur un coup de tête. J’ai du en oublier plein, plein, mais c’est celles-là à qui j’ai pensé en premier.

Tout est très anglais, très British, très God save the Queen… ♥ Ces marques sont toutes très sincèrement de qualité, vous ne pouvez pas vous tromper.

Aujourd’hui c’est férié, donc après un week-end tout reposant, je vais tenter de profiter pleinement de ma journée aujourd’hui. Petites balades, Harrod’s, musées, expos.

Je vous souhaite de passer un très bon lundi ainsi qu’une merveilleuse semaine, en France, en Angleterre…!

Rock Candy Cocktails

Mon cocktail préféré du moment :

Le Rock Candy

Servi dans un verre à martini, ce cocktail est tout rose et garni d’un marshmallow, le Rock Candy est ridiculement frais et délicieux, fruité mais pas trop sucré, en dépit de toute apparence.

Il vous faudra:

  • Du Grey Goose Citrus Vodka
  • Liqueur de Rose
  • Jus de Lychee
  • Jus de Pomme
  • Jus de Cranberry
  • Des marshmallow pour garnir

Hmm, drôlement simple, non? A mon avis, il suffit de jouer sur les quantités pour obtenir un résultat à son goût. Le cocktail préconise également du gingembre, mais je demande toujours sans.

Petit aperçu du London Cocktail Club, un lieu convivial mais raffiné, qui se trouve au sous-sol d’un théâtre, où il fait bon vivre, où c’est toujours très sombre (c’est éclairé à la bougie), il y a souvent des personnes très habillées, et… masquées. Entre dandys et rockers, c’est mon petit speakeasy que j’adore!

Happy Thursday!