Archives de Tag: sculpture

Heads of Mayfair

Good morning!

Aujourd’hui je vous emmène faire un petit tour avec moi à Mayfair! Sur le chemin du bureau, j’ai la chance de croiser cette jolie expo du Fine Art Society tous les matins et soirs. J’adore la sculpture, j’adore les bustes… Je ne pouvais donc qu’aimer ces têtes en pierre de l’artiste Emily Young.

Cette expo est particulièrement belle la nuit, où les sculptures sont illuminées grâce à des lumières violettes.

Je trouve que ces sculptures ont parfaitement leur place au milieu de Berkeley Square, et se marient bien avec le contraste entre nature et immeubles modernes:

Le détail y est vraiment fascinant, j’aime beaucoup le fait que l’artiste travaille avec des matières naturelles. De loin, on dirait que les têtes sont en bois, on pourrait croire que ce sont des troncs d’arbre. Un jour, j’aimerais beaucoup avoir un joli jardin, avec qui sait, des sculptures et très certainement un buste ou deux.

Je trouve que cette expo représente tout ce qui est génial à Mayfair: un mélange de tradition, de modernité, d’art, des découvertes, de culture.

J’adore Mayfair car c’est vraiment un quartier vivant, où il y a plein de choses à découvrir. C’est le quartier chic et pompeux de la ville, mais c’est vraiment comme un petit village, où tout le monde se connaît. On prend très vite nos petites habitudes, on a ses repères. Le matin, on dit bonjour aux personnes que l’on croise souvent dans le quartier.

Mayfair est réputé pour ses banques, ses hedge funds, ses hôtels de luxe, ses clubs et restaurants exclusifs… Mais aussi pour ses galeries, sa culture. Il y a un très grand nombre de galeries à Mayfair, ce sont d’abord des galeries d’art où l’on peut acheter les œuvres, mais qui mettent également en place de très jolies expos à visiter. Ce sont souvent des petites espaces, donc on n’y pense pas forcément, mais je peux vous assurer qu’on peut y faire de charmantes découvertes.

Ce quartier est également attaché à la tradition, c’est ici que vous pouvez trouver des magasins et hôtels fondés dans les années 1800 et qui n’ont pas bougés depuis. Je pense notamment à la Burlington Arcade, au Savoy… C’est également à Mayfair que vous pouvez croiser des gentleman en chapeau haut de forme, de véritables Dandy. Il y a quelques très anciens clubs, pubs et societies à Mayfair où les membres prennent un très grand plaisir à s’habiller joliment, comme dans le temps.

Comme ce serait chouette de vivre dans ce quartier! Un jour, peut être… Je peux encore rêver, n’est-ce pas?

Qu’avez-vous de prévu pour ce week-end? Je suis toujours malade, donc je vais juste essayer de dormir, me reposer et prendre des vitamines. La seule sortie de prévu est ce soir, où je vais aller retrouver des amis… Il ne fait pas particulièrement beau à Londres en ce moment donc il fait vraiment un temps à rester chez soi, sous un joli plaid, à regarder des films, lire et grignoter de bonnes choses. Demain ce sera un lazy Sunday assuré!

Bon week-end!

L’Ange du Nord

« Les anges ont besoin qu’on leur suppose un corps. Non pour eux-mêmes, mais vis-à-vis de nous. »

Saint Thomas d’Aquin, (1225- 1274) extrait de Somme théologique.

En allant au musée hier, je suis passée devant l’Ange du Nord, cette sculpture contemporaine crée par A. Gormley en 1998. J’avais bien sûr déjà vu des photographies de la plus grande sculpture d’Angleterre, mais rien qui ne peut comparer à cette vision étrange qui domine le paysage et qui nous frappe instantanément lorsqu’on passe à proximité. Cette sculpture étonne par sa largeur plus qu’autre chose, avec une envergure de 54mètres, l’Ange ne passe certainement pas inaperçu. Plus de 200 tonnes d’acier ont étés nécessaires à la construction de l’œuvre, et 165 tonnes de béton ont été utilisées afin d’ancrer les fondations dans la terre. L’Ange de Gormley a forcément crée de controverses locales, mais tout cela semble être oublié maintenant puisque « The Angel of the North » est rentré dans les mœurs, et est maintenant considéré non seulement comme un point de repère pour tout le Nord-Est de l’Angleterre, mais fait également partie des 12 monuments iconiques du pays.

Quant à moi, j’avoue que si je devais dessiner un ange, ce n’est pas forcément cette vision là qui me viendrait à l’esprit, surtout lorsque l’on sait que l’artiste a utilisé son propre corps comme modèle. De plus, le choix de l’acier comme matière principale se comprend d’un point de vue de durabilité, mais reste tout de même une matière assez « dure », qui me semble un peu inadaptée au sujet.

Voici comment A. Gormley défend ses choix artistiques:  “People are always asking why an angel? The only response I can give is that no-one has ever seen one and we need to keep imagining them. The angel has three functions – firstly a historic one to remind us that below this site coal miners worked in the dark for two hundred years, secondly to grasp hold of the future expressing our transition from the industrial to the information age, and lastly to be a focus for our hopes and fears.”

Et pour vous, quelques photographies de l’Ange du Nord, prises par mon ami, H.

P.S: I don’t think that my English-speaking readers need a translation to let you know what I’m talking about… The Angel of the North is truly impressive, whatever the critics might say about it.