Archives de Tag: art contemporain

La villa Stuck à Munich

Bonjour!

J’espère que votre semaine se passe bien. Nous avons passé quatre nuits à Munich avant de prendre le train direction Salzbourg. Notre dernière journée à Munich était le dimanche, où nous avons découvert que pratiquement toutes les boutiques étaient fermées et que le grand marché du centre ville était également fermé. On m’avait prévenu que Munich était très calme le dimanche, mais venant de Londres où tout est tout le temps ouvert, je n’y croyais qu’à moitié. J’ai rapidement découvert que l’on ne me faisait par marcher et que la ville était réellement déserte le dimanche!

Ce n’était pas très grave parce que j’avais repéré un marché artisanal un peu en dehors du centre qui se tenait ce dimanche-là, et j’avais aussi très envie de visiter la Villa Stuck. Le marché artisanal était une vraie réussite! Nous avons passé un très bon moment à nous y promener, à y déguster de bons chocolats chauds maison (à l’orange pour moi et à la menthe pour Fintan) et j’y ai acheté une bougie à la cire d’abeille qui sent bon le miel.

Puisque c’était bientôt Halloween, c’était aussi la fête à la citrouille!

Après le marché, nous avons été visiter la Villa Stuck, une villa art nouveau qui se trouve pas si loin des jardins anglais. La villa a été construite par le peintre Franz von Stuck en 1897, c’était sa résidence personnelle. La villa a été transformée en musée en 1968 et abrite aujourd’hui une dizaine de ses oeuvres. Le rez-de-chaussé de la villa a été conservée dans le style art nouveau, et c’est vraiment très joli. On peut prendre des photos uniquement au rez-de-chaussé, car l’étage est dédié à des expositions temporaires.

En tout, il n’y a que quatre pièces dans le style art nouveau. A vrai dire je pensais que la totalité du villa serait présenté dans le style art nouveau, mais à l’étage il y avait une exposition temporaire sur le magazine Vogue, et plus particulièrement sur le processus de création des magazines, par exemple comment on trouve des thèmes et idées pour chaque numéro etc. Dans d’autres salles du villa, il y avait une exposition sur les artistes dits « M+M », que je ne connaissais pas du tout avant de voir cette expo temporaire. Marc Weis et Martin De Mattia travaillent sur le support vidéo et une dizaine de leurs vidéos étaient exposées sur grand écran dans diverses pièces de la villa. Les vidéos ont une ambiance étrange, surréaliste et plutôt inquiétante. Chaque vidéo est filmée deux fois, le protagoniste interagit avec deux personnes différentes, mais il a la même conversation avec les deux personnes. Les vidéos sont exposées côte à côte. Les vidéos créent un climat où le spectateur se sent mal à l’aise et comme si on assistait à quelque chose de trop personnel, mais à vrai dire j’ai beaucoup aimé cette découverte et cette expo était un des points forts de notre séjour à Munich. J’ai trouvé ces deux vidéos sur M+M où les artistes parlent de l’expo que j’ai vu si ça vous dit d’en apprendre plus:

Cette visite a clôturé notre petit séjour à Munich, et le lendemain nous étions en route pour l’Autriche. En vous souhaitant de passer une bonne journée, à bientôt!

L’Ange du Nord

« Les anges ont besoin qu’on leur suppose un corps. Non pour eux-mêmes, mais vis-à-vis de nous. »

Saint Thomas d’Aquin, (1225- 1274) extrait de Somme théologique.

En allant au musée hier, je suis passée devant l’Ange du Nord, cette sculpture contemporaine crée par A. Gormley en 1998. J’avais bien sûr déjà vu des photographies de la plus grande sculpture d’Angleterre, mais rien qui ne peut comparer à cette vision étrange qui domine le paysage et qui nous frappe instantanément lorsqu’on passe à proximité. Cette sculpture étonne par sa largeur plus qu’autre chose, avec une envergure de 54mètres, l’Ange ne passe certainement pas inaperçu. Plus de 200 tonnes d’acier ont étés nécessaires à la construction de l’œuvre, et 165 tonnes de béton ont été utilisées afin d’ancrer les fondations dans la terre. L’Ange de Gormley a forcément crée de controverses locales, mais tout cela semble être oublié maintenant puisque « The Angel of the North » est rentré dans les mœurs, et est maintenant considéré non seulement comme un point de repère pour tout le Nord-Est de l’Angleterre, mais fait également partie des 12 monuments iconiques du pays.

Quant à moi, j’avoue que si je devais dessiner un ange, ce n’est pas forcément cette vision là qui me viendrait à l’esprit, surtout lorsque l’on sait que l’artiste a utilisé son propre corps comme modèle. De plus, le choix de l’acier comme matière principale se comprend d’un point de vue de durabilité, mais reste tout de même une matière assez « dure », qui me semble un peu inadaptée au sujet.

Voici comment A. Gormley défend ses choix artistiques:  “People are always asking why an angel? The only response I can give is that no-one has ever seen one and we need to keep imagining them. The angel has three functions – firstly a historic one to remind us that below this site coal miners worked in the dark for two hundred years, secondly to grasp hold of the future expressing our transition from the industrial to the information age, and lastly to be a focus for our hopes and fears.”

Et pour vous, quelques photographies de l’Ange du Nord, prises par mon ami, H.

P.S: I don’t think that my English-speaking readers need a translation to let you know what I’m talking about… The Angel of the North is truly impressive, whatever the critics might say about it.