Archives de Tag: dessin

Se mettre à l’aquarelle

Coucou,

J’espère que vous passez une bonne semaine. Comme je vous le disais dernièrement, je me suis mise à l’aquarelle pendant le confinement. C’est reposant et puis lorsque je dessine ou je peins je pense à autre chose que les actualités angoissantes. Ce week-end mon mari a remarqué que ces six premiers mois de 2020 n’ont pas été complètement perdus puisque je me suis tout de même trouvé un nouveau hobby, et il n’a pas complètement tort!

J’ai passé commande à un magasin d’art sur Galway, et j’ai opté pour une petite palette de peintures fournie avec un pinceau réservoir, des pinceaux classiques, quelques couleurs aquarelle flashy pour compléter la palette, du papier, un carnet et des crayons gris.

Ca fait depuis tellement longtemps que je n’ai pas pris le temps de dessiner ou peindre! Lorsque j’étais au lycée j’aimais beaucoup mes cours d’arts plastiques et j’avais aussi pris l’option « art » à la fac en première année de droit en tant qu’option de « culture générale ». J’adorais ces cours, que je trouvais tellement intéressants, et j’aimais aussi écrire les critiques d’oeuvres qu’on nous demandait de rédiger.

Face à une feuille blanche, je ne savais pas du tout par quoi commencer, donc j’ai commencé par peindre quelque chose qui me semblait être assez simple, des fleurs!

Puis, j’ai essayé de peindre quelques paysages marins, comme les petits bécasseaux sur la plage que vous pouvez voir ci-dessous.

J’ai aussi fait quelques tentatives de dessiner des visages.

Mes copines ont aussi été très productives pendant le confinement! Regardez la si jolie carte « Bonjour de Paris » que j’ai eu la chance de recevoir de ma copine Aurore:

Enfin, j’ai aussi fait quelques essaies d’art coloré et abstrait, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Et voilà pour un début! Dans tous les cas je suis contente d’avoir recommencé à peindre et je compte bien trouver du temps pour continuer. Je ne sais pas trop quoi faire de ces petits dessins pour l’instant, peut être que je les enverrai à mes amies une fois que je pourrais de nouveau acheter des enveloppes et aller à la poste.

Je vous souhaite de passer une très bonne journée!

L’apport des J.O

Mon Prénom en Chinois …apparemment

A l’occasion des J.O, le gentil site http://www.chine-informations.com/ à mis en place une rubrique : « Votre Prénom Chinois ». Le site propose de traduire votre prénom en chinois et on peut le customiser avec des petits dessins, c’est assez mignon, mais je reste assez sceptique quant à la « traduction ». En effet, j’ai fait des recherches sur plusieurs sites de ce genre, et je ne me retrouve jamais avec les mêmes symboles!

Helen Dryden

Helen Dryden (1887-1981) était une artiste américaine, essentiellement connue pour son travail publié dans « Vogue » dans les années 1910 et 1920. Parmi tous les artistes qui ont travaillé sur les couvertures des Vogues français et américains au début du siècle, les images d’Helen Dryden restent incontestablement celles que j’apprécie le plus. Dans son travail, j’aime l’utilisation des couleurs vives ainsi que sa vision de l’élégance et de la légèreté. J’apprécie également son style personnel en tant qu’artiste, elle a été notamment influencée par l’art nouveau, les livres illustrés pour enfants du début du siècle ainsi que les peintures japonaises. Tout cela contribue à son style immédiatement reconnaissable, et qui a conservé tout son charme, même plusieurs décennies après. A mon sens, ce qui est vraiment appréciable concernant les « Vogue » des années 1920, c’est que la mode était plus directement liée à l’art, et c’est vraiment l’artiste qui traduisait par ses peintures les nouvelles tendances. Aujourd’hui, on ne peut malheureusement pas retrouver des images de qualité équivalente dans notre presse féminine actuelle.

Helen Dryden est née à Baltimore aux États-Unis en 1887, mais a déménagé à New York afin de tenter sa chance en 1909, après seulement quatre ans d’apprentissage artistique. Après avoir initialement été rejetée par le domaine de la mode, lorsque « Condé Nast » a repris la direction de « Vogue », Helen Dryden a été tout de suite recontactée par la nouvelle équipe. Ceci a débouché sur une collaboration qui a duré treize ans, de 1909 à 1922. Selon le « New York Times », elle était une des illustratrices le plus payé de ce début de 20ème siècle aux États-Unis.

Je vous laisse contempler quelques unes des ses couvertures estivales de Vogue que j’aime le plus.

Avril 15, 1910

Juin 1, 1913

Juillet 1, 1913

Juin 1, 1914

Juillet 1, 1914

Juillet 15, 1914

Juin 1, 1917

Juillet 1, 1919