Wonder Woman

Ahh les pressions de la vie Londonienne! A Londres, l’hiérarchie, la recherche de l’argent, de la réussite, de la puissance et du plaisir domine incontestablement la ville.

Tant de questions me sont posées et me perturbent, de la part de personnes que je rencontre tout juste ou de la part de mes amis, mes connaissances, mes camarades. Que fais-tu? Pour qui travailles-tu? Où as-tu étudiée? As-tu été éduquée dans une école privée? Vas-tu avoir une promotion cette année? Et un bonus? Quand auras-tu fini tes examens?  Vas-tu au Polo ce week-end? Combien as-tu investi dans la bourse cette année? As-tu acheté un appartement? Auras-tu tes examens avec mention? Souhaites-tu travailler dans le Magic Circle? Où vas-tu skier cet hiver? As-tu une maison familiale à la campagne?

Le regard de la société est un vrai fardeau, je vis dans une ville où il faut avoir acheté un appartement Londonien à 26 ans, où il faut réussir à devenir avocate/investment banker/chirurgien/trader  au grand maximum un ou deux ans après avoir quitté la fac, où il faut sortir dans les clubs et soirées les plus chics, où il faut aller à la gym quatre fois par semaine, où il faut porter une montre qui ne coûte pas moins de £15k, où il faut être mince, où il faut renouveler sa garde-robe en permanence, où il faut travailler plus de 50heures par semaine, et surtout où il faut avoir un avis sur tout, que ce soit par rapport à la finance, à la politique, à la littérature, à l’Europe ou tout simplement par rapport au dernier Saatchi.

C’est fatigant, physiquement et mentalement! Je me compare en permanence aux autres, je regarde les parcours de personnes ayant mon âge, la plupart du temps avec les yeux verts. J’essaye d’envisager où j’en serais dans deux, trois, quatre ans et ça me fait peur, car je ne connais pas les réponses.  Je reconnais que tous les excès bien réels listés ci-dessus ne doivent pas être bons pour la santé physique et mentale, mais il y a comme une corde qui me tire en permanence vers la folie Londonienne, et impuissante, je ne peux résister.

15 réponses à “Wonder Woman

  1. Et ben! Bien du courage!!! Je ne sais pas résister à la pression et c’est, pour moi, le meilleur moyen de me faire abandonner! Je n’ai vraiment pas l’esprit de compétition^^

    • L’esprit de compétition ousse à considérer autrui comme un rival à éliminer , voire un ennemi .
      L’esprit de compétition n’a rien à voir avec une saine et noble émulation qui elle considère que les uns les autres vont se pousser mutuellement vers l’excellence .

      La dérive des Jeux Olympiques en est une illustration .
      Dans l’Antiquités , les J.O. encourageait l’excellence physique ET morale = émulation.
      Aujourd’hui , dans les compétitions sportives , le problème du dopage , de la tricherie se pose . De plsu en plus de gens trouvent normal de tricher avec des produits ( « si tout le monde le fait , c’est pas de la triche ! » ) = compétition .

  2. Ohlala, tout ce que je déteste! Bon courage, ne te laisse pas embraquer par cette pression!
    Bisous!

  3. Et bien ! la société londonienne semble en competition permanente axée principalement sur le paraitre et l’argent… je trouve cela assez triste dans le fond.

  4. l’horreur!!!!!! Bon courage 😀 L’année prochaine, arrange-toi pour venir à Berlin, c’est quand même plus cool ici 😉

  5. Si la plupart des gens sont comme ça , tu deviendras fatalement comme eux . Ce n’est pas propre à ce type de société tournée uniquement vers le prestige social , c’est-à-dire , la volonté de se dire qu’on est au-dessus des autres et que sa propre vie a plus de valeur que celle des autres .
    Tu serais au milieu des quakers , tu deviendrais quaker .
    Il n’y a pas de secret , pour échapper à la pression de la masse , il faut s’éloigner de la masse .

    C’est à TOI de décider ce que tu veux vraiment faire de ta vie . Tu dois impérativement t’isoler de temps à autre de la masse pour réfléchir à cette question sinon tu vas suivre comme un mouton le groupe social au milieu duquel tu te trouves , c’est donc la masse qui en réalité va te pousser à adopter tel parcours qui ne serait peut-être pas celui que tu aurais choisi si tu avais pu penser dans le calme et sans influence … et tu risques de te rendre compte à 40 , 50 ans ou peu avant de mourir que ce n’est pas du tout ça que tu aurais voulu faire de ta vie . N’oublie pas , C’est TA vie et tu n’auras pas de deuxième chance . Quand on meurt tout est fini .

    Avant de mourir , tu dois avoir le moins de regrets possibles . Se dire qu’on aurait voulu faire ceci ou cela parce qu’on s’est rendu compte mais trop tard que c’est ça qui nous aurait vraiment plus , que c’est ça qu’on aurait dû faire …. c’est terrible .

    J’ai lu un article où une infirmière recensait les plus grands regrets des gens avant de mourir . Parmi ceux-ci :
    1- les hommes regrettaient beaucoup d’avoir TROP travaillé et de ne pas avoir passé assez de temps avec leurs enfants ,
    2- Hommes et femmes regrettaient de ne pas avoir eu le courage de devenir le genre de personne qu’ils auraient voulu être , de ne pas avoir fait les carrières et les choix qu’ils auraient voulu vraiment faire mais d’avoir cédé au souci du regard d’autrui , d’être devenu ce que les autres voulaient qu’on soit , c’est-à-dire tels qu’ils s’imaginent ( la plupart du temps faussement ) qu’on devrait être .

    La tyrannie du regard d’autrui est puissante . Il est légitime qu’elle s’exerce sur un plan moral ( qu’on se fasse mal voir si on commet des crimes par exemple ) , mais il est nuisible qu’elle s’exerce sur des choix de vie qui n’ont pas de rapport avec la moral . Que tu deviennes avocate ou crémière , tu seras toujours utile à la société . Que tu ne veuilles pas devenir propriétaire à 25 ou 50 ans signifie que tu penses avoir mieux à faire comme activité que de te constituer un patrimoine .

    Les récations que tu rencontres sont dures à supporter parce qu’elles veulent inconsciemment te faire éprouver un sentiment de honte . Mais c’est une fausse honte et ça je pense que tu le ressens intuitivement , d’où ton malaise .

    J’ai été un peu longue , excuse-moi . J’espère que mon jugement pourra t’être utile à y voir plus clair dnas ta situation .

  6. C’est difficile de résister à la pression de gens, mais je pense que c’est à toi à prendre tes propres décisions, d’assumer tes choix et tant pis si tu ne colles pas à l’étiquette que les autres voudraient.

    Ca doit être très stressant de subir une telle pression en permanence.

    Je te souhaite beaucoup de courage en tout cas!

    bisous

  7. Une porte sur deux continents

    Cette mentalité est complètement opposée à ma personnalité et ma manière de voir la vie donc je comprends pourquoi ça peut te peser ! Mais n’oublie pas que c’est toi qui a le choix de mener la vie que tu souhaites, à ton image. Bisous

  8. C’est très difficile de ne pas vouloir céder au jeu du « qui en fera le plus ». Moi, je me dis que comme tout le monde fait strictement la même chose, les efforts pour se mettre au niveau ne sont même pas perceptible, alors à quoi bon ?
    Je pense que ce que tu dis de Londres est également valable à Paris…

  9. Princesse Audrey

    Tout ce qui compte, c’est de se dépasser, soi, quand on en a la forme physique et mentale. Comme on trouvera toujours plus fort que soi, vivre dans la rivalité est voué à l’échec. Je sais que ce n’est pas ton état d’esprit du tout, mais continue à regarder tout cela du loin, tu as tellement de valeur que tu n’as pas besoin d’arborer ce vernis social apparent pour prouver que tu es précieuse.

  10. Chère Maddy,
    je perçois bien ton malaise… la folie londonienne est cruelle, ne te laisse pas happer ! Reste toi, toi une fille aux multiples talents et qualités !!! C’est bon parfois de prendre un peu de recul sur sa vie et de se poser pour voir si tout va bien, si notre vie prend bien le chemin que l’on souhaite au fond de nous, enfin je crois… j’essaie de faire ça, mais ce n’est pas évident. Les choix sont toujours difficiles.
    Bon courage !!

  11. Moi qui idéalise tant la vie Londonienne, tu fais bien de me remettre un peu les pieds sur terre, je suis à mille lieues de cet esprit de compétition et je comprend que ça puisse être épuisant mentalement, surtout lorsque c’est constant! Même si ça parait difficile, j’espère que tu réussiras à te préserver malgré tout, tu es une personne de valeur!

  12. Ma pauvre ! Tant de pression n’est pas bon … N’oublies pas que toi seule décide de ta vie. Il y aura toujours les gens qui veulent montrer qu’ils réussissent mieux que toi mais l’important c’est que toi ta réussite te convienne. Je pense que cette mentalité est typique des grandes villes !
    Moi aussi parfois, je me colle la pression à cause de personnes vantardes mais souvent, je relativise en me disant que mes parents n’avaient pas tout ce que j’ai à mon âge et qu’ils n’ont pas pu faire non plus tout ce que j’ai déjà fait !! Alors du coup, je relâche la pression.

  13. Une belle prise de conscience, mais en ce qui concerne l’ascension sociale à tout prix, ne pense-tu pas qu’elle est la norme de presque toutes les mégapoles européennes ?
    La pression sociale existe partout, et dans tous les domaines…
    Alors ? Toujours pas mariée ? Toujours pas d’enfant ? (Le premier étant arrivé, on pense déjà qu’il faudrait agrandir la famille) Pas d’investissement immobilier ? Tu ne vas quand même pas payer un loyer toute ta vie ?
    C’est partout pareil ! Partout ! Et lorsque j’étais au collège (il y a longtemps) là où j’ai attrapé mon anglophilie, le professeur nous apprenait les différentes marques de politesse en Angleterre, et celle qui j’avais le plus apprécié était : no personnel ask, please…
    Mais tout se perd, partout… wall street, tu ne nous auras pas ! 😉

  14. Hé bien, jolie description de la vie à Londres ! Et en plus, tu n’écris pas que tu dois te marier et avoir des enfants en plus de tout ça ! 😉 Je plaisante, mais je pense que ces questions dépendent beaucoup de ton milieu socio-culturel. Pour ma part, j’ai fait toutes mes études dans une école privée très côtée en Suisse avec des enfants de célébrités internationales, Lui est issu d’un milieu doré, tous nos amis ont réussi, je travaille dans un milieu où je rencontre tous les « grands de ce monde », mais très sincèrement, cela m’est complètement égal et je préfère passer des moments très chouettes autour d’un hamburger avec des amies qui n’ont rien à voir avec ce monde d’argent et d’apparence plutôt que de prendre l’ascenseur avec le Roi Constantin II de Grèce que je n’ai même pas reconnu ;-). J’espère que tu sauras garder les pieds sur terre malgré toutes ces sollicitations et l’important, c’est que tu es et ce que tu veux et pas le regard des autres sur toi ! Gros bisous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.