Archives de Tag: Dame de Fer

View from the Eiffel Tower

Bonjour!

Happy Saturday! J’espère que vous avez un joli week-end de prévu. Pour aujourd’hui, voici un dernier billet Parisien! On peut dire que je garde le meilleur pour la fin!

Lors de mon petit séjour à Paris, j’ai eu la chance d’avoir quelques heures de libres un après-midi, ce qui m’a permis d’aller voir la Dame de Fer. Comme vous le savez, j’adore visiter une ville d’en haut, et après avoir découvert Londres depuis The Shard et le London Eye, je me suis dit que ce serait vraiment sympa de monter au sommet de la Tour Eiffel afin de pouvoir voir Paris d’une autre façon.

1

Pour moi, le premier désagrément était de ne pas pouvoir réserver de billets en-ligne, à l’heure souhaitée. En effet, le site plantait à chaque fois que j’essayais d’acheter mon billet! Grr! Je n’ai pas été découragée, et je suis donc allée faire la queue en bas de la Tour Eiffel. J’ai attendu l’ascenseur afin de monter jusqu’au sommet, autant bien faire les choses. C’était hyper long de faire la queue, je n’ai pas particulièrement regardé ma montre, mais j’ai attendu bien plus de 90 minutes. Comme c’était pénible.

Cependant, une fois arrivée au sommet, j’étais absolument ravie de la vue, et très contente d’avoir fait le choix de prendre mon numérique avec moi, ce qui m’a permis de zoomer. Voici une petite découverte en images:

12

11

9

8

10

3

4

5

2

7

Lorsqu’il était temps de descendre jusqu’au 2ème étage, j’ai cru qu’il allait y avoir un drame! Il n’y avait qu’un ascenseur qui marchait ce jour-là, et l’ascenseur arrivait tous les 15 min environ. Il y avait une famille avec leurs enfants qui visiblement supportaient très mal le fait d’être en hauteur, surtout qu’il y avait beaucoup de monde, qui poussait. Un ascenseur est arrivé, on ne le remplit qu’à moitié, un autre ascenseur arrive 15 min plus tard, cette fois-ci un employé avec tous ses enfants passe en prioritaire. Nous attendons toujours un ascenseur, et au bout de 45 minutes aussi bien que les parents que les enfants hurlaient de peur et de rage à ne pas pouvoir descendre! Il n’y avait aucun personnel pour les soutenir, personne pour nous dire pour combien de temps encore on avait à attendre. Quel bordel monstre. Dans l’ascenseur, l’employé n’était pas du tout sympathique et nous a dit qu’il n’aurait pas fallu monter au sommet car il y avait trop de monde. Dingue!

Encore une fois, je ne comprends pas pourquoi on ne peut pas acheter des billets pour une heure voulue, ce qui m’aurait permis de ne pas perdre mon temps dans les fils d’attente, et cela permettrait également à la Tour Eiffel de mieux gérer le nombre de visiteurs. Peut être si leur site marchait correctement ça arrangerait les choses. Comme j’étais vraiment légèrement agacée d’avoir attendu quasiment une heure afin de pouvoir descendre du sommet de la Tour jusqu’au deuxième étage (où j’ai ensuite pris les escaliers), je suis allée faire mes remarques au guichet, une fois sortie de la Tour. Ayant habité en France pendant plusieurs années, je savais bien que ça n’allait pas changer grand chose, mais je tenais tout de même à me plaindre (gentiment, hein!). Vaut mieux en rire qu’en pleurer, car en écoutant mes remarques l’employé n’a fait qu’hausser ses épaules! Parfois la France me manque beaucoup, mais ce genre de comportement, clairement pas!

Bref, je suis tout de même très contente d’avoir pris le temps de faire la visite, j’ai eu un temps clément qui m’a permis d’observer Paris d’en haut, c’est bien l’essentiel!

Belle journée!

The Iron Lady

Hier j’ai profité d’un vendredi soir plutôt calme afin de pouvoir retrouver une copine ou deux, nous avons été dîner comme prévu dans un petit pub afin de pouvoir papoter tranquillement autour d’un verre.

Plusieurs films nous tentaient, mais on s’est finalement décidés pour The Iron Lady, que j’avais très hâte de voir! Les billets sont pris, le popcorn au caramel et Maltesers achetés, le film peut désormais commencer!

Je m’attendais à vrai dire à un film plein d’inspiration, un film qui représente Margaret Thatcher comme étant une dame forte, intelligente et opiné telle que je l’imagine. De ses débuts humbles à son admission à Oxford, ses débuts dans le Conservative Party encore dominé par les hommes, sa prise de pouvoir progressive au sein du Party pour enfin être voté première et unique femme Premier Ministre.  J’attendais un film concentré sur ses réussites, sur sa façon de prendre les décisions qui ont marqué l’Histoire du Royaume-Uni.

Au lieu de tout ceci, j’ai été confronté à un film plutôt difficile à regarder.

L’histoire de Margaret Thatcher est racontée à travers la personne qu’elle est supposée être maintenant, c’est-à-dire une vieille femme de plus de 80 ans, qui vit désormais dans une maison de retraite Londonienne. Ses années en tant que Prime Minister sont racontés à travers de vagues souvenirs, ponctués de confusions et d’hallucinations.

Le film insiste sur sa vieillesse, sa maladie, son déclin physique et mental. La solitude, les regrets et les souvenirs sont omniprésents. On retrouve une Margaret Thatcher seule, qui a du mal à s’exprimer, qui est enfermé dans un monde rempli d’hallucinations, qui rêve que son mari décédé est encore près d’elle.

Le film est incontestablement bien joué, Meryl Streep est fabuleuse, mais je trouve ce film vraiment indélicat et presque indécent. Je ne suis pas étonnée que Margaret Thatcher ainsi que sa famille ont refusé l’invitation d’assister au première.

J’ai du mal à comprendre l’intérêt de ce film, ce que l’on essaye de montrer. Redonner une touche humaine à la Dame de Fer? Peut être. Dans tous les cas, ce film nous laisse indéniablement sur notre faim.