Archives de Tag: avenir

Reflexio

Jean-Honoré Fragonard, ‘La Liseuse’, 1776.

Bonjour à tous et à toutes,

Merci infiniment pour tous vos gentils conseils et commentaires concernant mon dernier billet. Je n’ai toujours pas trouvé de solution immédiate, mais je sais que les quelques semaines à venir vont être importantes pour moi. Une fois le mémoire terminé et rendu je pourrais me consacrer plus sérieusement à la réflexion concernant les choix qui s’offrent à moi. Il y a quelques mois je ne l’aurais jamais cru, mais en ce moment je me penche sérieusement sur la question du doctorat. J’en parlerais peut être plus tard, je suis en train d’y réfléchir, mais l’idée de passer trois années à étudier une question juridique et à rédiger une thèse me semble assez luxueuse, et pas forcément dans le bon sens. Des années à ne rien produire si ce n’est que le fruit de ma réflexion.

En ce moment je jongle encore entre le mémoire et le travail au Château, et ce n’est pas si facile d’y voir clair. Le mémoire doit être rendu vendredi prochain donc je dois m’y consacrer entièrement. Dans l’essence le mémoire est bientôt fini, il ne me reste plus que la conclusion à rédiger. En pratique, la relecture va être essentielle pour moi, je dois m’attaquer à une petite liste de choses qui vont servir à préciser mon argumentation.

J’espère que j’aurais bientôt plus de temps à consacrer à ce blog. Parfois j’ai envie d’écrire ici tous les jours, même si ce n’est que pour griffonner une petite pensée ou partager un coup de cœur, mais le temps me manque cruellement.

En attendant, je vous dis à bientôt, et je vous souhaite de passer un très bon dimanche!

A la semaine prochaine.


Sollicitus

Mes amis,

J’ai bien peur que depuis quelques semaines déjà vous ressentez que j’ai du mal à trouver mon enthousiasme pour ce blog. Pas que je n’ai pas envie d’écrire, pas que je n’ai pas envie de parler de jolies choses, mais c’est que j’ai de plus en plus de mal à taire les inquiétudes qui montent en moi. Je sais  que vous n’êtes pas là pour écouter mes soucis, et je ne souhaite surtout pas passer pour une fille gâtée qui se plaint, mais je pense quand même vous devoir une explication.

Vous savez que je suis actuellement en train de rédiger mon mémoire, que je termine un LLM (Master en Droit Européen) à Durham. Le mémoire ne m’inquiète pas, il est bientôt terminé, et je sais exactement de quoi je vais parler dans mon dernier chapitre. Mon plan détaillé est rédigé et a été approuvé il y a déjà quelques temps. Vous savez également que j’ai une licence en droit ainsi qu’un M1 en droit pénal, tous les deux obtenus en France.

Mon souci c’est que je ne sais pas quoi faire l’année prochaine. Je ne sais pas où je serais ni ce que je vais faire. Je ne suis même pas sûre quelles options peuvent s’offrir à moi. Lorsque j’ai commencé mes études juridiques, l’idée me semblait relativement simple: dès que j’ai su que le droit me plaisait, je me suis décidée. J’allais travailler dur pour obtenir une licence, un Master et ensuite j’allais rentrer en école d’avocat.

En licence j’étais encore chez mes parents, ce qui avait bien sûr quelques avantages mais également des inconvénients. Ensuite il a fallu que j’aille à Rennes pour le Master en Droit pénal. Pour le financer il a fallu que je fasse un premier emprunt. En début de Master j’ai commencé à en avoir assez de la fac « à la française ». Des cours de 8hrs jusqu’à 20hrs, les chargés de TD trop jeunes qui n’apportent rien d’enrichissant, les partiels, les révisions… Rapidement j’ai eu envie de voir autre chose, et c’est à ce moment là que j’ai su qu’il fallait absolument que je quitte le système. J’ai mis des mois à faire mon dossier et j’étais ravie d’être acceptée à Durham.

J’ai passé une année merveilleuse ici, j’ai du faire un deuxième emprunt pour le financer, mais je ne le regrette absolument pas. C’était une expérience géniale, les cours étaient enrichissants, et se déroulaient sous la forme de « seminars », comme à Oxford. On avait quelques dissertations à rendre au cours de l’année mais on avait beaucoup de temps pour les préparer. Cette année les examens se sont déroulés sans stress pour la première fois de ma vie! Ici les professeurs vous redonnent confiance en vous, on vous dit que vous allez réussir.

Mais le fait de réussir mon LLM ne m’arrange pas vraiment pour la suite. Je pense avoir plusieurs options:

  • Aller en école d’avocat me tente toujours, mais je ne sais pas comment le financer. Si je souhaite rester en Angleterre, il faudrait que je fasse encore deux ans d’études et en plus toutes les écoles sont dans le sud où les loyers sont plus chers.
  • Pour devenir notaire en Angleterre il faut normalement trouver ce qu’on appelle un « training contract« , et pour cela il faut envoyer ton dossier aux cabinets. Si tu es accepté, le cabinet prend en charge les frais d’inscription en école de notaire et tu as la garantie d’un travail dans leur cabinet à la fin de tes études. Le souci avec cette option c’est qu’il faut faire ta demande en première ou deuxième année de licence, car les places sont prises trois ans à l’avance. Si je fais une demande maintenant ce sera pour avoir une place en 2012, ce qui me semble parfaitement absurde.
  • Je pourrais faire un doctorat à Durham ou ailleurs. Je sais qu’à Durham en tout cas mon dossier sera accepté, car il me semble que je remplis toutes les conditions. Cette option me plait aussi, mais toujours le même souci, je ne sais pas comment le financer. Il faudrait que je paye les frais d’inscription (£3500 par an!) plus le loyer etc. Je ne me vois vraiment pas faire un troisième emprunt, énorme, pour couvrir tout ça. Même avec un travail à mi-temps je ne gagnerais pas assez pour vivre et payer les frais. Je suis actuellement en train de me renseigner sur les bourses que je pourrais toucher, et je vais postuler pour une, mais j’imagine qu’il y aura énormément de personnes sur le coup. Concernant les bourses, en Angleterre ce n’est pas comme en France. En France vous pouvez faire une demande de bourse au CROUS mais en Angleterre ce système n’existe pas et il n’y a pas du tout d’aides. Les seules bourses qui existent sont réservées aux étudiants qui sont très doués.
  • Il est très bien vu pour les étudiants en Droit Européen de faire des stages (« internships« ) au sein des institutions européennes, (le Conseil, la Commission…) ou au sein de diverses ambassades etc. Le souci avec ces internships c’est que non seulement ils ne sont jamais rémunérés, mais en plus il est très difficile de les décrocher.
  • Je pourrais éventuellement chercher un travail, et c’est ce que je fais. Je passe mon temps à envoyer des CV un peu partout, et c’est vraiment décourageant, car je n’ai pas encore de réponse positive, malgré le fait que je remplis à chaque fois les critères requis. Le pire c’est que ces boulots ne sont pas exactement très bien payés, ni très intéressants intellectuellement parlant! Ce serait vraiment juste pour survivre en attendant de trouver quelque chose de mieux. Dans le climat économique actuel, j’ai l’impression que trouver un travail ici va être assez difficile, car le Nord de l’Angleterre est apparemment bien touché par la crise. J’aimerais bien rester dans le coin, car j’aime Durham et j’aime mon appartement. Mon appartement est aussi une énorme source d’inquiétude, car vous l’avez peut être deviné, mais je vis toujours avec mon ex-copain. Je reconnais qu’il a été assez tolérant avec moi, il ne m’a pas forcé à déménager, et il n’est pas parti tout de suite en me laissant avec toutes les charges; mais cette situation ne peut pas durer. L’appartement est relativement grand, je dirais 70m2, et je me sens très bien ici. Mais comme d’habitude, je ne sais pas comment payer le loyer toute seule. En Angleterre les étudiants n’ont pas le droit d’avoir l’aide au logement (le gouvernement est vraiment dur avec nous…) et j’ai commencé à me renseigner pour les aides si jamais je ne trouve rien l’année prochaine: apparemment, si on a moins de 25ans, on peut avoir de l’aide uniquement si on a une chambre dans une résidence partagée avec d’autres jeunes ou alors si on a un « bedsit » (je ne suis pas sûre mais je crois que c’est genre un T1), ce qui n’est pas mon cas. Donc si je ne peux pas trouver de travail à temps plein, ni bénéficier d’aides, je ne vois pas d’autres solutions que tenter de trouver un travail dans une autre région de l’Angleterre, ou alors rentrer chez mes parents en France, ce que je veux à tout prix éviter. Pas que ce serait désagréable de vivre avec eux, mais on habite en Bretagne, à la campagne, donc je ne sais vraiment pas ce que je ferais là-bas.

La plupart de mes amis juristes restés en France préparent actuellement l’examen d’entrée eu CRFPA pour devenir avocats, et d’autres commencent un doctorat. Mes amis de Durham ont soit un foutu « training contract » pour devenir donc notaire (mais ils ont fait leur demande comme il le faut, il y a déjà deux ans…), soit ils commencent un doctorat, soit ils font des stages non-rémunérés dans les institutions européennes, soit ils rentrent dans leur pays natal afin de devenir juriste. J’ai l’impression qu’il n’y a que moi qui se pose encore des questions concernant l’année prochaine! C’est sûrement en partie de ma faute, j’aurais peut être du m’y prendre plus à l’avance.

Pour l’instant je continue à rédiger le mémoire, je prépare ma demande de bourse pour le doctorat, je continue à travailler au Château et je continue à envoyer des CV. J’ai l’impression que ma tête va exploser, mais ce n’est pas grave. D’ailleurs, je dois y aller, j’ai un RDV avec mon tuteur!