George Orwell: A Nice Cup Of Tea

George Orwell… « 1984 » et « Animal Farm », mais pas que. Le dernier roman que j’ai lu de cet auteur est « Down and Out in Paris and London » (Dans la Dèche à Paris et à Londres). En faisant quelques recherches sur sa vie et sur son œuvre, je suis tombée sur un site magnifique dédié à cet auteur, où l’on peut voir ses manuscrits, quelques pages de son journal intime, de la poésie, de photos, et plein de petits textes intéressants! Le site à également un blog, où est publié tous les jours un extrait du journal de George Orwell. Le blog est en ligne depuis 2008, et tous les jours on peut lire les pensées de l’auteur, des choses qu’il a noté il y a exactement 70ans. Ce blog fermera en 2012, exactement 70ans après qu’Orwell ait arrêté d’écrire dans son journal.

orwell

orwell-2

Je suis tombée sous le charme d’un petit texte rédigé en 1946 pour le journal « The Evening Standard » où G. Orwell décrit les onze étapes à ne pas manquer pour préparer un excellent thé! Je ne vais pas traduire, car je trouve que ce texte est vraiment facile à comprendre! Voilà ce qu’il nous dit:

Whilst looking around for information about George Orwell, I found the most interesting site dedicated to his life and to his works. Poetry, photos, diary entries… It’s all there! There is also a blog that retranscripts his diaries, in real time. Every entry published on the blog was written exactly 70years ago to the day. The on-line publication of his diaries will end in 2012, as he stopped writing in 1942, during the Second World War.

Here is a charming article written by Orwell in 1946 for « The Evening Standard » where he tells us exactly how to make a « Nice Cup of Tea »:

teaEtsy

« A Nice Cup of Tea »

« If you look up ‘tea’ in the first cookery book that comes to hand you will probably find that it is unmentioned; or at most you will find a few lines of sketchy instructions which give no ruling on several of the most important points. This is curious, not only because tea is one of the main stays of civilization in this country, as well as in Eire, Australia and New Zealand, but because the best manner of making it is the subject of violent disputes.

When I look through my own recipe for the perfect cup of tea, I find no fewer than 11 outstanding points. On perhaps two of them there would be pretty general agreement, but at least four others are acutely controversial. Here are my own 11 rules, every one of which I regard as golden:

  • First of all, one should use Indian or Ceylonese tea. China tea has virtues which are not to be despised nowadays—it is economical, and one can drink it without milk—but there is not much stimulation in it. One does not feel wiser, braver or more optimistic after drinking it. Anyone who has used that comforting phrase ‘a nice cup of tea’ invariably means Indian tea.
  • Secondly, tea should be made in small quantities—that is, in a teapot. Tea out of an urn is always tasteless, while army tea, made in a cauldron, tastes of grease and whitewash. The teapot should be made of china or earthenware. Silver or Britanniaware teapots produce inferior tea and enamel pots are worse; though curiously enough a pewter teapot (a rarity nowadays) is not so bad.
  • Thirdly, the pot should be warmed beforehand. This is better done by placing it on the hob than by the usual method of swilling it out with hot water.
  • Fourthly, the tea should be strong. For a pot holding a quart, if you are going to fill it nearly to the brim, six heaped teaspoons would be about right. In a time of rationing, this is not an idea that can be realized on every day of the week, but I maintain that one strong cup of tea is better than twenty weak ones. All true tea lovers not only like their tea strong, but like it a little stronger with each year that passes—a fact which is recognized in the extra ration issued to old-age pensioners.
  • Fifthly, the tea should be put straight into the pot. No strainers, muslin bags or other devices to imprison the tea. In some countries teapots are fitted with little dangling baskets under the spout to catch the stray leaves, which are supposed to be harmful. Actually one can swallow tea-leaves in considerable quantities without ill effect, and if the tea is not loose in the pot it never infuses properly.
  • Sixthly, one should take the teapot to the kettle and not the other way about. The water should be actually boiling at the moment of impact, which means that one should keep it on the flame while one pours. Some people add that one should only use water that has been freshly brought to the boil, but I have never noticed that it makes any difference.
  • Seventhly, after making the tea, one should stir it, or better, give the pot a good shake, afterwards allowing the leaves to settle.
  • Eighthly, one should drink out of a good breakfast cup—that is, the cylindrical type of cup, not the flat, shallow type. The breakfast cup holds more, and with the other kind one’s tea is always half cold—before one has well started on it.
  • Ninthly, one should pour the cream off the milk before using it for tea. Milk that is too creamy always gives tea a sickly taste.
  • Tenthly, one should pour tea into the cup first. This is one of the most controversial points of all; indeed in every family in Britain there are probably two schools of thought on the subject. The milk-first school can bring forward some fairly strong arguments, but I maintain that my own argument is unanswerable. This is that, by putting the tea in first and stirring as one pours, one can exactly regulate the amount of milk whereas one is liable to put in too much milk if one does it the other way round.
  • Lastly, tea—unless one is drinking it in the Russian style—should be drunk without sugar. I know very well that I am in a minority here. But still, how can you call yourself a true tea-lover if you destroy the flavour of your tea by putting sugar in it? It would be equally reasonable to put in pepper or salt. Tea is meant to be bitter, just as beer is meant to be bitter. If you sweeten it, you are no longer tasting the tea, you are merely tasting the sugar; you could make a very similar drink by dissolving sugar in plain hot water.

Some people would answer that they don’t like tea in itself, that they only drink it in order to be warmed and stimulated, and they need sugar to take the taste away. To those misguided people I would say: Try drinking tea without sugar for, say, a fortnight and it is very unlikely that you will ever want to ruin your tea by sweetening it again.

These are not the only controversial points to arise in connection with tea drinking, but they are sufficient to show how subtilized the whole business has become.

There is also the mysterious social etiquette surrounding the teapot (why is it considered vulgar to drink out of your saucer, for instance?) and much might be written about the subsidiary uses of tealeaves, such as telling fortunes, predicting the arrival of visitors, feeding rabbits, healing burns and sweeping the carpet.

It is worth paying attention to such details as warming the pot and using water that is really boiling, so as to make quite sure of wringing out of one’s ration the 20 good, strong cups that two ounces, properly handled, ought to represent. »

teacupsEtsy

tea-candleEtsy

cardEtsy

teasEtsy

cake-standEtsy

Pardonnez-moi pour mon absence cette semaine, mais comme vous le savez, les choses sont difficiles en ce moment! J’ai eu une dissertation à rendre hier en Droit de la Propriété Intellectuelle, et je dois également rédiger une autre dissertation de 3000 mots pour la semaine prochaine en Droit des Obligations. Je travaille toujours au Château, je vais à la gym deux ou trois fois par semaine, j’essaye de sortir et de rencontrer de nouvelles personnes, mais j’ai toujours l’impression qu’il y a quelque chose qui manque, qui cloche.

Je voulais également vous demander si la dernière photo vous dit quelque chose? Je me souviens d’avoir vu il y a quelques années, sûrement dans le magazine « Cosmopolitan » des stands à gâteaux fabriqués uniquement avec des assiettes et des tasses de thé anciennes. Mais impossible de retrouver la boutique sur internet! Je me suis tournée vers Etsy, mais à part la dernière boutique mentionnée, je ne vois rien qui pourrait y ressembler. Les stands à gâteaux que je recherche sont beaucoup plus fins, et bien plus élaborés!

Bon week-end à vous tous!

Sorry for being absent this week, but as you know, things are a little difficult at the moment! I’ve got several essays to write, I’m still working at the Castle, I’m trying to go to the gym at least twice a week and I’m always busy, but I still feel that there is something missing.

Do you have any idea where I could find a cake stand that is made entirely from vintage teacups and saucers? A bit like in the last photo, but I’m looking for something more delicate and refined. I remember seeing something about these gorgeous cake stands in the French « Cosmopolitan » a while back, but I can’t seem to be able to find anything more about it. Thanks!

Have a lovely week-end!

17 réponses à “George Orwell: A Nice Cup Of Tea

  1. Je me suis délectée en lisant ce billet. Je n’ai pas encore visité le site dédié à Orwell mais je vais le faire très vite, quant à la façon de préparer le thé, je vais la suivre afin de vivre une expérience toute britannique. Excellent week-end.

  2. Honte sur moi, je n’ai lu que 1984 d’Orwell… Mais c’est un livre qui m’a marquée (avec Le meilleur des Mondes, d’Aldous Huxley, dans un genre assez comparable) et à lire ton article, il me prend l’envie d’en savoir davantage. L’idée du blog reprenant son journal est très originale !

  3. This post, is amazing.

  4. ça donne envie de lire tout ça…et avec une bonne tasse de thé!!! C’est vrai que le blog du journal est interessant…mais c’est assez bizard de savoir que ça va s’arrreter…
    bon courage pour tout
    à bientôt

  5. Beuh, le droit des obligations, beuh, mon 3 au partiel n’a pas encore été digéré, je crois …

    L’idée du blog est géniale, est-ce qu’en 2012 il sera supprimé ? Je n’espère pas …

    Pour la dernière photo, je ne sais pas du tout, je ne lis Cosmo que depuis quelques mois, donc je ne peux t’être d’aucune aide, malheureusement !

  6. Bel article et jolie découverte pour moi (inculte? je ne sais guère!Plutôt scientifique que littéraire sans doute:)). Je vois que tu mènes une vie de dingot!!!Prend le temps de souffler un peu ! @bientôt te lire et bon courage pour ta dissert!

  7. @ Miss Glitzy: Merci beaucoup pour ton commentaire, je suis ravie de voir que l’article d’Orwell te plait!

    @ Camille: Hello! Moi aussi j’ai lu ‘Le Meilleur des Mondes », mais en anglais… Je l’ai trouvé très intéressant, mais pas aussi bien que « 1984 ». Concernant le blog, c’est vraiment très intéressant, ça me fait penser à d’autres blogs en-ligne qui publient chaque jour un extrait d’un journal intime aillant appartenu à un soldat par exemple…

    @ DaisyChain: Thanks very much!

  8. @ mathilde: Coucou, oui le blog s’arrêtera avec la fin du journal intime de G. Orwell… Je trouve le concept intéressant en tout cas, mais le principe me semble critiquable… Diffuser 70après des pensées intimes… Je ne sais pas… Mais en tout cas c’est fascinant!
    Merci, j’ai besoin de courage en ce moment.

    @ Anne-Elisabeth: 3 aux partiels? La vache, ils ont été durs avec toi! Je ne sais pas si le blog sera supprimé en 2012, je ne pense pas, on verra bien!
    Arf, tant pis pour Cosmo, j’aurais du être plus attentive!

  9. @ Danysworld: Merci! Je suis contente de t’avoir fait découvrir quelque chose alors, c’est toujours un plaisir 🙂
    Merci, c’est vrai que je suis très occupée en ce moment, je sors tout le temps, je ne suis pas tellement chez moi… A chaque fois que je suis chez moi c’est pour bosser donc ce n’est pas très reposant non plus… merci, merci!
    A bientôt!

  10. C’est vraiment fabuleux, ce blog est une bonne idée. De délicieuses lectures en perspective !
    Bon courage pour toutes ces activités; comme toi je suis débordée en ce moment, et pourtant …
    Woow toutes ces magnifiques tea set. Cela me donne envie de m’en trouver d’aussi beaux … (en porcelaine de Sèvres ???^-~)

    kisuuuu

  11. Je ne savais pas que George Orwell était amateur de thé, j’ai beaucoup aimé ce texte, c’est bien, tu me fais réviser mon anglais, hé hé.
    J’aime beaucoup tes photos, ça me donne envie moi aussi de partir en quête d’un joli service à thé. 🙂
    Bisous, bon week-end

  12. Juste un truc : « Down and Out in Paris and London » n’est pas un roman, mais un récit, presque un documentaire…

  13. @ Scheharazade: Je suis contente que le site te plaise! Merci beaucoup, j’ai besoin de courage en ce moment! J’aimerais bien pouvoir trouver d’autres services à thé bientôt, mais j’ai de plus en plus de mal à trouver de jolies choses à des prix raisonnables.

    @ Darkitty: Eh bien si pourtant! 😉 Merci pour ton gentil commentaire, à bientôt!

    @ Theremina: Merci pour la précision alors. Apparemment Orwell voulait donner un air autobiographique à ce texte, car il donne son point de vue à travers certains personnages, mais il me semble que ce n’est pas que du vécu, même s’il a du se servir de ses expériences personnelles comme inspiration.

  14. Oh super mignonnes tes illustrations! Bon courage pour ta dissertation, et merci pour ce texte!

  15. Roh lala, ça fait longtemps que je ne suis pas venue visiter les blogs, notamment le tien ! Et j’ai l’impression que j’ai raté pas mal de trucs géniaux. Notamment cet article sublime sur Orwell !! J’ai lu beaucoup de ses textes, et si la ferme des animaux m’a enchanté, j’ai vraiment adoré Dans la dèche à Paris et à Londres. D’ailleurs cette lecture remonte à des années, mais je m’en souviens encore très bien, ça c’est un signe qui ne trompe pas !

  16. Pour tous les fans d’Orwell, un rendez-vous à ne pas manquer, l’adaptation théâtrale du roman phare de ce visionnaire, « 1984 » Je suis allé la voir au théâtre de Ménilmontant en début d’année et ils ont été reconduit au mois de mai ! Je vous la conseille fortement, car l’ambiance du livre a bien été retranscrite dans la pièce, qui à réussi le pari du mélange théâtre/cinéma et l’atmosphère est oppressante, déshumanisé… Pour ceux qui n’ont pas lu le livre, cette pièce en est une belle approche !

  17. Très chouette texte, en effet ! C’est plus ou moins ainsi que je le prépare lorsque je fais une théière entière mais c’est rare. Par contre, c’est rarissime que j’ajoute (même une goutte) de lait et si je le fais, ce n’est qu’avec du thé noir.
    De Georges Orwell, je n’ai lu que « Animal farm » mais celui que tu cites (« Dans la dèche… ») est paraît-il très bien !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.